Jean-Sébastien Ouellette: Macbeth en pièces détachées

«Le mot que Macbeth prononce le plus souvent... (Le Soleil, Yan Doublet)

Agrandir

«Le mot que Macbeth prononce le plus souvent est le mot peur», souligne Jean-Sébastien Ouellette, qui jouera le grand personnage au Trident.

Le Soleil, Yan Doublet

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

(Québec) «Je me suis tellement nourri d'horreurs, les carnages dans ma tête m'ont tellement rendu insensible que plus rien ne me fait rien», laisse tomber Macbeth après la succession de meurtres qui l'ont porté et maintenu sur le trône. Pour se rendre à ce point culminant de la plus sombre des pièces de Shakespeare, Jean-Sébastien Ouellette et Marie-Josée Bastien ont entrepris de débusquer la part d'humanité du monstre.

«Ça, c'est le constat de sa vie», laisse tomber Ouellette à propos de la fameuse réplique. La démesure, elle, naît d'abord du désir de s'élever et de briller. «C'est une étincelle que chacun porte en lui-même et que l'on peut éteindre ou allumer», croit le comédien.

Celui-ci l'avoue derechef, il ne pensait jamais s'attaquer à ce grand personnage du répertoire, même si, beau hasard, Macbeth est la première pièce qu'il a lue au secondaire. Il a donc décortiqué l'imposant rôle en morceaux, «comme s'il fallait que j'oublie que c'est Macbeth au bout», glisse-t-il, pour que le personnage se façonne à coup de gestes, de moments, de répliques et d'émotions, parfois aux antipodes. 

«Le mot que Macbeth prononce le plus souvent est le mot peur», souligne Ouellette, qui y va d'une analogie canine pour tracer les grands axes de son personnage : «Un dresseur m'a déjà dit qu'un chien a trois émotions : la peur, la joie et, entre les deux, des moments de légère anxiété. Lorsqu'il se sent traqué, il tente de se sauver, puis jappe, et finalement mord. Il a peur de l'autre, donc il attaque.»

Contrairement à Richard III, qui se hisse jusqu'au trône à coups d'intrigues machiavéliques, Macbeth et Lady Macbeth (Érika Gagnon) sont «des amoureux et des êtres de chair, animés par leurs sentiments», observe Ouellette.

Si les spectateurs du Trident entendront la traduction de Paul Lefebvre, en français international, les spectateurs de la Bordée ont eu droit en 2002 à la version en ancien québécois de Michel Garneau, plus laborieuse à se mettre en bouche. Ouellette y incarnait le roi Duncan et un portier (deux petits rôles qui seront cette fois tenus par Jack Robitaille), alors que Christian Michaud (qui jouera Banco au Trident) y incarnait Macbeth.

La roue tourne... «On est dans une pièce complètement différente avec la mise en scène de Marie-Josée Bastien, où il y a beaucoup d'aluminium brossé et des éléments qui rappellent à la fois la morgue, la cuisine et le laboratoire», décrit le comédien.

Où serons-nous? Ni tout à fait en Écosse médiévale ni tout à fait aujourd'hui, dans un espace-temps indéfini. «Même si on ne fend plus les crânes à coups de hache, nos instincts profonds n'ont pas tellement changé», plaide Ouellette. Et la manière de raconter de Shakespeare, avec des scènes courtes et efficaces malgré plusieurs longs monologues, a quelque chose du thriller ou du film d'action, qui convient bien au spectateur d'aujourd'hui.

Celui qu'on a vu dans La nuit des rois, L'opéra de Quat'sous et Marie Tudor joue ici «le rôle qui creuse le plus loin dans le côté obscur» de sa carrière. On le verra dans Quills au côté de Robert Lepage l'an prochain.

À l'affiche

Titre : Macbeth de Shakespeare, dans une traduction de Paul Lefebvre

Metteure en scène : Marie-Josée Bastien

Avec : Jean-Sébastien Ouellette, Érika Gagnon, Charles-Étienne Beaulne, Claude Breton-Potvin, Samuel Corbeil, Chantal Dupuis, Jean-Michel Déry, Eliot Laprise, Véronika Makdissi-Warren, Christian Michaud, Lucien Ratio, Jack Robitaille et Réjean Vallée

Salle : Trident

Dates : du 21 avril au 16 mai

Synopsis : Lorsque Macbeth, chef de l'armée d'Écosse, se fait prédire par trois sorcières qu'il deviendra roi, sa femme l'incite à assassiner son souverain. Dévoré par la peur et la crainte de perdre son trône, Macbeth instaurera alors un règne meurtrier.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer