• Le Soleil > 
  • Arts > 
  • Théâtre 
  •  Moi, dans les ruines rouges du siècle: père et mère tu honoreras 

Critique

 Moi, dans les ruines rouges du siècle: père et mère tu honoreras

Robert Lalonde (à gauche) incarne avec aplomb ce... (Le Soleil, Yan Doublet)

Agrandir

Robert Lalonde (à gauche) incarne avec aplomb ce père borné mais aimant. De son côté, Sasha Samar passe deux heures sur scène à partager sa vie, sans fausse pudeur, et dans une interprétation pétillante et très naturelle.

Le Soleil, Yan Doublet

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

(Québec) Québec a enfin accueilli Moi, dans les ruines rouges du siècle, la pièce d'Olivier Kemeid qui narre l'incroyable odyssée de Sasha Samar, de sa naissance en Ukraine, en 1969, jusqu'à l'effondrement du bloc soviétique et son arrivée à Montréal, en 1996. Cette fulgurante chevauchée dans l'histoire récente, aussi passionnante soit-elle, ne masque pas l'essentiel : la quête d'un enfant privé de sa mère qui doit composer avec l'amour débordant de son père.

L'histoire de Sasha Samar, c'est celle de son interprète principal, qui l'a confiée au dramaturge Olivier Kemeid. Celui-ci en a extrait la substantifique moelle pour tisser un récit qui aborde les grandes étapes de la vie de l'acteur. D'abord : la rencontre de ses parents, sa naissance, la séparation, le départ de sa mère (Pascale Montpetit), la vie avec son père (Robert Lalonde)... Ensuite : sa rencontre avec Ludmilla (Marylin Castonguay) et son copain Anton (Geoffrey Gaquère), le Conservatoire, le service militaire, le décès de son père, les retrouvailles avec sa mère et l'immigration.

Il y a peu de moments morts dans cette tragicomédie, surtout des moments forts. Olivier Kemeid a su trouver le ton juste dans son récit, passant de l'humour au drame et vice versa sans coup férir. Les mots sont les siens et ceux de Sasha Samar, mais la langue parlée est résolument québécoise, à l'exception de quelques envolées lyriques dont le souffle fait penser à celles qu'on trouve dans le théâtre de Wajdi Mouawad.

Il y a, à ce propos, un passage particulièrement réussi sur la catastrophe nucléaire de Tchernobyl, récité par une Marylin Castonguay vibrante. C'est le coeur de la pièce, symbole à la fois de l'effondrement appréhendé de l'URSS et des failles qui se sont creusées dans la relation entre Sasha et son père autoritaire.

Moi, dans les ruines... s'attarde bien plus aux liens du coeur, d'ailleurs, même si la pièce est traversée de références historiques en toile de fond. D'hilarants moments avec des icônes de l'époque comme Youri Gagarine, Nadia Comaneci et Vladimir Fetisov viennent compenser quelques passages plus didactiques. Mais c'est Anton, un acteur pathétique qui gagne sa croûte en jouant Lénine, qui permet de revisiter la propagande communiste et de la mettre en contexte. C'est un monde qui s'effondre et ceux qui s'y trouvent sont au désespoir.

Jeu physique

La mise en scène de Kemeid, très précise et inventive, repose aussi beaucoup sur le jeu très physique de ses acteurs, tous excellents. Robert Lalonde incarne avec aplomb ce père borné mais aimant. Montpetit, Gaquère et Castonguay alternent les deuxièmes rôles, quand ils ne sont pas dans la peau de leur personnage, avec un entrain qui fait plaisir à voir.

Mais le succès de cette pièce touchante et profondément humaine réside à la fois dans l'ouverture de Sasha Samar à partager sa vie, sans fausse pudeur, et dans son interprétation pétillante et très naturelle - il passe les deux heures sur scène. C'est Olivier Kemeid qui disait qu'en lui confiant ses mémoires, Sasha Samar lui avait fait le plus beau des cadeaux. Ce qui est encore plus beau, c'est que les deux hommes le partagent avec nous.

La pièce Moi, dans les ruines rouges du siècle est présentée jusqu'au 18 avril, au Périscope.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer