• Le Soleil > 
  • Arts > 
  • Théâtre 
  • > De nouveaux créateurs pour Où tu vas quand tu dors en marchant...? 

De nouveaux créateurs pour Où tu vas quand tu dors en marchant...?

Hiéroglyphes est une création unique et particulière.... (Photo Vincent Champoux)

Agrandir

Hiéroglyphes est une création unique et particulière.

Photo Vincent Champoux

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Comme le dit si bien Marie Gignac, c'est «devenu une tradition»: à chacune des réorganisations du parcours déambulatoire du Carrefour international de théâtre, on renouvelle les lieux et l'équipe de création. La refonte pour cette quatrième mouture s'avère extrêmement prometteuse : Les écornifleuses; Alexandre Fecteau; Doyon-Rivest; Pierre Robitaille ainsi qu'une collaboration du théâtre Rude ingénierie avec L'orchestre d'hommes-orchestres.

Année après année, les créateurs du parcours Où... (Photo Philippe Renaud) - image 1.0

Agrandir

Année après année, les créateurs du parcours Où tu vas quand tu dors en marchant...? ne cessent de surprendre par leur génie créatif. 

Photo Philippe Renaud

Ce modus vivendi pour le parcours théâtral Où tu vas quand tu dors en marchant...?, «c'est une façon de démontrer aux gens qu'il y a du talent à Québec». La directrice artistique du Carrefour avoue qu'elle en est elle-même parfois étonnée. «On pense toujours qu'on a épuisé le bassin, mais non.»

On connaissait les nouveaux lieux, dans le Vieux-Québec, à proximité de l'Hôtel-Dieu, depuis l'annonce du versement d'une subvention 3,6 millions $ pour quatre ans, par la Ville de Québec, le mois dernier : l'îlot des Palais, la fabrique d'obus, le champ de parade, les remparts et l'ancienne école Saint-Louis-de-Gonzague.

«Les lieux sont très beaux. C'est sûr que ça va être différent dans du patrimoine historique, mais ça demeure de l'art contemporain», signale Marie Gignac.

Et il y en aura pour tous les goûts étant donné la diversité des pratiques artistiques représentées : théâtre (bien sûr), marionnettes, arts visuels, musique, performance interactive... «On est content.»

Rude ingénierie et L'orchestre d'hommes-orchestres seront à l'îlot des Palais. Les deux collectifs multidisciplinaires mélangeront arts visuels, musique et théâtre. Si le passé est garant de l'avenir, ce sera très éclaté.

Le très créatif auteur et metteur en scène Alexandre Fecteau (Changing Room, Le No Show) sera un peu plus haut à l'ex-fabrique d'obus, au pied des Nouvelles-Casernes. «Un lieu ben intéressant.»

Un peu plus à l'ouest, daxcns l'axe de la côte de la Potasse, le duo Doyon-Rivest investira le champ de parade. Les oeuvres en arts visuels de Mathieu Doyon et Simon Rivest ont été exposées tant en galeries que dans des musées.

Le passionné marionnettiste Pierre Robitaille et irrévérencieux créateur, entre autres, du Cabaret Gainsbourg et des Enrobantes, sera juché sur le mur fortifié entre la redoute Dauphine et l'ex-école Saint-Louis-de-Gonzague. Les cinq filles des Écornifleuses (la très remarquée Absence de guerre) joueront dans la cour de l'école.

Frédéric Dubois aura le bonheur d'agir à nouveau comme coordonnateur artistique de ce happening, qui sera présenté gratuitement les jeudis, vendredis et samedis entre le 21 mai et le 6 juin. L'an dernier, quelque 110 000 spectateurs ont participé au parcours pendant ses neuf représentations.

Deux autres pièces

L'équipe du Carrefour a profité du cocktail prédévoilement de mardi pour annoncer l'ajout de deux nouvelles pièces à la prochaine édition qui se distinguent pas leur singularité : Par coeur du Portugais Tiago Rodrigues et Hiéroglyphes, qui célèbrent les 20 ans d'Entr'actes.

Par coeur, qui sera présentée en français en première canadienne, est une pièce autobiographique qui s'inspire de la grand-mère férue de lecture du dramaturge. Lorsque la vue de la nonagénaire a commencé à décliner, elle a demandé à son petit-fils de lui apporter le livre ultime pour qu'elle le mémorise et puisse continuer «à le lire dans sa tête jusqu'à sa mort». N'essayez pas d'en soutirer le titre à Marie Gignac. «J'aime mieux ne pas le dire, c'est une des surprises du spectacle.»

Ce spectacle «d'une grande beauté» fait «par le coeur et pour le coeur» avec beaucoup d'humour a une particularité. Tiago Rodrigues invite 10 spectateurs à venir s'assoir sur scène avec lui, face aux spectateurs. Leur tâche? Apprendre «par coeur» un poème extrait du fameux livre - une référence évidente au travail de l'acteur. «C'est amusant de voir les gens bûcher sur l'apprentissage du texte», commente Marie Gignac.

Par coeur sera présentée les 25, 26 et 27 mai.

Quant à Hiéroglyphes, il s'agit d'une création unique et particulière. Entr'actes fait de la création avec des gens qui ont des limitations, habituellement avec des textes professionnels. Mais un atelier d'écriture, dont la qualité des textes «a renversé» le metteur en scène Jean-François F. Lessard, l'a convaincu de jumeler les neuf participants avec autant d'auteurs professionnels (Steve Gagnon, Véronique Côté, Jean Désy, Érika Soucy, etc.).

«Chacun a été coaché par son parrain puis celui-ci a écrit un texte en réponse à son protégé», explique Marie Gignac. Cet événement spécial sera présenté un soir seulement, le 27 mai.

Le dévoilement complet de cette 16e édition, du 21 mai au 7 juin, aura lieu le mardi 7 avril. Les billets et les abonnements seront en vente le lendemain.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer