Le Diamant: la collecte privée suspendue

«C'est quand même de l'argent qui nous a... (Photothèque Le Soleil, Pascal Ratthé)

Agrandir

«C'est quand même de l'argent qui nous a été non seulement promis, mais on a un contrat avec le gouvernement de 30 millions $ qui nous a été remis par le gouvernement Charest», a déclaré le metteur en scène Robert Lepage à Radio-Canada.

Photothèque Le Soleil, Pascal Ratthé

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) L'incertitude autour du projet de Théâtre Le Diamant a contraint Ex Machina, l'entreprise de Robert Lepage, à suspendre la collecte de fonds privés qui devait contribuer au financement du projet.

«Ce processus est en suspens d'ici à ce que nous recevions une décision officielle du gouvernement du Québec», a fait savoir au Soleil Sylvie Isabelle, directrice des communications chez Ex Machina.

Dimanche, La Presse Canadienne a écrit que le gouvernement du Québec mettait définitivement une croix sur le projet de théâtre de 600 places. «C'est quand même de l'argent qui nous a été non seulement promis, mais on a un contrat avec le gouvernement de 30 millions $ qui nous a été remis par le gouvernement Charest», a déclaré le metteur en scène Robert Lepage à Radio-Canada, lundi.

La mise sur la glace du projet lors du dernier budget Leitão avait déjà contraint à retarder le concours national d'architecture pour l'aménagement de l'ancien YMCA et du Cabaret du Capitole de la place D'Youville.

Une campagne coprésidée par la présidente du Mouvement Desjardins, Monique Leroux, et le président de BMP groupe financier, Jacques Ménard, devait récolter 10 millions $auprès de mécènes privés pour participer au montage financier de 60 millions $.

La suspension de cette collecte est «plus dramatique», selon Christian Yaccarini, de la société de développement Angus, gestionnaire du projet. Il indique que 4 millions $ ont été promis jusqu'ici au comité, dans la mesure où le théâtre se réalise. «Ce n'est pas tous les jours qu'on trouve deux institutions financières concurrentes qui travaillent ensemble», déclare-t-il.

M. Yaccarini se surprend de la nouvelle de La Presse Canadienne. Après en avoir pris connaissance, il a pris contact avec ses interlocuteurs gouvernementaux, qui l'ont assuré qu'il ne s'agissait pas d'une prise de position officielle. Une offre a récemment été faite au gouvernement d'étaler sur deux ans, les1er avril 2017 et 2018, après le retour à l'équilibre budgétaire, la subvention promise de 30 millions $. Le promoteur, qui est en attente d'une réponse de cette proposition, conserve un «bon espoir» que le projet lève de terre.

Dans le cas où tout devrait être abandonné, il doute que des recours puissent être pris à l'encontre du gouvernement.

L'un des partenaires, le Fondaction CSN, qui a prêté 5,4 millions $ pour l'acquisition des bâtiments, préfère réserver ses commentaires tant que la décision finale n'est pas arrêtée.

«Sous analyse»

Au cabinet de la ministre de la Culture, Hélène David, on a répété lundi que le dossier était «toujours sous analyse». L'arrivée des nouveaux sièges offerts par le nouvel amphithéâtre fait «partie de la réflexion générale», explique-t-on, même si l'on ne parle pas toujours du même type de spectacles.

Il n'était pas possible d'obtenir une entrevue avec le ministre responsable de la région de Québec, Sam Hamad, en raison de son agenda. Lors de l'étude des crédits de la capitale, fin juin, il rappelait que son parti s'est engagé à participer au projet. «Ce projet n'est pas annulé, il est juste reporté», a-t-il assuré.

Pour la députée péquiste Agnès Maltais, porte-parole pour la Capitale-Nationale, le gouvernement libéral renierait une promesse s'il devait reculer sur le Théâtre Le Diamant. «L'incertitude est un danger pour le projet, lance-t-elle. Il faut qu'on sache rapidement la vérité. Ils ne peuvent faire qu'une chose : appuyer le projet.»

La directrice générale du Carrefour international de théâtre, Dominique Violette, garde elle aussi espoir. Elle ne croit pas que Le Diamant entre en compétition avec d'autres salles à Québec. «Il va répondre à des besoins qui sont là et qui seront encore plus présents dans l'avenir», affirme-t-elle.

Pas un sou prévu de la Ville de Québec

Après les rumeurs d'abandon complet du projet par le gouvernement de Philippe Couillard, autre brique pour le théâtre Le Diamant. La salle de spectacles de la troupe de Robert Lepage prévue à la place D'Youville n'apparaît pas au plan des investissements des trois prochaines années de la Ville de Québec. L'an dernier, l'administration Labeaume, qui a par le passé dit tenir mordicus à ce projet culturel, avait prévu 4 millions $ à verser sur une subvention totale de 7 millions $annoncée depuis l'été 2012. Or, pas un mot sur Le Diamant dans le programme triennal d'immobilisations présenté lundi. Le maire Régis Labeaume a assuré ne pas savoir si le gouvernement Couillard a décidé de retirer son argent du projet. L'absence dans le document présenté lundi, a-t-il justifié, est plutôt due à l'incertitude entourant le financement du théâtre depuis le dernier budget provincial de juin. «Il n'y avait pas de prévision gouvernementale. On va attendre pour voir ce que le gouvernement va faire», a dit M. Labeaume lundi. «J'attends des informations. On n'a rien de plus à dire.»

Valérie Gaudreau

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer