Being at home with Claude: l'amour ultime

Le comédien Benoît McGinnis... (Le Soleil, Erick Labbé)

Agrandir

Le comédien Benoît McGinnis

Le Soleil, Erick Labbé

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
<p>Isabelle Houde</p>

(Québec) Benoît McGinnis a pris du temps avant de se laisser convaincre d'incarner Yves dans Being at Home with Claude de René-Daniel Dubois. «J'ai eu un peu le vertige. C'est un gros rôle, ça a été défendu par Marc Béland, Lothaire Bluteau, il y a eu le film avec Roy Dupuis...  Ça a marqué les gens, il y avait des attentes», explique le comédien.

N'empêche, il a fini par accepter l'idée proposée par Marc Béland, avec qui il a travaillé sur Hamlet, au Théâtre du Nouveau Monde, en 2011. Frédéric Blanchette, qui était aussi de la distribution de la pièce de Shakespeare, a été recruté comme metteur en scène. 

McGinnis avait des doutes sur la pertinence de présenter à nouveau ce qui est devenu, avec le temps, un classique de René-Daniel Dubois. «On ne voulait pas que ce soit juste notre trip. Finalement, je suis content de ce qu'on a amené. Tellement de gens ne l'avaient pas vue, c'était plaisant de remettre ces mots-là dans la face du monde. Notre production aura amené une autre compréhension et c'est ça, la beauté de chaque production de théâtre, finalement», résume-t-il. 

Being at Home with Claude nous ramène en 1967, en pleine exposition universelle, à Montréal. Yves, un jeune prostitué homosexuel, se réfugie dans le bureau d'un juge, au palais de Justice. Quand la pièce commence, il avoue avoir tué son amant à l'inspecteur (Marc Béland) qui l'interroge depuis déjà de nombreuses heures. Yves veut à tout prix éviter que son nom et celui de sa victime ne soient révélés dans les journaux. «Il ne veut pas que ça sorte comme un crime crapuleux ou l'histoire sordide d'un jeune gai qui a tué son amant, parce que pour lui, c'est plus que ça. Et l'inspecteur veut savoir c'est quoi, si ce n'est pas qu'un meurtre», explique Benoît McGinnis.

On est devant l'amour dans ce qu'il a de plus extrême, de plus ultime. «Yves ne sait pas exactement pourquoi, il a été envahi par le sentiment que cet amour-là était plus grand que lui, qu'il ne pourrait pas le garder au quotidien. Son geste pour le préserver, ça a été de tuer son amant», continue le comédien, qui doit livrer un intense monologue de près de 25 minutes durant la pièce. 

Son partenaire principal de jeu, Marc Béland, était bien placé pour lui donner des conseils : il a déjà lui-même incarné le jeune prostitué dans la deuxième version de la pièce montée par René-Daniel Dubois, en 1988. «C'est comme si Marc m'avait redonné un super beau rôle», analyse Benoît McGinnis. 

Il s'est tout de même permis d'aborder ce rôle délicat très tranquillement. «Je ne voulais pas lui injecter des choses précises dès le départ, je voulais que les choses surgissent d'elles-mêmes à force de travailler. Et c'est la beauté du théâtre, puisqu'on a deux mois de répétition», lance celui qu'on voit aussi à la télé dans le téléroman 30 vies, à Radio-Canada. 

Selon ce qu'il a pu constater, le propos de la pièce résonne encore aussi bien aujourd'hui, et ce, autant auprès des habitués du théâtre que des jeunes du secondaire, devant qui il s'est produit à plusieurs reprises durant les représentations montréalaises de la pièce. La décision de René-Daniel Dubois d'écrire la pièce mettant de l'avant une relation amoureuse entre deux hommes plutôt qu'entre un homme et une femme empêche l'histoire de devenir une histoire de violence conjugale où il aurait été facile de pointer l'homme du doigt. «C'est tellement beau, la façon dont c'est écrit, la façon dont on le raconte. Devant le dévoilement amoureux de mon personnage, les spectateurs réagissent souvent en me disant qu'ils avaient envie de me prendre dans leurs bras. Mais d'un autre côté, il a tué son amant... C'est ça, la force du texte», conclut Benoît McGinnis.

Vous voulez y aller?

Titre : Being at Homewith Claude

Texte : René-Daniel Dubois

Mise en scène : Frédéric Blanchette

Interprètes : Marc Béland, Mathieu Handfield, Jean-Sébastien Lavoie, Benoît McGinnis

Salle : Albert-Rousseau

Date : 10 novembre

Synopsis : En 1967, un prostitué s'enferme dans le bureau d'un juge pour avouer le meurtre de son amant. Un inspecteur, au bout d'un interminable interrogatoire, tente de comprendre pourquoi.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer