Guerre et paix: réjouissante leçon d'histoire

  • <em>Guerre et Paix</em> à La Bordée (Le Soleil, Pascal Ratthé)

    Plein écran

    Guerre et Paix à La Bordée

    Le Soleil, Pascal Ratthé

  • 1 / 10
  • <em>Guerre et Paix</em> à La Bordée (Le Soleil, Pascal Ratthé)

    Plein écran

    Guerre et Paix à La Bordée

    Le Soleil, Pascal Ratthé

  • 2 / 10
  • <em>Guerre et Paix</em> à La Bordée (Le Soleil, Pascal Ratthé)

    Plein écran

    Guerre et Paix à La Bordée

    Le Soleil, Pascal Ratthé

  • 3 / 10
  • <em>Guerre et Paix</em> à La Bordée (Le Soleil, Pascal Ratthé)

    Plein écran

    Guerre et Paix à La Bordée

    Le Soleil, Pascal Ratthé

  • 4 / 10
  • <em>Guerre et Paix</em> à La Bordée (Le Soleil, Pascal Ratthé)

    Plein écran

    Guerre et Paix à La Bordée

    Le Soleil, Pascal Ratthé

  • 5 / 10
  • <em>Guerre et Paix</em> à La Bordée (Le Soleil, Pascal Ratthé)

    Plein écran

    Guerre et Paix à La Bordée

    Le Soleil, Pascal Ratthé

  • 6 / 10
  • <em>Guerre et Paix</em> à La Bordée (Le Soleil, Pascal Ratthé)

    Plein écran

    Guerre et Paix à La Bordée

    Le Soleil, Pascal Ratthé

  • 7 / 10
  • <em>Guerre et Paix</em> à La Bordée (Le Soleil, Pascal Ratthé)

    Plein écran

    Guerre et Paix à La Bordée

    Le Soleil, Pascal Ratthé

  • 8 / 10
  • <em>Guerre et Paix</em> à La Bordée (Le Soleil, Pascal Ratthé)

    Plein écran

    Guerre et Paix à La Bordée

    Le Soleil, Pascal Ratthé

  • 9 / 10
  • <em>Guerre et Paix</em> à La Bordée (Le Soleil, Pascal Ratthé)

    Plein écran

    Guerre et Paix à La Bordée

    Le Soleil, Pascal Ratthé

  • 10 / 10

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

<p>Isabelle Houde</p>

(Québec) Le Loup bleu aime bien s'habiller en concordance avec le sujet qu'il présente. Mercredi, il était affublé d'un chandail à l'effigie des Pussy Riot, ces musiciennes féministes arrêtées et emprisonnées pour leurs prises de position contre le président russe, Vladimir Poutine.

Un sympathique clin d'oeil qui donnait le ton de cette nouvelle épopée du Théâtre du Sous-marin jaune, qui se spécialise dans la théâtralisation de grands classiques littéraires... avec des marionnettes. Fidèle à son habitude, le Loup bleu, rigolo directeur artistique de la compagnie, n'a pas laissé l'irrévérence au vestiaire pour raconter sa version de Guerre et paix, le classique de 2000 pages de Léon Tolstoï.

Arrivant sur scène de façon triomphale sur un cheval de bois à roulettes pas piqué des vers, il nous offre gracieusement le résumé des résumés : Guerre et paix... en deux minutes. Le Loup bleu, manipulé comme toujours par Antoine Laprise, place ainsi le canevas de base qui sera développé pendant la centaine de minutes que dure le spectacle.

On s'aventure dès lors dans la Russie des guerres napoléoniennes, dans un cercle de bourgeois dont les destins s'entrecroisent : celui de Pierre Bézoukhov, un introverti passif, celui d'André Bolkonsky, un soldat patriotique, et finalement celui de Natacha Rostov, une jeune femme qui rêve passionnément d'aimer et d'être aimée.

On passe ainsi d'une vignette à l'autre, dans un décor plutôt sobre mais polyvalent, où le lit conjugal devient le tableau d'une naissance, d'un bal, d'une guerre sans merci... Il fallait évidemment une telle scénographie pour suggérer en aussi peu de temps les lieux les plus variés associés aux scènes clés de cette épopée pour le moins épique.

Grandes et petites marionnettes

Les marionnettes, elles, sont déclinées dans un jeu d'échelle selon leur importance, allant de vraies marionnettes pour les protagonistes principaux à de simples cartons dessinés pour les personnages secondaires. L'effet est particulièrement réussi pendant les scènes de bataille où des bustes en deux dimensions des généraux guident leurs armées de soldats en mousse que les comédiens manipulent comme des petits soldats de plomb.

En fin de compte, il y a un intéressant parallèle qui se dessine entre les marionnettes sur scène et le discours fataliste de Tolstoï, qui essaie de démontrer dans Guerre et paix que le libre arbitre n'existe pas. Que nous ne sommes que des pantins de l'histoire, bref.

Forcément, un condensé aussi serré d'une vaste fresque romanesque ne se fait pas sans conséquence. La rapidité avec laquelle nous est contée l'histoire nous empêche un peu de vraiment nous attacher aux personnages. N'empêche, le récit cousu du fil bleu par Louis-Dominique Lavigne, assisté par le Loup lui-même, s'avère une irrésistible et divertissante introduction à l'un des plus grands romans de l'histoire de la littérature. Pour le reste, il faut lire...

La pièce Guerre et paix est présentée jusqu'au 22 novembre au Théâtre de la Bordée.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer