• Le Soleil > 
  • Arts > 
  • Théâtre 
  • Variations énigmatiques à la Bordée: devant Schmitt et les hommes 

Variations énigmatiques à la Bordée: devant Schmitt et les hommes

Dans cette pièce, mise en scène par Hugues... (Le Soleil, Erick Labbé)

Agrandir

Dans cette pièce, mise en scène par Hugues Frenette (derrière), un Prix Nobel de littérature (Emmanuel Bédard, à gauche) reçoit un journaliste (Vincent Champoux, à droite) sur l'île où il vit retiré. Il apprendra en cours de route que son visiteur en connaît plus qu'il n'y paraît.

Le Soleil, Erick Labbé

(Québec) Le Dream Team reprend, après trois ans de jachère, sa version de Variations énigmatiques d'Éric- Emmanuel Schmitt. Le duel haletant opposant Vincent Champoux et Emmanuel Bédard aura, selon les interprètes et le metteur en scène Hugues Frenette, davantage de profondeur et de subtilités, en plus de bénéficier de nouveaux moyens. Tout est en place pour un second succès.

La production présentée en 2008 à Premier Acte, puis reprise pour un soir à la salle Albert-Rousseau, élira domicile à la Bordée dès mardi pour clore la saison. L'histoire se répète, puisqu'en 2007, Vincent Champoux mettait en scène Hôtel des deux mondes, aussi de Schmitt, à Premier Acte, puis, un an plus tard, à la Bordée.

Autre fleur du destin, comme l'auteur est l'un des invités du Salon du livre de Québec cette année, il pourra venir assister à Variations énigmatiques cette semaine. «C'est déjà un luxe de pouvoir reprendre une pièce dans laquelle on s'était beaucoup investi. Alors que l'auteur soit là, c'est le chou sur le cadeau», commente Hugues Frenette.

L'intrigue et l'humain

Difficile de résumer l'histoire sans dévoiler des surprises, tant l'intrigue est tissée serrée. «Un Prix Nobel de littérature [Znorko, joué par Emmanuel Bédard] reçoit un journaliste sur l'île où il vit retiré. Il apprendra en cours de route que son visiteur en connaît plus qu'il n'y paraît», raconte Vincent Champoux, qui interprète Larsen, l'invité. «Les deux en viennent rapidement à confronter leurs façons de voir la façon de vivre l'amour et de vivre dans le monde», ajoute M. Frenette.

«Il y a une intelligence de la répartie, mais aussi des plongées dans des rapports humains, souligne le metteur en scène. Alors mê-me si c'est une pièce française qui se passe en Norvège et que c'est un Nobel de littérature, il y a une tartine de vérité là-dedans qui doit être fort agréable à jouer. Je vous envie, les gars», ajoute-t-il en regardant ses collègues en souriant.

Nouveau ciel

Les moyens de la Bordée ne sont évidemment pas les mêmes que ceux du petit théâtre autogéré de l'avenue Salaberry. Pour cette seconde mouture, «on est allé au bout de nos fantasmes pour le décor, les costumes et les accessoires. C'était très difficile à Premier Acte de reproduire la demeure d'un écrivain millionnai-re», remarque Hugues Frenette, qui profitera de la hauteur de la salle pour projeter, sur un cyclo en fond de scène, toutes les couleurs du ciel.

«C'est une suggestion de l'auteur dans les didascalies, puisque l'action se déroule au nord du Cercle Arctique, juste avant le début de la nuit polaire qui va durer six mois, indique le metteur en scène. J'aimerais qu'on passe des couleurs chaudes à une couleur très froide.»

Jeu affiné

Puisque l'équipe a présenté Variations énigmatiques à la salle Albert-Rousseau, les comédiens ont déjà confronté leur jeu à une grande scène. «Je crois que tout le travail de précision paraissait encore, et qu'on a pu conserver une certaine intimité, nous dit M. Champoux. Ce sera plus évident ici [à la Bordée], puisqu'on est plus près du public.»

Les trois années qui ont passé depuis la création seront, selon les artistes, bénéfiques : «Les acteurs ont mûri et jouent moins le côté anecdotique de l'histoire. À la création, on notait beaucoup que le spectacle était plein de rebondissements, mais ici, on ajoute des sous-couches aux personnages pour qu'ils soient plus riches, plus denses», explique M. Frenette.

«C'est beaucoup de texte pour deux acteurs, alors parfois, on parlait très vite pour ne pas perdre le fil. Il y a des répliques qui n'avaient pas été rognées. Maintenant, on y découvre des tremplins pour aller ailleurs», indique plus sérieusement Emmanuel Bédard.

Dans ce duo colossal, tout repose sur les mots de Schmitt et sur le jeu; d'où l'intérêt d'être allé chercher Hugues Frenette pour signer la mise en scène, sa troisième en carrière. «Je crois qu'on m'approche toujours pour la même raison : la direction d'acteur. Les concepteurs sont autonomes, alors je peux me concentrer sur le jeu et interroger les motivations des personnages, nous dit Frenette. Si je veux faire plus de mises en scène? Oui, mais pour ces raisons-là.»

Vous voulez y aller?

QUOI : Variations énigmatiques

QUI : Théâtre du Dream Team

QUAND : du 12 avril au 7 mai

: Théâtre de la Bordée

BILLETS : 20 $ à 30 $

TÉL. : 418 694-9721

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer