Le témoignage de Cosby sous la loupe du jury

Bill Cosby, 79 ans, est accusé d'avoir drogué... (AP, Matt Rourke)

Agrandir

Bill Cosby, 79 ans, est accusé d'avoir drogué et agressé sexuellement Andrea Constand en 2004. On le voit ici accompagné de son porte-parole Andrew Wyatt.

AP, Matt Rourke

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Associated Press
Norristown, Pennsylvanie

Les délibérations des jurés au procès de Bill Cosby s'étiraient, mardi en soirée, à la deuxième journée dédiée à celles-ci, alors qu'ils doivent déterminer si le comédien et humoriste a drogué et agressé une femme en 2004, à son manoir situé en banlieue de Philadelphie. Les jurés ont mis fin à leurs travaux en milieu de soirée et reprendront les délibérations mercredi matin.

Le jury de sept hommes et cinq femmes s'est attardé, mardi, à la façon avec laquelle l'accusé a décrit, dans son témoignage sous serment de 2005 et 2006, le déroulement des événements de cette soirée de 2004 qui se trouve au coeur de la poursuite ainsi que la relation qu'il avait avec la présumée victime. Ils ont ainsi scruté à la loupe plus d'une dizaine de passages de la déposition faite par Cosby il y a plus de 10 ans.

Les jurés ont entendu des extraits portant sur un vaste éventail de sujets, allant de la première rencontre entre l'accusé et sa présumée victime à la nuit de 2004 au cours de laquelle Andrea Constand soutient avoir été droguée et agressée sexuellement, à la résidence de l'humoriste située en banlieue de Philadelphie.

Dans sa déposition, Cosby dit avoir accédé, en mettant la main dans le pantalon de Mme Constand, à une «zone qui est quelque part entre la permission et le rejet». Il ajoute ne pas avoir été «arrêté».

Cosby est accusé d'avoir drogué et agressé sexuellement Andrea Constand, aujourd'hui âgée de 44 ans. Les avocats de la défense ont fait valoir que tous deux avaient vécu une relation amoureuse et que leurs rapports sexuels avaient été consensuels.

Le comédien et humoriste de 79 ans n'a pas témoigné à son procès, mais les procureurs ont eu recours au témoignage qu'il avait fait en 2005 et en 2006 dans le cadre de la poursuite au civil de Mme Constand contre lui.

À leur sixième heure de délibérations, les jurés se sont interrogés sur la signification des mots «à son insu» - without her knowledge, en anglais - dans l'un des trois chefs d'accusation portés contre M. Cosby. L'un de ces chefs d'attentat criminel à la pudeur concerne des allégations voulant que l'acteur ait intoxiqué Andrea Constand avec des comprimés avant de lui faire des attouchements sexuels. Le juge Steven O'Neill a déclaré qu'il ne pouvait leur expliquer le sens de ces termes plus longuement.

Témoignage surprenant

Les avocats de la présumée victime ont de leur côté vilipendé le camp de Cosby pour avoir diffusé la déclaration d'une femme dont le témoignage n'avait pas été permis au procès. Un porte-parole de Cosby a lu la déclaration d'une responsable de longue date de l'Université Temple - où Mme Constand travaillait au moment des faits reprochés et où Cosby était un membre influent du conseil d'administration -, Marguerite Jackson. Celle-ci soutient que Mme Constand lui aurait parlé d'un plan d'accuser faussement une «personnalité éminente» d'agression sexuelle dans le but de la poursuivre.

Quoi qu'il en soit, les jurés, séquestrés pour la durée du procès, n'avaient pas connaissance de ces développements.




publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer