Plan B: déjouer le destin

Louis Morissette dans Plan B... (fournie par Séries Plus)

Agrandir

Louis Morissette dans Plan B

fournie par Séries Plus

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Josianne Desloges
Josianne Desloges

Collaboration spéciale

Le Soleil

(Québec) Plan B aura certainement une place spéciale dans la carrière de Louis Morissette, qui produit et incarne le personnage central de la série. La complexité et la richesse du rôle l'ont convaincu de prendre une pause de ses autres activités, d'engager un coach, d'organiser des répétitions, alors que le projet en tant que tel l'a convaincu d'investir dans des journées de tournage en hiver et dans le Sud, un luxe que peu de productions québécoises se permettent.

Il travaillait encore sur la série C.A. lorsqu'il a acheté l'idée de Plan B et a demandé à Jean-François Asselin et à Jacques Drolet de la développer. Il agissait alors comme script-éditeur. «En cours de route, je suis vraiment tombé amoureux avec cette histoire-là et j'ai voulu la jouer. C'est le plus beau rôle que j'ai eu à défendre à ce jour. Je suis conscient qu'il y a 52 gars de ma génération qui auraient eu envie de le jouer. Je ne vais leur donner ça trop facile pour qu'ils puissent dire que c'est parce que je le produis que je le joue. Il fallait que je sois bon, et pour ça il fallait que je me prépare.»

Il endosse le rôle de Philippe, un avocat qui fait appel à la compagnie Plan B pour revenir en arrière et tenter de revivre les choses autrement. «Il y a un coût aux services de Plan B. Plus tu reviens loin en arrière, plus c'est cher, et tu dois te retaper toute la route. Si tu reviens six ans avant, tu dois revivre ces six années-là et tu ne peux pas revenir en arrière tant que tu n'es pas revenu à ton point de départ», explique Morissette. Chaque bond dans le passé est donc un pensez-y-bien et devient chaque fois un peu plus aliénant.

«On se dit souvent qu'on aimerait tout effacer et recommencer, mais quand on sait ce qui va arriver, il y a quelque chose d'anormal. On en sait trop de chose, on devient contrôlant», indique Morissette, qui partage l'affiche avec Magalie Lépine-Blondeau (qui joue sa blonde), Fabien Cloutier (qui joue son frère) et Émile Proulx-Cloutier (qui joue son associé).

La réalisation a été confiée à Jean-François Asselin, qui a tenté de donner à la série une esthétique très cinématographique. «On a engagé des frais qu'on n'aurait pas engagés autrement. On est allé all in», note Morissette.

La série a d'abord été développée sur dix épisodes pour Radio-Canada, puis réduite à six épisodes pour Séries Plus. «Donc, on a dû laisser tomber certains éléments. On a des idées pour faire une deuxième saison. Pour le Québec je ne suis pas sûr, si on vend ailleurs dans le monde, peut-être», indique le producteur, dont la firme, KOTV, a déjà exporté Le Verdict et C'est ma toune à l'étranger, alors que ça augure bien pour Conseils de famille.

Plan B sera diffusé dès le jeudi 4 mai à 21 h sur Séries Plus.




publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer