Tout part du look pour David La Haye

David Lahaye dans la troisième saison de Mirador... (Dominic Gauthier)

Agrandir

David Lahaye dans la troisième saison de Mirador

Dominic Gauthier

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Josianne Desloges
Josianne Desloges

Collaboration spéciale

Le Soleil

(Québec) Si le look à la David Bowie de David La Haye dans la première saison de Mirador a beaucoup attiré l'attention des téléphiles et des chroniqueurs télé, celui qu'il arbore dans l'ultime saison de la saga devrait aussi faire jaser. D'autant plus qu'il a permis à l'acteur et producteur de décrocher plusieurs rôles dans des fictions d'époque aux États-Unis.

David La Haye a un permis de travail aux États-Unis depuis janvier 2015 et passe plus de temps à Los Angeles qu'à Montréal. «C'est comme ça que j'ai pu décrocher un rôle dans Lewis and Clark, en tournage pour HBO. C'est en arrêt en ce moment, ils ont dû mettre le réalisateur à la porte après trois mois de tournage», explique l'acteur, qui s'est donc fait pousser les cheveux et la barbe pour incarner le traducteur qui accompagne les explorateurs qui ont découvert le passage de l'Ouest, en 1804.

«C'est intéressant parce que tout le monde ici est musclé avec les cheveux courts, très american boy, alors ils me veulent pour des rôles de chevalier, de roi français ou de vampire», constate La Haye. Il jouera aussi un trappeur français dans le film Mohawk, tourné à Syracuse, ainsi qu'un colon qui meurt de la fièvre pourpre dans Hochelaga, terre des âmes, que François Girard réalise pour le 375e de Montréal. 

«Je devais garder le look, en attendant que le tournage de Lewis and Clark reprenne, en 2017. D'où le fait que dans Mirador 3, j'ai un look de hipster. Mes cheveux longs sont attachés en bun [chignon]», note le comédien. 

La troisième et dernière saison de Mirador, qui sera diffusée en rafale sur trois jours à Séries +, se déroule plusieurs années après la fin de la seconde saison. Luc Racine (La Haye) ne travaille plus à l'agence de gestion de crise Mirador et il a gagné en profondeur et en humanité. 

«Dans la première année, mon personnage était superficiel, flamboyant, baveux et méchant et dans la troisième année, il est beaucoup plus introspectif et sombre. Ce qui se passe dans la famille, surtout, va prendre le pas sur ses ambitions professionnelles», résume l'acteur. 

Ce changement de cap se rapproche davantage de ce qu'il avait proposé initialement en audition (qu'on peut visionner sur YouTube). «J'en faisais un cynique lourd, blessé, plutôt qu'un personnage comique au cynisme léger. J'étais content qu'on lui fasse faire une courbe, parce que j'aime ça quand c'est plus rootsy, plus vrai», explique-t-il. 

Il n'y a pas que la pilosité de La Haye qui s'assombrit dans Mirador... toute la réalisation semble teintée d'une aura de drame. «C'est une saga familiale qui se termine avec beaucoup d'émotion», note La Haye. Le père, joué par Gilles Renaud, est appelé à témoigner dans une commission sur le financement politique et se met à délirer sérieusement.

En plus de jouer, David La Haye est aussi producteur associé de Max Rose, le prochain film de Jerry Lewis qui doit sortir le 2 septembre aux États-Unis. 

La deuxième saison de Mirador est disponible sur seriesplus.com, alors que la troisième saison sera diffusée les 29, 30 et 31 août, à 20h et à 21h à Séries +.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer