Jeff Fillion revient à CHOI

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Remercié de la station Énergie en avril, à la suite d'un tweet controversé, Jean-François «Jeff» Fillion est de retour à la station qui l'a vu naître au milieu des années 90. À compter de lundi, l'animateur sera à la barre de l'émission du midi à CHOI Radio X, dans un créneau coupe-gorge où la compétition s'annonce féroce.

Pour le principal intéressé, dont le retour a été officiellement annoncé mardi matin, à l'occasion du dévoilement de la grille horaire de la 20e saison de CHOI, cette décision allait de soi dans son cheminement professionnel, lui qui a «longtemps pensé» faire «toute sa carrière» à cette station et nulle part ailleurs.

«C'est plus la réflexion que la négociation qui a été longue, explique-t-il au Soleil. Une réflexion sur ce que j'avais le goût de faire. Il me restait une option pour un retour à la radio traditionnelle et c'était CHOI. J'ai décidé de revenir à l'endroit où je me sentais le plus à l'aise et naturel possible.»

Douze ans après son départ houleux, qui s'est terminé devant les tribunaux face à l'ancien propriétaire de la station, Patrice Demers, Fillion avoue qu'à 49 ans, maintenant père de deux enfants, il n'est plus l'homme qu'il était à l'époque où il faisait la pluie et le beau temps derrière le micro, un comportement qui lui avait valu son lot de procès en diffamation et de démêlés devant le CRTC.

«C'est sûr qu'on demeure la même personne, on ne change pas dans nos opinions et la manière dont on voit les choses, mais [...] c'était une autre époque. On a [depuis] rapetissé la patinoire au niveau des règlements.»

Depuis son départ de CHOI, poursuit-il, il se dit fier de ne pas avoir fait l'objet de plaintes ou de poursuites, derrière le micro de sa station Internet Radio-Pirate et à la station Énergie. «Ç'a été de la radio clean; de la radio tranchante, de la radio d'opinion, de la radio différente, mais clean

Fillion avait été congédié de la station Énergie en avril, à la suite d'un tweet controversé sur le suicide du fils de l'homme d'affaires montréalais Alexandre Taillefer. À ce sujet, l'animateur explique avoir tourné la page. «Je suis passé à autre chose rapidement. C'était une situation hors contrôle. On a échangé tous les deux et c'est réglé entre M. Taillefer et moi.»

Même longueur d'onde

C'est en juin que les négociations ont commencé, lors d'une «rencontre secrète» de quatre heures, au Château Bonne-Entente, avec le directeur général de la station, Philippe Lefebvre. Une poignée de main plus tard, il ne restait plus que quelques formalités à remplir pour la signature d'un contrat de cinq ans.

«On était sur la même longueur d'onde, explique M. Lefebvre. On rêvait les deux en couleurs et c'était le même rêve. Les négos se sont très bien déroulées, en quelques semaines.»

Le patron de CHOI estime qu'il n'a plus affaire au même animateur qu'il y a une quinzaine d'années. «Ça n'a absolument plus rien à voir. Jeff a beaucoup évolué. Il demeure quelqu'un de controversé, mais rien qui peut se comparer à ce qu'il était en 2004.» Néanmoins, l'émission de Fillion sera en ondes avec un délai d'une quarantaine de secondes, explique-t-il, «un filet pour s'assurer que tout se déroule bien».

«Show intelligent et articulé»

Qualifiant Fillion d'«animateur exceptionnel» dans le communiqué officiel de la station, Philippe Lefebvre croit que sa nouvelle acquisition présentera «le meilleur show de radio à Québec, un show intelligent, articulé et rassembleur». En outre, croit-il, son arrivée permettra à CHOI de devenir «indélogeable de la tête» dans les sondages.

Outre son émission, diffusée de 11h30 à 13h, Fillion interviendra une demi-heure tous les jours de la semaine, lors d'un «one-two punch» avec Dominic Maurais, au Show du matin.

L'arrivée de Fillion entraîne le déplacement de l'animateur Richard Martineau dans la case dit du «mid afternoon», de 13h à 15h, en compagnie de Jonathan Trudeau, un des membre de l'équipe du matin. «C'est un show qui va plus ressembler à Richard. Ce sera le clash entre deux générations», explique Philippe Lefebvre.

L'automne s'annonce chaud, le midi, dans le monde radiophonique de la capitale, avec le tandem Éric Duhaime-Bernard Drainville au FM 93; l'ex-animateur du matin de CHOI, Jérôme Landry, en ondes à Énergie, et la rumeur d'un retour d'André Arthur, un autre ancien de CHOI, à la nouvelle station BLVD 102,1.

«Je suis très content. Au début, ç'a été... (Le Soleil, Patrice Laroche) - image 2.0

Agrandir

«Je suis très content. Au début, ç'a été une surprise, mais rapidement je me suis rendu compte que c'était un fit naturel. C'est lui qui a bâti le branding [de la station]», a commenté Dominic Maurais, animateur du Show du matin, à CHOI Radio X.

Le Soleil, Patrice Laroche

«Tout le monde croyait impossible qu'il puisse revenir. Je crois... (Le Soleil, Patrice Laroche) - image 2.1

Agrandir

«Tout le monde croyait impossible qu'il puisse revenir. Je crois que c'est une belle opportunité pour lui de finir sa carrière dans un environnement qu'il a contribué à bâtir et se réhabiliter dans une certaine mesure», a estimé Denis Gravel, animateur de l'émission Gravel dans le retour.

Le Soleil, Patrice Laroche

De nouveau candidat à la mairie?

Candidat défait à la mairie de Québec, aux élections municipales de novembre 2009, Jeff Fillion n'écarte pas la possibilité de se présenter de nouveau l'an prochain. «Je n'ai pas dit que je vais me présenter, j'ai dit que je pensais me présenter. Je sens qu'il y a une certaine pression.» L'animateur, qui avait recueilli 8,5 % des suffrages, loin derrière Régis Labeaume (79,9 %), croit que la Ville de Québec est mûre pour un changement. «C'est un gars [Labeaume] qui a un énorme potentiel [...] mais qui ne travaille plus pour les citoyens. On paye de plus en plus de taxes. Parlez-en aussi aux vendeurs d'autos, aux restaurateurs et aux commerçants. C'est en train de tuer l'économie de Québec. Le show de Labeaume, avec ses millions pour des spectacles de danse, on a fait le tour. La lune de miel est terminée.»  

Le directeur général de Radio X, Philippe Lefevre... (Le Soleil, Patrice Laroche) - image 3.0

Agrandir

Le directeur général de Radio X, Philippe Lefevre (à droite), était heureux d'annoncer le retour de Jeff Fillion dans sa station, mardi. 

Le Soleil, Patrice Laroche

Trop de «radios parlées» à Québec

Le marché de la radio parlée à Québec a atteint un point de saturation, estime Jeff Fillion, qui croit qu'un coup de balai aura bientôt lieu. À son avis, à l'exception de Radio-Canada, seulement deux stations, CHOI Radio X et le FM 93, réussiront à tirer leur épingle du jeu. «Il y a trop de radios parlées à Québec, c'est clair. C'est d'ailleurs une des raisons pour lesquelles je suis venu à CHOI. Les autres [Énergie et BLVD] le font pour les mauvaises raisons, parce qu'ils sont pognés avec les quotas du CRTC qui les empêchent d'avoir des cotes d'écoute qui ont de l'allure. Je pense qu'à moyen terme, il va y avoir un ménage qui va se faire. Il va rester les deux stations dominantes dans le talk, soit le FM 93 pour les personnes âgées, et CHOI pour les plus jeunes. Pour les autres, bonne chance...»

«Je ne me voyais pas ailleurs qu'à CHOI»,... (Le Soleil, Patrice Laroche) - image 4.0

Agrandir

«Je ne me voyais pas ailleurs qu'à CHOI», a expliqué Jeff Fillion, mardi. «Aujourd'hui, je reviens, un peu incrédule, mais surtout extrêmement motivé de reprendre le micro et cette antenne que j'ai tant aimés.»

Le Soleil, Patrice Laroche

Des flèches contre Gilles Parent

Jeff Fillion a profité de la conférence de presse de mardi pour rendre la monnaie de sa pièce à l'animateur Gilles Parent qui, à l'antenne du FM 93, a parlé de son retour à CHOI comme une décision motivée par la panique et le désespoir. «Jeff va arriver à CHOI comme le Bonhomme Carnaval. On va lui donner les clefs de la Ville», a-t-il déclaré. Fillion se demande où loge le vrai Gilles Parent, celui qui parle en ondes ou celui qui lui a envoyé un texto, le 31 décembre 2015, afin d'enterrer la hache de guerre. «Qui parle? Qui est l'homme en ondes au FM 93? Je trouve ça triste. [...] On l'a eu dans notre famille, on l'a formé dans le talk. On dirait qu'il veut être seul, qu'il veut enlever des micros. On n'a pas besoin d'être haineux entre nous autres. Gilles doit faire attention. S'il y a quelqu'un qui n'est pas placé pour être directeur des programmes et donner son avis... [...] Mais je le comprends de faire ça, c'est le seul moment où il se retrouve dans le journal.»

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer