Stars de la nuit

Les dieux de la scène - Rebelles... (Fournie par MOI et cie)

Agrandir

Les dieux de la scène - Rebelles

Fournie par MOI et cie

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Josianne Desloges
Josianne Desloges

Collaboration spéciale

Le Soleil

(Québec) Il y a plusieurs années, Simon Sachel entrait au bar le 281 pour commencer le tournage du docu-réalité 281 - Les dieux de la scène. Pour une deuxième saison, rebaptisée Les dieux de la scène - Rebelles, il a suivi un petit groupe qui se lançait à son compte. Dans la troisième saison, qui sera bientôt sur les ondes de MOI & cie, l'entreprise a tellement grandi que le réalisateur a eu l'impression de suivre de jeunes rock stars plutôt que des danseurs nus.

Tout a commencé alors qu'il réalisait Occupation double et que l'un des candidats était un danseur du 281. «Ça avait fait un tollé, c'était partout dans les journaux», raconte Simon Sachel, qui a alors rencontré Annie Delisle, la propriétaire du 281, pour lui proposer un tournage.

«J'étais fasciné par la popularité que ces gars-là semblaient avoir. Puis j'ai réalisé qu'ils étaient suivis par 5000 personnes ou plus sur Facebook et Instagram. Ils sont acclamés chaque soir sur scène. Ils vivent une espèce de distorsion de la réalité et certains sont au courant, d'autres, non», expose-t-il.

Lorsque Shawn et Sam, deux danseurs vedettes de la série, se sont fait congédier du club et sont partis à leur compte, le réalisateur et concepteur tenait une nouvelle amorce. Les danseurs devenus entrepreneurs avaient un nouvel attrait.

«Je ne me voyais pas trop faire une 3e saison quelques mois plus tard, mais lorsqu'on a vu l'ampleur que l'entreprise avait prise, ça valait la peine», indique le réalisateur. «Il y a plus de personnages, puisque la troupe s'agrandit. Il y a aussi plus de stripteases parce que les fans de la série le demandaient. C'est plus sexy, il y a plus de rebondissements, tout est plus gros.»

La troupe a engagé le chorégraphe Steve Bolton, qui fait notamment les chorégraphies de Marie Mai, attire assez de danseurs pour remplir le Capitole de Québec et la salle du Casino de Montréal et prépare une tournée pancanadienne. Leur nouveau mode de vie pimente copieusement la nouvelle saison, selon Sachel. On verra s'enchaîner les drames d'ego. «Il y a beaucoup d'excès et d'accrochage cette année. Les loges sont ouvertes, l'alcool coule à flots. On a vraiment l'impression de suivre des rock stars en tournée», note-t-il.

Le contraste entre cette vie de nuit et la vie de jour de certains danseurs est total. «Shawn , le leader, est rendu nouvellement papa et a une compagnie de construction. On le suit dans ses relations de couple qui ne sont pas évidentes. Sa blonde a accouché, il est resté 25 minutes puis devait partir danser devant 500 filles», raconte le réalisateur. Si la série défait quelques préjugés, elle en conforte aussi plusieurs, selon lui.

Il est aussi derrière Beachclub, qui sera présenté à V et à Musique Plus à la rentrée, où il a suivi les deux jeunes millionnaires qui sont derrière le succès populaire de ce bar à ciel ouvert.

Les dieux de la scène sera diffusé dès le samedi 27 août à 22h sur MOI & cie. La chaîne est débrouillée, donc accessible à tous sans abonnement, du 22 août au 12 septembre.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer