Marie-Jeanne Rivard, entrepreneure à l'oeuvre

L'entrepreneure Marie-Jeanne Rivard anime Flip de fille sur... (fournie par Mélissa Hébert)

Agrandir

L'entrepreneure Marie-Jeanne Rivard anime Flip de fille sur la chaîne Moi et Cie, en ondes pour une 2e saison.

fournie par Mélissa Hébert

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Josianne Desloges
Josianne Desloges

Collaboration spéciale

Le Soleil

(Québec) L'émission Flip de fille, mettant en vedette l'entrepreneure générale Marie-Jeanne Rivard, prend l'affiche pour une seconde saison sur la chaîne Moi et cie. On la verra réaménager et transformer complètement l'intérieur de trois maisons voisines, tout en continuant de travailler sur son projet d'hôtel au centre-ville de Montréal.

«J'ai toujours rénové. Même quand je louais des appartements, je cherchais tout le temps comment refaire la cuisine, les planchers ou réémailler les bains», indique Marie-Jeanne Rivard, qui a grandi dans une maison centenaire en constante transformation. Son père était constructeur naval, sa mère, directrice d'école, et leur maison était leur projet de vie. «Bâtir notre maison comme on la veut, travailler avec des outils, ça faisait partie de nos vies», note la jeune femme.

Avant de faire de sa passion son métier, elle étudiait en neuropsychiatrie. «Je m'intéresse beaucoup à ce qui peut améliorer la santé mentale. On le voit dans mon processus de transformation des propriétés. J'essaie d'améliorer leur valeur saine», indique-t-elle.

Elle a acheté son premier duplex avec sa soeur et l'a transformé en maison unifamiliale. Depuis, elle habite dans les maisons qu'elle rénove et change d'adresse chaque année.

Pendant l'entrevue, sa mère et une de ses soeurs plantaient des arbustes devant l'une des maisons qu'on verra dans la seconde saison. «On tourne la finale la semaine prochaine [début mai]. Je voulais qu'on filme le plus possible en temps réel pour montrer aux gens les vrais échéanciers», souligne-t-elle.

Pour mener tous ses projets de front, elle a parfois dû demander à son conjoint, un urbaniste, de tenir le fort pour le triple chantier qui allait modifier l'aspect d'une rue du sud-ouest de Montréal. «C'était intéressant d'avoir son point de vue, parce qu'on a un impact visuel énorme. On devait penser à quelque chose qui allait plaire à tout le monde, pas juste aux futurs acheteurs.»

Même si elle les transforme en profondeur pour en faire des demeures plus cossues et plus modernes, Marie-Jeanne Albert respecte la forme d'origine des maisons. Elle leur donne un deuxième souffle plutôt que de simplement démolir et rebâtir. «Ce sont des maisons avec de grandes cours avant, qui ont été construites entre 1960 et 1980, donc avec de petites cuisines, pas d'aire ouverte, une seule salle de bain», décrit-elle. Elle habite maintenant dans celle du milieu. Sa belle-soeur demeure dans la deuxième, alors que la troisième est à vendre.

En parallèle, dans le Quartier des spectacles, elle travaille sur son «projet de retraite». «Je profite de la vague Airbnb, mais je le fais de manière légale. Pour ceux qui le veulent, tous les services d'un hôtel y sont, mais ça peut aussi être juste un petit appartement», explique-t-elle.

Flip de fille est diffusée plusieurs fois pendant la semaine, dont le mercredi à 18h et le jeudi à 21h30, sur la chaîne Moi et Cie. Détails et vidéos à tv.moietcie.ca/series/flip-de-fille-saison-2

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer