Esther Bégin: derrière l'image publique

Esther Bégin anime Fièvre politique à Télé-Québec.... (Frédéric Tougas)

Agrandir

Esther Bégin anime Fièvre politique à Télé-Québec.

Frédéric Tougas

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Josianne Desloges
Josianne Desloges

Collaboration spéciale

Le Soleil

(Québec) La journaliste Esther Bégin, qui a notamment été chef d'antenne à LCN, s'est entretenue avec 23 anciens politiciens pour leur faire raconter comment ils ont vécu les crises, la pression médiatique et les contrecoups des sacrifices qui font partie de la vie politique.

Au fil des ans, plusieurs conversations en coulisses, loin des caméras, lui ont fait constater qu'il y a parfois un décalage entre la manière dont sont perçus les hommes et les femmes politiques et leur véritable personnalité.

«Dans la sphère publique de la politique, il n'y a pas de place pour déverser ses émotions. Je me disais que si les gens savaient ce qu'ils traversent, les dilemmes devant lesquels ils sont placés et les émotions qu'ils ressentent alors qu'ils vivent des choses en public, ils verraient les politiciens sous un autre angle. Le but de mon documentaire est de montrer les êtres humains derrière les politiciens», indique-t-elle. 

Celle-ci s'est fait approcher pour sauter dans l'arène politique lors de la campagne provinciale de 2008, mais elle a finalement refusé. «J'ai dû y réfléchir sérieusement, mais j'aime profondément mon métier et je ne me voyais pas passer quatre soirs par semaine dans une chambre d'hôtel loin de mes proches.»

Esther Bégin et Jean Chrétien... (fournie par Télé-Québec) - image 2.0

Agrandir

Esther Bégin et Jean Chrétien

fournie par Télé-Québec

La série documentaire sera découpée en quatre épisodes ayant pour titres Cynisme et sacrifices, Crises, Pouvoir et médias et Quitter. On y entendra entre autres Jean Chrétien et Jean Charest, qui accordent rarement des entrevues, ainsi que Pauline Marois, Bernard Landry, Mario Dumont et Jean-Martin Aussant, entre autres.

«J'ai pris des anciens, parce que je voulais des gens qui avaient du recul et une liberté de parole, note Esther Bégin. Je me suis demandé lesquels avaient le plus à dire et étaient de bons conteurs». La journaliste n'a essuyé qu'un seul refus.

Le réalisateur Charles Gervais a choisi de tourner au manoir McDougall, sur le boulevard Gouin, à Montréal, un lieu qui portait à l'introspection et à la confidence. «C'est un site un peu intemporel, sur le bord de la rivière des Prairies. On a commencé à l'automne dans les feuilles et on a continué cet hiver, avec la neige», raconte Mme Bégin.

Celle-ci a préparé ses entrevues avec beaucoup de rigueur journalistique, mais s'est appliquée, pendant les tête-à-tête, à mettre les ex-élus à l'aise et en confiance. «Je n'avais jamais pu me permettre de faire des entrevues comme ça. La beauté est qu'on avait du temps», souligne-t-elle.

L'entrevue de Jean Lapierre, faite le 29 janvier, a été diffusée presque en version intégrale à la suite de son décès, le 29 mars. «J'étais loin de me douter que ça allait se transformer en testament politique», indique la journaliste.

La série, baptisée Fièvre politique, sera diffusée en quatre parties le jeudi à 20h dès le 26 mai à Télé-Québec.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer