L'ère de l'antihéros à la télévision

Walter White de l'émission Breaking Bad est l'un... (Fournie par AMC)

Agrandir

Walter White de l'émission Breaking Bad est l'un des antihéros, dont la présence sur nos écrans se fait sentir.

Fournie par AMC

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
La Presse Canadienne

Il fait des mauvaises actions pour les bonnes raisons. Pour protéger la société de ce qui la menace, il est prêt à tuer... mais pas à violer.

Il est l'antihéros, toujours charmeur, mais toujours aussi raciste et misogyne. Il est un vieux cliché télévisuel qui revient à la vie et à la mode, et dont la popularité ne cesse de croître. Surtout avec un climat ambiant qui convainc le téléspectateur qu'il est «toujours en état de guerre», croit Glen Mazzara, producteur exécutif de l'émission post-apocalyptique Walking Dead.

«Je crois que l'antihéro n'est pas près de disparaître, surtout avec le climat actuel aux États-Unis où les hommes blancs de la classe moyenne se sentent constamment attaqués», affirme Mazzara, à une conférence, à Toronto.

Mazzara y a discuté de l'antihéro, comme étant le cliché télévisuel le plus dominant dans la culture actuelle.

Selon lui, ce personnage d'homme vif et impulsif, qui défend la société à sa manière, tout en cherchant la rédemption, est devenu plus présent à la télévision depuis le 11 septembre et l'avènement de la télévision câblée, avec les Don Draper, Tony Soprano, Walter White et autres.

Dans ces fictions, le rôle des femmes est réduit à celui d'objet. Les téléspectateurs la détestent souvent car ils la perçoivent comme celle qui restreint la liberté du héros. Les scénaristes répètent ces «clichés encore et toujours», déplore le producteur

Bien sûr, certaines émissions ont brisé et renversé ces clichés. Mazzara cite notamment Outlander, Orphan Black et The Americans, ainsi que le nouvel album visuel de Beyoncé, Lemonade.

«Mais alors que la société devient plus inclusive, et qu'un plus grand nombre de gens racontent leur histoire à la télévision - et que nous devenons nous-mêmes de plus en plus confortables avec des histoires et des personnages différents, et qu'on a une plus grande égalité des sexes - il va toujours y avoir de la résistance», croit Mazzara.

«Il y a toujours un ressac à chaque mouvement. Le changement n'est pas facile. Je pense qu'on va avoir de nouvelles histoires à raconter, mais les gens vont toujours tenter de raconter leurs histoires d'antihéros.»

Changer le discours

Mazzara, membre de la Guilde des scénaristes du Conseil sur la diversité à la télévision américaine, dit que le problème provient d'un manque de diversité derrière la plume et la caméra.

«En toute honnêteté, les choses ne s'améliorent pas.»

«Les gens voient des personnages diversifiés, mais ceux qui racontent leurs histoires ne le sont pas nécessairement. Et même le terme diversité est raciste et sexiste, parce qu'il implique de la diversité par rapport à la perspective de base, soit celle de l'homme blanc. Alors toute femme est "diverse", c'est ridicule. Je crois qu'un meilleur terme, c'est l'inclusion.»

«Nous n'avons même pas le bon vocabulaire pour parler de ce dont nous avons besoin de parler. Voilà d'où nous commençons la conversation.»

Il ajoute qu'il y a souvent un préjugé chez les scénaristes blancs et masculins à l'idée que «si je n'ai pas de personnages noirs, je n'ai pas besoin d'un scénariste noir. Si je n'ai pas de personnage gai, je n'ai pas besoin d'avoir un gai derrière la caméra.»

«Un scénariste gai peut écrire une multiplicité de personnages, défend Mazzara. Les gens vont dire : "Nous avons besoin d'une femme pour écrire un personnage féminin fort." Mais j'ai été sur bien des plateaux et les femmes créent plusieurs personnages distincts.

«Un écrivain est un écrivain et ils ont besoin d'opportunités. Pour l'instant, ils sont limités. Nous avons encore beaucoup de chemin à faire et j'ai peur que les gens regardent un casting diversifié et qu'ils se disent qu'on a réglé le problème, alors que ce n'est pas le cas.»

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer