André Arthur «sacre son camp»

André Arthur... (Photothèque Le Soleil, Patrice Laroche)

Agrandir

André Arthur

Photothèque Le Soleil, Patrice Laroche

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) André Arthur tire un trait sur sa carrière radiophonique. L'animateur revenu en ondes l'automne dernier à CHOI Radio X a indiqué vendredi midi, à la fin de son émission quotidienne, qu'il abandonnait son poste à la demande de la direction. «Je sacre mon camp maintenant, that's all folks!» ont été les derniers mots à ses auditeurs.

«Ce n'est pas la première fois que je perds une job en radio, mais c'est la dernière fois», avait-il indiqué auparavant, ajoutant faire «une croix absolue» sur le métier. C'est la direction de RNC Média, propriétaire de la station de la Grande-Allée, qui a décidé «de mettre un terme» à l'association, une décision que le principal intéressé a accepté «non sans rouspéter et supplier un peu».

Le directeur général de CHOI Radio X, Philippe Lefebvre, a confirmé au Soleil qu'il s'agissait d'un congédiement, «fait d'un commun accord», qui ne reposait sur «aucun motif en particulier», mais plutôt sur «un ensemble de facteurs».

L'animateur de 72 ans ne possédait aucune clause quant à la durée de son contrat. «Quand on s'est assis avec lui, à l'automne, on savait que ce n'était pas pour du long terme. Le contrat aurait pu durer deux semaines, un mois... Raynald Brière (le patron de RNC Média) est venu dîner avec lui mardi. Il n'y a jamais eu de frictions avec qui que ce soit. Tout s'est fait dans l'harmonie, on s'est serré la main. Nous lui avons permis de faire ses adieux à ses auditeurs. C'est la première fois qu'il pouvait le faire dans sa carrière. (...) Il y a déjà eu des départs plus explosifs.»

En entrevue au Journal de Québec, l'animateur a indiqué que «même s'il n'y a jamais rien de définitif dans la vie, ç'a l'air» qu'il s'agissait de son chant du cygne.

«André Arthur est conscient qu'à son âge, tu as plus de souvenirs que de projets», illustre M. Lefebvre.

Premier dans les sondages

Depuis son retour en ondes, Arthur n'a fait l'objet d'aucune poursuite ou de mise en demeure. La direction avait toutefois pris ses précautions en exigeant que son intervention d'une heure, diffusée dans l'émission de Roby Moreault, soit préenregistrée plus tôt en matinée.

Philippe Lefebvre indique avoir eu à intervenir à l'occasion «pour quelques qualificatifs, mais pas pour de gros problèmes». Le directeur de CHOI Radio ajoute que le temps et le personnel requis pour superviser cette opération commençaient à peser lourd au sein de la station.

L'arrivée d'Arthur avait eu un effet immédiat dans les sondages de CHOI Radio X, l'animateur allant chercher 27 000 auditeurs au quart d'heure dans le marché central et de 43 000 dans le marché élargi. «Il a connu une très bonne performance. Il était premier tous shows confondus», précise M. Lefebvre.

Son départ entraînera un léger remaniement dans la grille-horaire de la station. Roby Moreault poursuivra seul son émission jusqu'à midi, avant de passer le relais à Richard Martineau, qui entrera en ondes une demi-heure plus tôt.

Poursuites 

Au cours de sa longue carrière, André Arthur a été à l'antenne de plusieurs stations radiophoniques de Montréal et de Québec, dont CHRC qu'il avait acquis en 1985. Son style lui a valu plusieurs poursuites pour diffamation, la plupart se terminant par un règlement hors cour. Ses propos ont également fait l'objet de plusieurs plaintes au CRTC.

L'animateur a également tâté de la politique, en étant élu député fédéral indépendant de la circonscription de Portneuf-Jacques-Cartier, de janvier 2006 jusqu'à sa défaite électorale, le 2 mai 2011.

Il s'agit du second congédiement d'un animateur vedette de la radio de Québec en moins de dix jours, après celui de Jeff Filion, forcé d'abandonner son micro à Énergie 98,9 en raison d'un «tweet» controversé sur le suicide du fils de l'homme d'affaires Alexandre Taillefer.

Les dernières déclarations d'André Arthur

«Quand les dirigeants m'ont informé de leur intention de mettre un terme à ma participation, j'ai rouspété un peu, j'ai supplié un peu, puis j'ai admis que c'est parfaitement leur droit. Ce n'est pas la première fois que je perds une job en radio, mais c'est la dernière fois.»

«Quand Raynald Brière, un homme que j'aime et que j'admire beaucoup, m'a contacté [pour un retour à la radio], j'ai commencé par résister énergiquement. Je me disais que je n'étais peut-être plus à la hauteur, que je n'avais peut-être plus ce qu'il faut pour survivre. Je n'avais pas le goût d'aller me briser le coeur une autre fois.»

«Dans le métier qu'on fait, si tout le monde vous aime, vous apprécie au plus haut point, vous félicite à tout bout de champ, c'est que vous ne faites pas votre job [...] Il est impossible d'aborder des sujets importants ou qui vous tiennent à coeur sans déplaire, piler sur des orteils ou choquer. On vit dans une société où il est beaucoup plus important de plaire que de dire la vérité.»

«Autant arriver ici a été une des plus belles grandes joies de ma vie, autant partir dans les circonstances est une grande peine.»

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer