Un Gala Artis à saveur Jodoin

Guy Jodoin promet d'ajouter une touche absurde au... (Fournie par TVA)

Agrandir

Guy Jodoin promet d'ajouter une touche absurde au gala... et de laisser les gagnants dire leurs remerciements.

Fournie par TVA

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Qu'est-ce qui fait les bons galas? Un savant mariage d'humour et d'émotion, répond Guy Jodoin, qui anime le Gala Artis pour la première fois. Il promet d'ajouter une touche absurde au mélange... et de laisser les gagnants dire leurs remerciements.

L'animateur sait que sa performance est l'une des clés de la réussite la soirée, il a donc demandé qu'il y ait des collègues de longue date dans l'équipe, comme le producteur de contenu Jonathan Racine, le metteur en scène Christian Viau et le script-éditeur Pierre Fiola. «Ce sont des gens de confiance. Ils créent ce gros bolide-là et je n'ai qu'à embarquer dedans», illustre Guy Jodoin, comparant le bureau du Gala Artis à Wall Street, à une semaine de l'évènement.

«Pour moi, un bon gala, c'est un party où les gens se détendent rapidement [malgré le stress d'être en nomination] et qui décolle dès le début», ajoute-t-il. La réalisation du numéro d'ouverture a été confiée au duo Les satiriques. «C'est un peu différent de ce qu'ils ont fait jusqu'à maintenant. Tout ce que je peux dire est qu'il y aura une interaction entre un vidéo et la scène et que j'aurai une quête à mener», explique Guy Jodoin.

Le sympathique animateur, qui a tenu la barre de Sucré salé pendant 12 ans et qui a interprété le Capitaine Patenaude de Dans une galaxie près de chez vous saupoudrera le tout d'un peu d'absurde. «Mais ce sera de l'absurde soft, puisqu'on s'adresse à un public large. Si je peux créer quelques petits malaises, taquiner, je vais le faire.»

Il espère des remerciements préparés, mais qui conservent un brin de spontanéité. «On ne peut pas dire aux gens de se dépêcher, c'est leur minute de gloire. Si c'était juste de moi, je leur laisserais le temps qu'ils veulent», plaide l'animateur. Lui-même nommé pour Le Tricheur, il appliquera ses propres conseils de concision et de pertinence. «Il s'agit de nommer ceux sur lesquels on peut raconter une anecdote. Il faut rendre ça intéressant. Mais c'est un art, ça prendrait quasiment des cours de remerciements 101.»

Des dards et des fleurs

Le comédien, très aimé du public, a été bon joueur en allant chercher ses trois prix Aurore pour sa performance (et ses mamelons) dans le film Ego trip sur le plateau d'Infoman le mois dernier. «On ne peut pas seulement courir la gloire et les moments où on a l'air intelligent. En ayant voulu être une personnalité publique, eh bien on doit accepter de se faire lancer des dards et des fleurs», indique Guy Jodoin. «On est dans un métier de doute, mais chaque fois qu'on reçoit un prix, c'est une manière de confirmer qu'on est à notre place. Ça ne change pas des vies et c'est éphémère, mais quand ça arrive, on en profite», note-t-il.

Il continue d'animer Le Tricheur, qui sera de retour en septembre, et jouera dans la pièce Nos femmes au théâtre Jean-Duceppe la saison prochaine.

La soirée débutera à 19h par un tapis rouge animé par Anouk Meunier, Maripier Morin et JP Dion et sera suivi du gala à 20h.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer