Finale en blanc pour Yamaska

Étienne Brabant (Patrick Labbé) et Hélène Bouchard (Anne-Marie... (Photo TVA)

Agrandir

Étienne Brabant (Patrick Labbé) et Hélène Bouchard (Anne-Marie Cadieux) convoleront en justes noces pendant la finale de Yamaska, le 28 mars.

Photo TVA

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Josianne Desloges
Josianne Desloges

Collaboration spéciale

Le Soleil

(Québec) Patrick Labbé a interprété Étienne Brabant dans Yamaska pendant sept ans. Même si le tournage s'est terminé cet automne, l'annonce de sa nomination pour le prix Rôle masculin dans un téléroman québécois au prochain Gala Artis a replongé l'acteur dans «son état d'endeuillé».

La finale de la saga sera diffusée le 28 mars. «La fin est assez spectaculaire», promet Patrick Labbé, dont le personnage convolera en justes noces avec Hélène, jouée par Anne-Marie Cadieux. «Le mariage, c'est une chose, mais il reste aussi un paquet d'autres belles scènes entre eux, qui vont placer la cérémonie dans un contexte particulier.»

La série a rassemblé jusqu'à 1,2 million de téléspectateurs chaque semaine - un tour de force alors que les Québécois regardent de moins en moins la télé en direct. Patrick Labbé explique cet engouement par la forte identification que suscitent les sagas familiales campées dans des communautés tissées serrées. «Le succès de Yamaska s'explique peut-être aussi par son minimalisme volontaire. Personne ne jouait gros. Il y avait un équilibre, une belle vérité», souligne l'acteur.

La fiction a débordé dans la réalité lorsque la conjointe d'Étienne, jouée par Nathalie Mallette, a mis fin à ses jours. «Je me suis retrouvé dans une marche où on avait rassemblé 5000 personnes dans les rues de Granby, et c'est parce qu'on a mis une limite parce qu'il aurait pu y en avoir le triple. On a fait une intrusion dans le vrai monde», raconte celui qui apprécie que son travail d'acteur sorte des contextes habituels.

Le retour de Mirador

Six épisodes de Mirador, où il tient le rôle central, ont été tournés avant Noël pour Séries +. «Ce ne sont pas les mêmes auteurs [qui planchaient sur Ruptures], mais ils ont fait la script-édition et c'est le même univers, les mêmes personnages», indique-t-il. L'émission s'était drôlement finie, et cette deuxième chance tombait du ciel. «Je dévorais chaque instant. Pour moi, c'était très précieux», note Labbé.

On peut aussi voir l'acteur à VRAK dans Jérémie, qui est tourné sur le site du camp artistique qu'il a lancé dans les Laurentides. «Les jeunes vont faire le camp, vont sortir dehors et voir le tournage de Jérémie et se dire qu'ils font la même affaire», indique le père de six enfants, qui adore travailler avec des ados. «On les voit parfois arriver tout pognés, tout pleins de noeuds, on ne fait rien et ils se démêlent tout seuls», dit-il.

Il formera des recrues du FBI dans la série américaine Quantico, tournée présentement à Montréal. «Arriver à être dans un état aussi présent, confortable dans une langue qui n'est pas maternelle, c'est un défi supplémentaire», concède Labbé, qui a fait son chemin dans la langue de Shakespeare en jouant dans les séries Octobre 1970, Trudeau II et Durham County 401, de 2006 à 2008.

Le 4 avril à 21h, TVA diffusera l'émission spéciale Yamaska et moi, sur l'influence que le téléroman d'Anne Boyer et de Michel d'Astous a eue dans la vie du public et des artisans.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer