Docteur Julien, héros des enfants

Le docteur Gilles Julien pratique la pédiatrie sociale... (La Presse Canadienne)

Agrandir

Le docteur Gilles Julien pratique la pédiatrie sociale depuis deux générations dans Hochelaga-Maisonneuve.

La Presse Canadienne

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Danièle L. Gauthier
La Presse Canadienne
Montréal

Il y a 25 ans, le pédiatre Gilles Julien a souhaité exercer son métier autrement dans le quartier Hochelaga-Maisonneuve de Montréal. Depuis, comme des ronds dans l'eau, l'idée se répercute jusqu'à Gatineau, Lévis... De plus en plus, des centres de pédiatrie sociale s'organisent pour venir en aide aux enfants et aux parents en difficulté.

Le bon docteur ne voulait surtout pas soigner selon les normes de ses confrères établis dans les cliniques et les hôpitaux. Il reçoit sa jeune clientèle dans la cuisine d'une maison, rue Logan, et les visites se passent sans formalité. Tout est mis de l'avant pour répondre aux besoins pressants des petits. Pas question de faire partie d'une liste d'attente. Psychoéducateurs, travailleurs sociaux, ergothérapeutes, orthophonistes, une impressionnante équipe entoure le docteur, qui constitue l'âme de la maison. 

Ce lieu consiste en un repaire pour jeunes, parfois même un refuge, où ils sont assurés de trouver de l'aide, du secours ou de l'amitié, selon les attentes. Mais pas besoin d'être mal en point pour y faire un saut.

L'oeuvre est gigantesque. Sous la bannière de la Fondation du Dr Julien, des centres semblables voient le jour ailleurs au Québec dont celui de Lévis, dirigé par Maude Julien, fille du fondateur et infirmière de formation.

Pour répondre adéquatement aux enfants en grande vulnérabilité, une campagne de financement annuelle, souvent soutenue par plusieurs artistes, sollicite la collaboration de tous, et après avoir vu les deux émissions de 1001 Vies/Sur les traces du docteur Julien, les vendredis 11 et 18 décembre, 21h, à Radio-Canada, on ne peut qu'être tenté de faire notre part.

Mourir puisqu'il le faudra bien?

Nous sommes tous mortels, à RDI, le jeudi 10 décembre, 20h, traduit la pensée du docteur Atul Gawande, médecin et auteur de Being Mortal, qui croit fermement qu'il faut revoir, tant les médecins que la population, notre façon d'envisager la fin de notre vie, le moment venu. Puisque nul n'y échappe, on cherche surtout à freiner l'oeuvre du vieillissement et l'échéance de la vie. Mais, il arrive un moment où vieillesse et maladie dépassent la médecine. Alors, le docteur Gawande s'interroge sur l'essentiel propre à chacun pour vivre une fin de vie adéquate, selon les priorités de la personne plutôt que l'acharnement à prolonger une vie qui a perdu son sens.

Pour la sortie de son 50e album, intitulé De l'amour, alors que la planète en a bien besoin, Johnny Hallyday, en compagnie de Michel Drucker, s'offre et nous offre Le Grand Show, deux heures de chansons en compagnie de ses vieux et plus récents copains. Il reformera le trio les Vieilles Canailles avec Jacques Dutronc et Eddy Mitchell, puis défileront Véronique Sanson, Alain Souchon, Laurent Voulzy, Patrick Bruel et, surprise, la chanteuse britannique Adele, dont le récent album fracasse des records. Au programme, des succès de Johnny et bien des surprises, nous promet-on. Ce samedi, 20h, à TV5.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer