De Garde 24/7 : laisser une trace humaine

La série documentaire De garde 24/7 arrive comme... (Télé-Québec)

Agrandir

La série documentaire De garde 24/7 arrive comme une bouffée d'air frais pour les «vrais» docteurs qui ont l'occasion d'y montrer leur quotidien.

Télé-Québec

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Josianne Desloges
Josianne Desloges

Collaboration spéciale

Le Soleil

(Québec) Même si «médecin» est un des premiers métiers que les enfants apprennent à nommer, la réalité de cette profession est souvent mal comprise et ou romancée. La série documentaire De garde 24/7 arrive comme une bouffée d'air frais pour les «vrais» docteurs qui ont l'occasion d'y montrer leur quotidien.

Parmi les six médecins qu'a suivi l'équipe de l'émission, on trouve la Dre Chantal Vallée, spécialiste en médecin interne. «C'est un peu comme la pédiatrie, mais pour les adultes. On est des spécialistes de deuxième ligne. Quand les médecins de famille ne savent pas trop quoi faire, ça aboutit chez nous», explique celle qui a choisi cette branche pour le contact privilégié qu'il permet avec les patients. Professeure à l'Université de Sherbrooke, elle aime démystifier et rendre le savoir accessible à tous.

Ce n'est pas évident de faire entrer des caméras dans un hôpital et encore moins de filmer des consultations. «Au début, je me demandais comment ça se passerait au niveau de la confidentialité et comment ça allait être présenté à nos patients», indique la Dre Vallée. Une fois cette étape prise en charge par l'hôpital et l'équipe de tournage, il suffisait d'oublier les caméras... «Le réalisateur François Méthé [qui a réalisé À la Distasio et le vidéoclip Montréal d'Ariane Moffatt] est venu passer quelques jours avec nous, avant le début du tournage, question qu'on s'habitue à sa présence et qu'on voit comment il était tranquille et peu intervenant», raconte-t-elle.

«Il n'était pas question de scripts.»

«Il n'était pas question de scripts, de choisir des cas ou de planifier certaines journées. On faisait avec ce qu'on avait à faire au quotidien, avec les patients qui étaient là», ajoute-t-elle.

L'exercice aura résonné plus fort qu'elle l'aurait cru et a permis de rectifier certaines conceptions. «Quand on est en attente de soins, on a l'impression que tout est d'une lenteur épouvantable, alors que nous on doit être partout à la fois», note Dre Vallée.

L'équipe de De garde 24/7 l'a suivi, ainsi que cinq de ses collègues, au gré des gardes, de nuit, de jour, à l'urgence... «On a une bonne idée de ce que nos collègues font, mais c'est sûr que l'émission amène une intimité de regard qui est différente de celui qu'on porte au quotidien», souligne-t-elle.

Être médecin n'empêche pas d'être malade. La mère de famille a eu un cancer du sein il y a deux ans et s'est donc retrouvée patiente et médecin dans le même hôpital. «À mon premier traitement de chimiothérapie, on m'avait mis dans une petite salle d'attente à part, mais je trouvais ça plate. Alors au deuxième traitement, je suis allée m'installer dans la grande salle, avec les gens», raconte-t-elle.

Le dernier épisode de la série De garde 24/7 sera diffusé à Télé-Québec ce lundi à 19h30. On peut toutefois revoir tous les épisodes en ligne sur le site www.telequebec.tv

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer