Parce que chaque peuple a ses tabous

Christian Laurence anime et coréalise Tabous et interdits... (Photo fournie par TV5)

Agrandir

Christian Laurence anime et coréalise Tabous et interdits à TV5.

Photo fournie par TV5

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Tabous et interdits aurait pu être le titre d'une série sensationnaliste sur les dernières tribus cannibales et des coutumes les plus étranges de la planète. L'émission animée et coréalisée par Christian Laurence permet plutôt d'exposer à quoi servent les anciens et les nouveaux tabous sociaux.

«Ce qu'on déduit lorsqu'on met tous ces tabous-là ensemble, des plus étranges aux plus évidents, des plus ludiques aux plus terribles, c'est qu'ils permettent une cohésion sociale», explique Christian Laurence.

Devant ce qui choque, ce qui intrigue, ce qui paraît injuste, il tente de comprendre et de remettre en contexte. L'exercice donne une série dense, tant du côté des informations données que de celui des images. «On avait envie de décontenancer, de dérouter, de créer un choc visuel et sensoriel. Si on avait pu mettre des odeurs, on l'aurait fait», indique-t-il.

Faire le tour du monde en ayant pour fil conducteur non pas la bouffe ou le sexe, mais les us et coutumes qui remettent en question nos valeurs n'était pas le chemin le plus facile. «C'est une émission qui porte un désir de parler à l'intelligence des spectateurs, note Laurence. Pour moi, c'est de la sociologie en format télé. Ça fait du bien dans notre beau milieu télévisuel d'avoir une émission qui tire vers le haut.»

Si on s'attend, certes, à être dépaysé au Japon ou en Afrique du Sud, la série nous montre qu'on peut l'être tout autant dans des sociétés occidentales. «Dans certains pays plus exotiques pour nous, comme le Cambodge ou Madagascar, on tombe dans des tabous de superstitions et de traditions», souligne l'animateur. «On cherche alors des intervenants qui ont du recul.»

Au Texas, c'est plutôt le port d'armes à feu qui frappe l'imaginaire des Québécois. «La personne la plus responsable que j'ai rencontrée au Texas est mon instructeur de tir. Ça n'a pas changé mon opinion sur les armes à feu, mais j'ai réalisé que ces gens-là n'étaient pas comme j'imaginais», raconte Laurence. En Suède, l'utilisation du nouveau pronom hem, ni féminin ni masculin, dans les garderies et à l'école élimine toute forme de socialisation sexualisée chez les enfants, qui devront pourtant vivre dans un monde sexué. Un «nouveau tabou», qui peut nous amener à questionner le fameux modèle suédois. «J'ose espérer que ça va susciter des discussions à la maison, pendant le générique. En tout cas, on a eu des bonnes conversations en équipe», souligne-t-il.

L'Amérique du Sud, l'Irlande et l'Alberta seraient dans la mire pour une éventuelle deuxième saison.

Ex-réalisateur maison à VRAK, Christian Laurence fait partie des fondateurs du mouvement KINO, qui réalise des courts-métrages partout dans le monde, et termine un documentaire sur la relation des Québécois avec le film Slap Shot qui sera diffusé en février à Canal D.

Tabous et interdits est présenté le mardi à 21h à TV5. Les épisodes sont aussi disponibles sur tv5.ca la semaine suivant leur diffusion.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer