Laurie, Linda, Manon: les trois visages de Sophie Paradis

Sophie Paradis joue Laurie dans Mémoires Vives... (Photo ICI Radio-Canada télé)

Agrandir

Sophie Paradis joue Laurie dans Mémoires Vives

Photo ICI Radio-Canada télé

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Josianne Desloges
Josianne Desloges

Collaboration spéciale

Le Soleil

(Québec) Plusieurs téléspectateurs ont suivi les indices dans Mémoires vives, la saison dernière, pour deviner que Linda Trottier (Sophie Paradis) était en fait Laurie, la fille perdue de Claire (Marie-Thérèse Fortin). Mère et fille réapprennent à se connaître dans la saison qui a débuté à la mi-septembre.

Sophie Paradis n'avait aucune idée du destin de son personnage lorsqu'elle a accepté le rôle dans Mémoires vives. «On m'a offert un deuxième rôle, Linda Trottier. On n'était même pas sûrs de son nom. Tout ce que je savais, c'est que c'était la conjointe de Jérôme Fortier. Certains pensaient qu'ils étaient mariés, mais il y avait la différence de noms. Tout était là pour porter à confusion», raconte-t-elle.

Lorsque trois femmes de Cleveland, séquestrées depuis plus de dix ans, ont réussi à s'échapper en mai 2013, la réapparition de Laurie est devenue plausible. «En quelques jours, on peut perdre la notion du temps et de qui nous sommes, alors en 30 ans, elle a eu tout le temps d'avoir un lavage de cerveau», souligne Sophie Paradis.

Lorsque l'auteure, Chantal Cadieux, lui a révélé qui était réellement son personnage, la mâchoire lui est tombée. «C'est parfait que je ne l'aie pas su au départ, parce que le personnage lui-même ne le savait pas.»

Pendant les prochains épisodes, en plus de participer aux recherches de la jeune fille disparue à la fin de la dernière saison, «Laurie développe de plus en plus de lien avec Claire, Karine, Clovis. Tranquillement pas vite, elle se réapproprie sa vie. Elle va aussi apprendre qu'elle a une fille biologique vivante», indique Sophie Paradis.

«Vivante», contrairement aux foetus qu'on l'a vu bercer dans la cave de sa maison... Une scène tout sauf légère. «Lorsqu'on lit ça, évidemment, on a un choc. Après il faut le tourner et on a de faux foetus dans les mains. Ils sont tellement bien faits que ça donne des frissons. Marie-Thérèse [Fortin] et moi avions une scène ensemble où elle me surprenait en train de les bercer et elle n'a pas voulu les voir avant de tourner, pour avoir une vraie réaction.»

Famille d'artistes

Sophie Paradis est issue d'une famille d'artistes du Lac Saint-Jean. Son père faisait des opérettes, sa mère était pianiste et peintre. Peu après sa formation au Collège Lionel-Groulx, Sophie Paradis a obtenu le rôle de Manon dans L'auberge du chien noir - diamétralement opposé à Linda. «J'ai eu des horaires où les tournages se chevauchaient pas mal. Mais la coiffure, le maquillage et les vêtements sont tellement différents que c'était facile de se transformer.»

On l'a vu «vraiment» enceinte dans L'Auberge et elle y a fait des scènes avec son fils dès ses trois mois. Celui-ci a maintenant trois ans et demi et devrait bientôt avoir des répliques. «Lorsque je joue avec lui, ça re-nourrit la comédienne en moi», confie Sophie Paradis.

Mémoires vives est diffusé le mardi à 21h et L'auberge du chien noir, le lundi à 20h, sur les ondes d'ICI Radio-Canada télé.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer