Denise Payette: et tout le monde danse

La série documentaire Sortons danser sera diffusée à...

Agrandir

La série documentaire Sortons danser sera diffusée à Historia

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Qu'ils optent pour des sets carrés dans une soirée paroissiale, un cha-cha-cha dans un cabaret huppé de Montréal ou un twist dans un restaurant de burgers, les Québécois des années 50 et 60 étaient tous friands de danse, a constaté Denise Payette, qui réalise Sortons danser pour Historia.

«J'ai toujours aimé danser!» confesse la réalisatrice, qui a plongé avec beaucoup d'enthousiasme dans son sujet. À l'entendre énumérer tous les aspects de la danse sociale (musique, moeurs, lieux, écoles, compétitions, styles...) évoqués pendant Sortons danser, on se demande comment tout peut tenir en seulement 180 minutes.

La série en trois épisodes aborde la danse sociale des années 50 à aujourd'hui, mais en se concentrant sur l'âge d'or du phénomène, prédominant des années 50 aux années 80. «Ce qui est important dans une série comme ça, à part la recherche, c'est de trouver des personnages qui ont des choses à dire, qui sont intéressants. C'est un sujet gai qui nous rappelle des souvenirs, alors ont voulait avoir de belles histoires», indique la réalisatrice.

La première heure montre toute une panoplie de lieux où la danse était à l'honneur. Les salles communautaires, les salons, des cabarets et des clubs, mais aussi des lieux plus chics, comme le Ritz Carlton ou l'Hôtel Mont-Royal. À Québec, les plus âgés se souviendront du Shamrock, sur le boulevard Laurier. «On l'oublie, aujourd'hui, mais ça fumait là-dedans. Il fallait tout mettre sur la corde à linge le lendemain matin», note Mme Payette.

«Dans les années 60, on a vu ouvrir beaucoup de salles de danse pour les jeunes, qui occupaient plusieurs étages», souligne-t-elle. L'été, les parcs, les places publiques et les plages étaient très prisées par les danseurs.

Le deuxième épisode présente diverses écoles de danse, dont celle de Jacques Duval, qui fêtera ses 50 ans en septembre. «Il était connu partout, un moment donné il avait une cinquantaine de professeurs qui se promenaient dans le Bas-du-Fleuve et sur la Côte-Nord», raconte Mme Payette. La danse sociale a mené à une petite révolution au Québec, contribuant à l'émancipation des femmes et à l'ouverture sur les autres cultures avec des danses comme le mambo, le cha-cha-cha et la samba.

La série aborde également les moyens de diffusion, comme la radio transistor et l'émission Jeunesse d'aujourd'hui, ainsi que le milieu des compétitions. On verra des vedettes comme Joël Denis et Jenny Rock.

Denise Payette signe une réalisation avec beaucoup de travellings et de mouvements circulaires, au milieu des danseurs. «Je m'étais donné le défi de faire danser tous les gens qui ont participé, même les spécialistes», note-t-elle. On verra donc des historiens danser le yéyé ou le twist, question d'alléger le ton. «C'est important pour moi, lorsqu'on aborde des sujets historiques, que le traitement visuel soit attrayant et rythmé.»

Les trois épisodes de Sortons danser seront diffusés le mercredi à 22h sur Historia, dès le 5 août.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer