Vincent C: démystifier pour mieux piéger

«Je n'aime pas vraiment lorsque les magiciens prennent... (Photo fournie par Musique Plus)

Agrandir

«Je n'aime pas vraiment lorsque les magiciens prennent le public pour des enfants ou pour des cons. Ma magie a toujours été logique», explique Vincent C.

Photo fournie par Musique Plus

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Josianne Desloges
Josianne Desloges

Collaboration spéciale

Le Soleil

(Québec) Jouer des tours et faire des tours de magie sont deux activités connexes dans Piégé, une nouvelle émission présentée à Musique Plus cet été. Vincent C, magicien rebelle et... cartésien, utilisera ses talents pour mystifier le quotidien et vous faire douter de vos sens.

Une foule de situations - de la démonstration de nourriture déshydratée aux commissions au dépanneur du coin, en passant par des vox pop télévisés - prendront une aura d'irréel entre les mains du magicien. Celui-ci se fait toutefois un devoir d'ancrer ses tours dans la «vraie» vie, en servant des explications plausibles et scientifiques à ses victimes. Reste à savoir si l'explication donnée, elle, est bel et bien véridique.

«Je n'aime pas vraiment lorsque les magiciens prennent le public pour des enfants ou pour des cons. Ma magie a toujours été logique», explique Vincent C.

Pourquoi Vincent «C»? «Parce que Vincent Côté-Morency, c'est beaucoup trop long, parce que je suis un fan de Rock et belles oreilles et à cause de Robert-Houdin», répond le magicien, qu'on a vu régulièrement aux émissions Un gars le soir et Bar ouvert.

Son nom de scène a d'abord été Vincent C Morency, à l'image des Guy A Lepage et Richard Z Sirois, puis il est devenu Vincent C tout court. «Robert-Houdin disait qu'un magicien peut avoir l'air d'un gars ordinaire qui fait des choses extraordinaires. Comment devenir plus ordinaire qu'en prenant un nom comme dans les lignes ouvertes?» explique-t-il.

Piégé est la version québécoise de Tricked. «J'ai créé beaucoup de numéros parce que nous n'avons pas le même format d'émission. On s'est plutôt basé sur la manière de piéger des gens en caméra cachée», indique Vincent C.

Celui-ci piégera aussi les gens en caméra «à vue», en se faisant passer pour un reporter de télévision, ou encore en se présentant carrément tel qu'il est. Chaque émission se terminera par un tour dont la victime sera une personnalité publique.

En spectacle, Vincent C avale des ballons de quatre pieds (un clin d'oeil aux avaleurs d'épée), met une colombe dans un bazooka et fait un numéro inspiré du vaudou. «J'explique aux gens que c'est de la bullshit, que ça ne se peut pas, mais je montre aussi que si j'étais une mauvaise personne, je pourrais arriver à leur faire croire que c'est vrai», indique-t-il. Bref, il démystifie pour mieux mystifier.

À 34 ans, celui qui a débuté dans les soirées d'humour est présenté comme le bad boy de la magie. «Je suis encore le baveux de service, mais ça fait rire les gens, ce n'est jamais agressant», assure-t-il. Après avoir remporté le Mandrake d'or, «l'Oscar français de la magie», l'an dernier, il lancera son premier solo officiel en novembre au Québec.

L'émission débute le mercredi 17 juin à 21h, sur les ondes de Musique Plus.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer