Philippe Bond : 400 coups et 40 histoires

Philippe Bond... (Photothèque Le Soleil)

Agrandir

Philippe Bond

Photothèque Le Soleil

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

(Québec) Les 400 coups sont un peu la mutation 2015 de Surprise sur prise, avec des scénarios élaborés, des transformations totales et une esthétique presque futuriste lorsque l'animateur, Philippe Bond, réintègre son bunker pour faire le point.

Au cours de la saison, Jean-Michel Anctil, Anne Casabonne, Ariane Moffatt, Mélanie Maynard, Mario Pelchat et, pour la dernière émission, un chanteur français bien connu des Québécois se succéderont (entre autres) pour jouer le rôle d'invité-piégeur.

«Chaque émission est à l'image de notre invité, de ce qui le fait tripper. Charles Lafortune, par exemple, c'était la domotique, et il voulait piéger son styliste qui a de la misère à répondre au téléphone cellulaire», indique Bond.

Le tournage des 10 émissions (qui comportent quatre coups chacune) s'est étalé sur plus de six mois. Il faut dire que l'humoriste donne trois à quatre représentations par semaine de son spectacle Philippe Bond 2, en plus d'animer à la radio le matin du lundi au vendredi. «Je suis devenu un champion de la sieste», nous rassure celui qui délaissera bientôt la radio avec le souci de consacrer plus de temps à sa vie personnelle, de se caser et de procréer, comme il l'exprime à la fin de son spectacle. Après avoir présenté sa famille, il y parle de ses amis et de sa première tournée, ponctuée d'anecdotes et de premières fois.

Une soixantaine de personnes travaillent pour que chacun des coups tienne la route, et Bond est fier de dire qu'ils n'ont eu à activer le plan B, avec une autre «victime», qu'à trois reprises. «Et on en a rattrapé plusieurs de justesse grâce au talent des invités. Anne Casabonne, par exemple, a changé le scénario en se mettant à pleurer pour vrai en trois secondes et ça a tout sauvé», raconte Bond.

Lui-même a nécessairement développé ses talents de comédien à force de tenir des rôles tous plus éclatés les uns que les autres. Son plus grand défi a été d'incarner un sosie et fan fini de François Bellefeuille qui allait lui jouer un de ses propres numéros.

«Quand toute l'équipe prépare le coup pendant des semaines, quand vient le temps de prendre un personnage et de le faire, tu ne veux pas tout faire planter», souligne-t-il.

Pour que Jean-Michel Anctil puisse piéger son propre frère, ou Mélanie Maynard, sa fille, il faut des costumes, des prothèses, des perruques et des maquillages assez élaborés. Et pour que l'exercice soit intéressant, il faut que l'histoire proposée ait plusieurs retournements et soit bien construite. «C'est comme des courts-métrages», indique Bond, qui a accepté d'animer l'émission en partie pour cette raison.

«J'ai fait des gags Juste pour rire à la sortie de l'École [nationale de l'humour] et c'était souvent malaisant. Là, les gens passent par toute une gamme d'émotions.»

Les 400 coups est diffusée le lundi à 20h à TVA.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer