Du showbiz aux affaires

Mahée Paiement, Louis Morissette, Caroline Néron et Mario... (La Presse, Olivier Jean)

Agrandir

Mahée Paiement, Louis Morissette, Caroline Néron et Mario Pelchat lors du visionnement de Vedette inc., qui s'intéresse aux artistes ayant lancé leur propre entreprise.

La Presse, Olivier Jean

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Montréal) Ne faisons pas nos hypocrites : combien d'entre nous croyions vraiment aux chances de Caroline Néron de percer en affaires? L'ex-chanteuse et actrice a depuis fait taire ses détracteurs en se hissant parmi les femmes entrepreneures les plus douées des dernières années. Et il a fallu plus que de la renommée pour en arriver là.

Vedette inc., la nouvelle série de docuréalité produite par Louis Morissette chez KOTV, a suivi quatre vedettes qui ont réussi en affaires. Sur le modèle de Véro inc., diffusée l'an dernier à Canal Vie et qui observait Véronique Cloutier en tant que marque, on découvre le quotidien chargé de Caroline Néron, mais aussi de Mahée Paiement, de Mario Pelchat et du couple Marilou et Alex, du blogue culinaire Trois fois par jour, qui est le sujet du premier de quatre épisodes, lundi à 19h.

Ces artistes qui ont choisi de lancer leur propre entreprise plutôt que d'attendre que le téléphone sonne y ont mis toutes leurs économies, au risque de tout perdre. Ils ont réussi là où plusieurs de leurs confrères ont échoué par le passé, entre autres parce que l'objet de leur entreprise constituait une passion depuis toujours.

Déjà enfant, Mahée Paiement entretenait une fascination pour les parfums. Le roman de Patrick Süskind, Le parfum, que lui avait offert sa mère lorsqu'elle avait 14 ans, ne l'a jamais quittée, de sorte qu'elle réalise un vieux rêve aujourd'hui. Les gens ont cru que ce serait une passade, mais son entreprise florissante a depuis lancé une gamme de sacs à main et de portefeuilles.

Caroline Néron partait de loin. Elle reparle bien sûr de sa carrière chaotique de chanteuse, avant de prendre sa revanche dans les bijoux, sans associé ni mentor. La caméra la suit à Paris où elle tente une percée. Les débuts à l'international ont frôlé la catastrophe - elle a flambé 100 000 $ en un mois -, mais elle compte aujourd'hui 80 points de vente en Europe et en Asie. La femme d'affaires semble vouloir mettre la pédale douce sur l'ouverture de magasins, consciente de l'essor de la vente par Internet, un secteur sur lequel elle mise beaucoup.

En plus d'être éditeur de ses chansons et producteur pour d'autres artistes, Mario Pelchat s'est lancé dans un projet de longue haleine en cultivant ses propres vignes sur une terre acquise en 2007 sur la Rive-Nord de Montréal. Si tout va bien, il servira sa première bouteille de blanc en 2017 et de rouge l'année suivante. Le projet lui a permis de se rapprocher de son ex-femme, Claire Lemaître-Auger, dont il avait divorcé en 2002, et qu'il a réépousée 12 ans plus tard.

Un producteur de disques lui a ri au visage lorsqu'il lui a annoncé qu'il aimerait se lancer lui-même dans la production. Mahée Paiement reconnaît qu'on pense beaucoup moins à elle pour des rôles depuis qu'elle s'est lancée en affaires. Caroline Néron, elle, ne s'imagine absolument pas rejouer dans une série ou un téléroman. «Me lever à 4h du matin, ça m'écoeure. Et ce serait weird que je revienne dans un téléroman en ce moment», admet l'ancienne vedette de Diva et de Tribu.com, cette dernière série ayant représenté une expérience éprouvante, à ses propres dires. Elle a d'ailleurs remarqué plus d'entraide et de collaboration dans le monde des affaires que dans celui du showbiz, où la compétition entre actrices peut voler bas. Si elle rejoue, ce sera probablement dans une oeuvre qu'elle aura produite elle-même.

Chose rare au Québec : Caro­line Néron n'a aucun malaise à parler de son argent. «J'aimerais ça être un Guy Laliberté», lance-t-elle, ajoutant qu'elle rêve de posséder une villa qu'elle prêterait à ses amis. Un discours qui jure avec l'habituelle pudeur à montrer sa richesse.

Bien qu'on n'ait vu qu'une douzaine de minutes de chaque épisode, la qualité est au rendez-vous. Vedette inc. ne cherche certainement pas à prendre en défaut ses modèles, mais à les mettre en valeur sans aucune autre prétention. La réalisatrice Marie-Julie Parent parvient à capter les motivations, les valeurs de chacun d'eux et à transmettre leur goût du risque et leur détermination contagieuse. Pour du crunchy, il faudra repasser.

À quelques reprises dans la série, on emprunte au concept du Verdict, en observant les réponses à un sondage sur la perception du public. Louis Morissette a des idées pour produire d'autres épisodes. Il cite les noms de Chantal Fontaine, propriétaire de restaurants, et de Guillaume Lemay-Thivierge, pour son entreprise de parachutisme et de vol libre.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer