Mad Men: la fin d'une série culte

Mad Men est avant tout la chronique d'une Amérique... (Illustration Le Soleil, Pascale Chayer)

Agrandir

Mad Men est avant tout la chronique d'une Amérique en plein bouleversement.

Illustration Le Soleil, Pascale Chayer

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

(Québec) Penser à Mad Men, c'est avoir immédiatement en tête la vie des créateurs publicitaires à succès qui fument et boivent partout, de femmes habillées dans les chics boutiques de Manhattan et d'un monde qui nous semble déjà si loin. Mais la série de Matthew Weiner est plus que cette élégance sixties. Elle est avant tout la chronique d'une Amérique en plein bouleversement.

L'histoire de Mad Men, d c'est largement celle de... - image 1.0

Agrandir

L'histoire de Mad Men, d c'est largement celle de Don Draper (photo) qui a révélé l'acteur Jon Hamm, connu surtout pour des rôles secondaires avant d'être déniché par Matthew Weiner, créateur de la série.

Les personnages de Mad Men... - image 1.1

Agrandir

Les personnages de Mad Men

Mais bon, soyons honnêtes : vrai qu'il y a beaucoup pour les yeux dans cette série dont la deuxième partie de la septième et dernière saison arrive sur les ondes d'AMC le 5 avril. 

La direction artistique de Mad Men est époustouflante. Décors, costumes, coiffures : la reconstitution historique est impeccable dans les moindres détails. On salive encore sur le magnifique penthouse new-yorkais de Don Draper, personnage principal autour duquel tourne cette exploration du monde de la publicité dans le New York de 1960.

Car l'histoire de Mad Men, diffusée pour la première fois en 2007, c'est largement celle de Don Draper qui a révélé l'acteur Jon Hamm, connu surtout pour des rôles secondaires avant d'être déniché par Matthew Weiner, créateur de la série.

Don Draper, ce beau brummel séducteur impénitent à qui tout semble réussir, est pourtant un homme aux grandes zones d'ombre. On ne dévoile rien ici en parlant des origines troubles du personnage, révélées dès la première saison. Don Draper est né Dick Whitman dans une maison close d'une mère prostituée et d'un père violent. Devenu adulte, il fuit son passé en adoptant une fausse identité. Ces démons du passé, ce secret le hante tout au long de la série et donne une profondeur et une fragilité à ce personnage si imparfait. 

Là est l'un des grands intérêts de ce personnage complexe et de Mad Men en général : le vernis qui craque sous les apparences. On souhaite un peu de sérénité à ce Don Draper qui, en même temps, nous irrite par son formidable talent pour gâcher toute apparence de bonheur ou de stabilité dans sa vie personnelle et sentimentale. 

Dans la vie professionnelle aussi, alors qu'on suit comme un véritable thriller l'évolution de la firme de publicité Sterling-Cooper et de la faune colorée qui la compose. En plus de régaler les amateurs de design et de pub, l'incursion dans cette industrie permet de mesurer l'incroyable accélération des moeurs et des sensibilités dans les swinging sixties

Car au-delà de la vie de ses personnages, Mad Men est aussi une formidable chronique d'une Amérique en changement : femmes au travail, mouvement des droits civiques, assassinat de JFK, montée des courants beat et hippie, arrivée de la technologie : rien n'échappe au fond historique qui fait de Mad Men une série à la fois «micro» et «macro». 

L'adaptation pas toujours facile des personnages, encore là Don Draper en tête, à cette société qui change est une autre trame fascinante de cette série qui décrit une réalité qui nous paraît parfois si lointaine, même si elle se situe il y a à peine un demi-siècle. 

Femmes de tête

Mad Men a beau être incontournable du personnage de Don Draper, la série puise aussi ses thèmes les plus profonds et ses scènes les plus touchantes dans ses personnages féminins.

On pense à Peggy Olsen, cette ambitieuse jeune publicitaire jouée par Elisabeth Moss, dont la relation à la fois complice et complexe avec son mentor Draper révèle toutes les difficultés pour une femme à se faire une place dans un monde d'hommes.

On pense aussi à Betty Draper (formidable January Jones) qui n'arrive pas à jouer le jeu de l'épouse modèle que voudrait imposer l'époque. Sorte de romantique née trop tôt dans un monde trop conservateur, Betty fascine par ses angoisses, ses coups de coeur et ses coups de tête souvent si indignes pour la maman parfaite qu'elle devrait être.

Même dualité chez Joan Holloway, interprétée par la magnifique Christina Hendricks. Une femme de tête dont les attributs ne passent pas inaperçus...

Si les rôles fémi-nins forts peu-plent les sept saisons de Mad Men, il serait injuste de passer sous silence la formidable galerie de personnages secondaires dont le souvent lamentable Peter Camp-bell (Vincent Kartheiser) et le délirant Roger Sterling (John Slattery), un macho fini dont les cinglantes répliques fournissent les plus drôles et malaisants passages de cette série qui tire à sa fin et dont on s'ennuie déjà.

=> FICHE SIGNALÉTIQUE

  • Titre : Mad Men
  • Provenance : États-Unis
  • Année de création : 2007
  • Nombre de saisons : 
sept, accessibles en DVD. Deuxième partie de la septième saison en ondes le 5 avril sur AMC
  • Durée de chaque épisode : 
47 minutes
  • Créateur : Matthew Weiner
  • Interprètes : Jon Hamm, Elisabeth Moss, Vincent Kartheiser, January Jones, Christina Hendricks et 
John Slattery
  • Résumé : Mad Men explore la vie professionnelle et personnelle d'employés d'une firme de publicité à New York dans les années 60. L'histoire s'ancre autour du personnage de Don Draper, créateur publicitaire génial, mais séducteur impénitent et homme au passé trouble. Les sept saisons de la série couvrent toute la décennie 1960 sur fond de changements sociaux et évolution des moeurs.

Kings of Madison Avenue... - image 2.0

Agrandir

Kings of Madison Avenue

Sous la loupe

À peine arrivée en ondes en 2007, Mad Men était déjà une série culte. Son exactitude historique, tant sur le plan des thèmes que du visuel, a rapidement fasciné les amateurs de la série.

Du lot, le critique de télévision canadien Jesse McLean a consacré dès 2009 le livre Kings of Madison Avenue aux premières saisons de Mad Men. On peut y lire de tout : résumé des épisodes, informations sur la production et les personnages, mise en perspective de l'action, mais aussi des à-côtés pour «vivre Mad Men».

On y trouve, par exemple, des recettes de cocktails en vogue dans les années 60, des explications culturelles, géopolitiques et historiques.

Fait intéressant, le livre Kings of Madison Avenue fournit aussi des informations autour des campagnes de publicité dont il est question dans la série (Volkswagen, Lucky Strike) et qui ont existé dans la «vraie vie».

Partager

À lire aussi

  • Jon Hamm: trop beau

    En coulisses

    Jon Hamm: trop beau

    Jon Hamm n'était pas le premier choix des producteurs pour incarner le suave Don Draper. Le concepteur de la série, Matthew Weiner, explique qu'en... »

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer