Métier restaurateur à V-Télé: dans le feu de l'action

Yanick Parent, Jean-François Prégent et Luc Ste-Croix.... (Le Soleil, Erick Labbé)

Agrandir

Yanick Parent, Jean-François Prégent et Luc Ste-Croix.

Le Soleil, Erick Labbé

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

(Québec) Les couteaux pourraient voler bas dans Métier restaurateur. C'est que la nouvelle émission promet de tout montrer. Pas seulement le côté chic et élégant de la profession. Son côté obscur également.

Le docu-feuilleton conçu, réalisé et présenté par Jean-François Prégent entre en ondes à V-Télé, samedi à 12h30. Il met en vedette Yanick Parent, le proprio du Savini, du Bello et bientôt d'un troisième restaurant à Québec. Le premier épisode présenté mercredi aux médias met réellement en appétit. On y découvre le parcours d'un entrepreneur dynamique et inspirant, depuis ses débuts tout au bas de l'échelle.

Jean-François Prégent rêvait de cette resto-réalité depuis le jour où il a fait la connaissance de Yanick Parent. À cause de sa grande transparence. «C'était primordial pour moi de le faire avec lui, fait-il valoir. J'avais besoin de vérité, de quelqu'un d'authentique. Je voulais montrer à quel point l'ingrédient numéro un, c'est la passion.»

Le client a trop facilement tendance à oublier les sacrifices que cache le sourire du restaurateur qui l'accueille. Le lui rappeler fait partie des objectifs de la série. «En télé, la cuisine est devenue extrêmement populaire, note l'animateur. On y voit beaucoup de chefs, mais on voit rarement le côté sombre de la restauration. C'est un "métier", on va le répéter très souvent. Ce n'est pas un emploi qu'on improvise.»

Les statistiques le prouvent. Faire sa place dans la restauration n'est pas à la portée de tous. Au Québec, le quart des restaurants ferment leurs portes dans la première année suivant l'ouverture, un sur deux avant la troisième année et plus de 80 % avant la huitième année.

Parce qu'un restaurant, pour ceux qui y travaillent, c'est aussi un «environnement violent où l'on se coupe, où l'on se brûle». Ce sont aussi des horaires impossibles avec, trop souvent, de longues semaines loin des siens. 

Yanick Parent est bien placé pour en parler. Son père Guy a passé toute sa vie dans des restaurants, que ce soit chez Peppé, sur Grande Allée, ou chez Lorenzo, à Charlesbourg. Si son père n'était pas souvent à la maison, il fait partie de ceux qui l'ont initié aux principes de la restauration personnalisée. «On fait en sorte qu'on devient des personnages. Je me souviens que mon père était une vedette que les gens venaient rencontrer chez Lorenzo. Il donnait la main à tout le monde, il se promenait aux tables, il donnait de l'amour à ses clients. Ça m'impressionnait. J'aimais ça.»

Métier restaurateur se promet de faire le tour de toute l'équipe du Savini et du Bello. Au fil des sept épisodes, on découvrira de nouveaux personnages dont le chef, Luc Ste-Croix, le sommelier, les serveurs et d'autres guerriers qui, tous les jours, doivent éteindre des feux.

Jean-François Prégent ne manque pas de suite dans les idées. Déjà, il annonce que Métier restaurateur aura un prolongement. Ça s'appellera Métier brasseur. Il entend développer le concept afin de présenter d'autres métiers méconnus et en faire voir l'arrière-scène.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer