La voix: Pierre Lapointe, la valeur ajoutée

Mathieu Holubowski, dont la voix peut rappeler celle... (Photo TVA)

Agrandir

Mathieu Holubowski, dont la voix peut rappeler celle de Patrick Watson, a su se démarquer des autres concurrents dimanche. Il n'avait pas chanté cinq mots de Burn que les coachs ont appuyé sur leurs gros boutons rouges.

Photo TVA

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Montréal) Un nouveau coach aux choix éclatés, moins de mélodrame et quelques susceptibilités ont composé ce retour de La voix pour une troisième saison, dimanche soir à TVA. Nous étions en terrain connu dans cette formule rodée, où les trois anciens coachs Isabelle Boulay, Éric Lapointe et Marc Dupré ont retrouvé leurs sièges avec l'aisance de vétérans. Si quelques noms ressortent du lot parmi les candidats, pas encore de grandes révélations.

L'interprétation sentie de Brown Skin par Shaharah Sinclair... (Photo TVA) - image 1.0

Agrandir

L'interprétation sentie de Brown Skin par Shaharah Sinclair a charmé Éric Lapointe : «Moi qui a toujours soif, je serais prêt à traverser le désert pour Shaharah», a dit le rockeur. 

Photo TVA

Nul doute que Pierre Lapointe, qui occupe parfaitement le créneau représenté les deux dernières saisons par Ariane Moffatt et Louis-Jean Cormier, représentera une valeur ajoutée cette année. Se montrant plus sélectif que ses collègues, le «p'tit nouveau» a certainement formé l'équipe la plus éclatée, du moins pour cette première étape des auditions à l'aveugle, assurément mon volet préféré de cette aventure. Des 12 candidats qui doivent former chaque équipe, Pierre Lapointe en a déjà choisi trois, alors que les trois autres en ont deux chacun.

Outre Shaharah Sinclair, qui a parlé de sa jambe plus courte que l'autre, jamais aura-t-on si peu parlé de drames humains en décrivant les candidats. Et je dois dire que ça ne m'a pas manqué. De cette candidate, j'ai plutôt retenu son interprétation sentie de Brown Skin, qui a aussi charmé Éric Lapointe : «Moi qui a toujours soif, je serais prêt à traverser le désert pour Shaharah!»

La compétition a commencé fort, avec la plus jeune candidate de l'histoire de La voix, Lili-Ann de Francesco de Ste-Adèle. Impossible de soupçonner qu'elle puisse avoir 15 ans en l'entendant reprendre Proud Mary de John Fogerty, d'une voix puissante et affirmée. Éric Lapointe a raté son coup en tentant de prendre un selfie avec elle «pour avoir l'air jeune», la candidate lui préférant Isabelle Boulay, tout comme une candidate de Toronto, Melissa Bel, qui a déjà chanté l'hymne national pour les matchs des Capitales.

Une association naturelle que celle de Pierre Lapointe et de Mathieu Holubowski, mon véritable coup de coeur de la soirée, dont la voix peut rappeler celle de Patrick Watson, mais qui a su se démarquer des autres concurrents dimanche. Un ancien métalleux qui s'est mis à jouer de la guitare acoustique en découvrant Elliott Smith, et qui veut faire «de la musique intelligente et une critique sociale». Il n'avait pas chanté cinq mots de Burn que les coachs ont appuyé sur leurs gros boutons rouges. Hâte de le revoir. C'est aussi vers Pierre Lapointe que s'est tourné le candidat le plus original de la soirée, Jacques Rousseau de Montréal, qui a offert une version planante de Poupée de cire, poupée de son, et la verbomotrice Sara Dufour de Dolbeau-Mistassini, dont certains se souviendront peut-être pour son rôle de Laurence dans Watatatow.

Marc Dupré a obtenu la faveur de David Paradis, le «sportif» d'Amqui, qui a séduit avec Sex on Fire de Kings of Leon, et d'Audrey Miscioscia, avec Who's Lovin' You des Jackson Five. «Si Tina Turner a recommencé sa carrière à 47 ans, pourquoi pas la mienne à 50 ans?» a demandé Sylvie Desgroseillers, qu'Éric Lapointe a prise dans son équipe. Je ne remets pas en doute le talent de cette artiste accomplie, bien au contraire; est-ce justement le lieu pour une chanteuse tout de même connue du public, qu'on a vue longtemps à Belle et bum? Ne faisons pas nos surpris, Rick Hughes a aussi sa deuxième chance il y a deux ans, mais pour moi, la question reste entière, et je préfère les découvertes.

Laurence Pagé, d'Otterburn Park, a eu moins de chance avec son interprétation de Riptide de Vance Joy. Sa vidéo sur YouTube d'un titre de Flo Rida, visionnée 32 millions de fois, n'a pas suffi; Isabelle Boulay a eu les bons mots pour cette interprétation trop gentille : «Faut qu't'apprennes à t'fâcher un p'tit peu!» Personne ne s'est tourné non plus pour le jeune comédien de 16 ans, William Monette, familier des habitués de 30 vies. Sa version de La dame en bleue de Michel Louvain lui a valu au mieux un bec en pincettes à la Mme Coucou d'Isabelle Boulay.

Y'a un Lapointe de trop dans c'show-là!», a lancé Éric Lapointe, qui en a envoyé plusieurs bonnes dimanche, fidèle à son habitude. «J'pensais pas un jour me faire voler une femme par Pierre Lapointe», a-t-il dit de son voisin immédiat. Ça promet. Espérons qu'Isabelle Boulay ne soit pas si susceptible toute la saison de La voix. «Je pourrais te faire une réponse de Gaspésienne, mais je vais m'abstenir, je vais garder mon élégance», a-t-elle envoyé à Pierre-Gabriel Couture, qui s'était permis une blague bien inoffensive, même de l'avis des autres.

Certains trouveront qu'il y avait sans doute trop de titres anglophones parmi ce qu'on a entendu dimanche soir. Encore une fois, certaines remarques des coachs me font sourire, qualifiant un talent de «calibre international» un peu hâtivement. Mais c'est aussi ça La voix : l'emportement du moment à l'écoute d'une voix qui touche la corde sensible.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer