Benoît Roberge: bienheureux même à la plage

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Josianne Desloges
Josianne Desloges

Collaboration spéciale

Le Soleil

(Québec) Voilà déjà quatre ans que Benoît Roberge écume les casse-croûtes de la province dans Sur le pouce et les maisons d'hôte du Sud de la France dans Benoît le bienheureux à la recherche d'expériences gustatives et humaines. Il poursuit son périple épicurien pour Benoît à la plage.

L'animateur troque donc ses gilets de laine et la campagne en automne pour les shorts et les stations balnéaires en plein été. Un contexte de tournage qui l'a obligé à sortir de sa zone de confort, mais où il est resté, au bout du compte, fidèle à lui-même.

«J'aimais cette atmosphère de partir en automne et d'aller faire des maisons d'hôte hors saison. Les gens avaient le temps pour nous», indique Roberge, un peu nostalgique de ses pérégrinations automnales, qu'il aurait prolongées sans hésiter pour une 4e saison.

Si lui-même s'intéresse peu aux plages habituellement, les téléspectateurs d'Évasion, eux, adorent les destinations soleil... Benoît le bienheureux est donc devenu Benoît à la plage (deux titres qui font référence à des films français, soit Alexandre le bienheureux et Pauline à la plage).

«Je ne fais pas Schwarzenegger sur la plage, disons. Je ne représente pas le plagiste de rêve», souligne l'animateur. «J'ai essayé de faire du surf par exemple et j'ai eu tellement mal au coeur! Les bouts comme ça, on les a gardés, ça donne un côté amusant», constate-t-il.

L'appel des papilles et les chaînes d'amis (un sauveteur qui connaît un tenancier de bistro qui connaît...) continuent toutefois de structurer les émissions, qui se tournent en deux jours, ce qui laisse peu de latitude au vagabondage. Les journées radieuses, sans aucune pluie, qui s'étiraient jusqu'à 22h, offraient heureusement des conditions de tournage idéales.

«Ce show-là sent les vacances, le farniente», souligne Roberge. Le voyage a débuté sur la Côte d'Azur, à Monaco, Nice, Cannes et Saint-Tropez, des destinations huppées où ils ont combiné le glamour et l'authentique: «C'est plus tape-à-l'oeil, mais après on tombe dans des endroits plus inusités comme Gruissan et Sète, où il y a de petits hôtels charmants. Reste qu'il y a des pêcheurs à Monaco, pas juste de grosses Bentley.»

Combo frites et maillot

La première saison de Benoît à la plage a été tournée l'été dernier, en alternance avec des épisodes de Sur le pouce. Un combo frites et maillot qui aurait pu être difficile pour l'estime de soi... L'épicurien s'est heureusement astreint à une certaine discipline au fil des saisons de Sur le pouce. «La première année, tous les membres de l'équipe avait engraissé dramatiquement», raconte-t-il. «Maintenant, je donne tout à la caméra, puis après il faut que je laisse le plat et presque je sorte du resto». L'animateur, aussi auteur, a plusieurs projets d'écriture pour meubler la saison froide, dont une émission de sketches d'humour pour ICI Radio-Canada télé.

Benoît à la plage est diffusé le jeudi à 20h au canal Évasion.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer