Pierre Nadeau, modèle jamais égalé

Pierre Nadeau, grand reporter est présentée sur ICI... (Photo SRC)

Agrandir

Pierre Nadeau, grand reporter est présentée sur ICI RDI vendredi à 20h à Grands reportages Personnalités, au terme de la Semaine des correspondants.

Photo SRC

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Montréal) Je ne suis pas le seul à penser que personne n'a encore atteint le niveau de qualité de Pierre Nadeau en journalisme. «C'est un grand qu'on a essayé d'imiter, mais le modèle n'a pas été dépassé», affirme Jean-François Lépine, un de ses héritiers professionnels, dans un documentaire intitulé Pierre Nadeau, grand reporter.

L'oeuvre, dont on aurait pris une heure supplémentaire, est présentée sur ICI RDI vendredi à 20h à Grands reportages Personnalités, au terme de la Semaine des correspondants. La veille à 21h, une grande émission spéciale de 90 minutes, En direct du monde, coanimée par France Beaudoin et Patrice Roy, réunira les correspondants et les envoyés spéciaux du diffuseur public, sur ICI Radio-Canada Télé et ICI RDI.

Quand Marc Laurendeau a présenté un documentaire radio d'une heure sur Pierre Nadeau en juin dernier, ICI RDI lui a demandé de répéter l'exercice, en y ajoutant les images. Restait à convaincre M. Nadeau, diminué par la maladie, de se confier à la caméra, et de juxtaposer des extraits de l'émission de radio. Il a dit oui pour l'entrevue, probablement la dernière qu'il accordera, croit Marc Laurendeau.

S'il n'a plus la même prestance, Pierre Nadeau n'en a pas moins de présence. La forme de Parkinson dont il est atteint ne lui occasionne pas de tremblements, mais le ralentit dans ses mouvements et affecte sa concentration. Pour le reste, l'homme de 78 ans reste aussi lucide, conduit sa voiture, marche sans canne et prend un nouveau médicament qui améliore sa condition. «Au détour d'une phrase, on retrouve le Nadeau des grandes années», confie Marc Laurendeau, admiratif devant ce «chaînon majeur de l'histoire de l'information au Québec».

Bel homme, Pierre Nadeau avait le sens du spectacle et savait user de son charme, mais jamais au détriment du contenu . On le voit même sur la plage à Cannes faire une entrevue en maillot de bain avec des midinettes. Sur le terrain, il nous emmenait avec lui, pour que chacun sache et comprenne. Un discours qui n'avait rien d'élitiste, de là la grande popularité de ses émissions, dont Le 60, qui dépassait le million de téléspectateurs.

Marc Laurendeau s'est très peu attardé à la vie personnelle de l'homme, mais essentiellement sur ses voyages marquants à l'étranger, que ce soit en Iran, au Zimbabwe, et durant la guerre au Viêtnam, qui l'a particulièrement ébranlé. «On ne peut pas retenir le robinet des sentiments», dit-il au sujet de cette réserve dont les journalistes doivent faire preuve sur le terrain.

Pour dépoussiérer un peu la façon de livrer les nouvelles, il a voulu imposer une livraison plus racontée de l'information, sans télésouffleur. Les journalistes ont résisté et le syndicat a même boycotté une de ses émissions, qui n'aura survécu qu'un an. Le style de Pierre Nadeau, lui, s'imposera quand même.

Ne comptez pas sur Pierre Nadeau pour regretter le bon vieux temps ou jouer les belles-mères en accusant l'information d'aujourd'hui de tous les maux. Au contraire, ce grand fan d'Anderson Cooper se dit en admiration devant la façon dont les journalistes verbalisent l'information. «Il observe le métier avec beaucoup de lucidité mais avec aucune espèce de rancoeur, de mesquinerie ou de nostalgie», affirme Marc Laurendeau.

Pierre Nadeau maîtrisait comme pas un l'art du hot seat, cette forme d'entrevue agressive qui ne se contente pas de demi-réponses. À la télé, outre Anne-Marie Dussault à 24-60, peu s'y adonnent encore aujourd'hui. Ses deux entrevues avec Jean-Claude Duvalier sont de véritables pièces d'anthologie; la première, où le jeune «Bébé Doc» de 19 ans lit maladroitement ses notes en guise de réponses, et la seconde, où l'ancien président d'Haïti affirme qu'il «ne pense pas» être riche.

«Il est toujours l'objet d'une vénération. Lorsqu'il est venu visionner le documentaire à Radio-Canada, tout le monde s'arrêtait pour le saluer», raconte Marc Laurendeau, qui jugeait primordial de perpétuer l'héritage et le souvenir de ce gentleman de l'information.

Le Bye Bye en hausse

Quoi qu'on en pense ou qu'on en dise, le Bye Bye 2014 a été vu en direct par 2 902 000 téléspectateurs pour la seule diffusion du 31 décembre, comparativement à 2 859 000 l'an dernier. Si on ajoute la rediffusion du lendemain, ce nombre s'élève à 3,8 millions, un résultat exceptionnel. De son côté, Infoman 2014 a rallié 1 677 000 curieux le 31 décembre, et 720 000 le lendemain. À TVA, l'épisode spécial Les beaux Noëls a retenu 1 184 000 téléspectateurs.

Pierre Craig au repos après un infarctus

Le journaliste et animateur Pierre Craig se remet actuellement d'un infarctus subi dans la nuit du

23 au 24 décembre. Il a dû être opéré d'urgence une première fois et devra subir une deuxième opération la semaine prochaine.

Tenu au repos mais hors de danger, M. Craig doit évidemment interrompre ses activités, à la fois comme animateur de La facture et comme président de la Fédération professionnelle des journalistes du Québec. Le journaliste François Sanche a été désigné pour le remplacer à La facture, qui fêtera sa 600e émission le 13 janvier sur ICI Radio-Canada Télé.

Par ailleurs, Pierre Craig est en réflexion quant à son avenir professionnel, mais le diffuseur assure que son état est sous contrôle, qu'il se porte mieux et qu'il sera de retour à La facture le 3 février prochain.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer