Bons et moins bons flashs du Bye bye 2014

L'équipe du Bye bye 2014... (Photo ICI Radio-Canada télé)

Agrandir

L'équipe du Bye bye 2014

Photo ICI Radio-Canada télé

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Montréal) On a beau chialer, le Bye bye reste un rendez-vous incontournable. Pour la seule diffusion du 31 décembre, la revue humoristique d'ICI Radio-Canada Télé a rallié 2 902 000 téléspectateurs, comparativement à 2 859 000 l'an dernier. Du monde à la messe.

L'équipe du Bye bye 2014... (ICI Radio-Canada télé) - image 1.0

Agrandir

L'équipe du Bye bye 2014

ICI Radio-Canada télé

Tout bien considéré, j'ai passé un bon moment à regarder ce Bye bye 2014, avec tout de même certaines déceptions. Excellente ouverture de Laurent Paquin en Philippe Couillard qui prend notre argent pour le redistribuer au maire Régis Labeaume et au ministre Yves Bolduc. «Austé, austérité. Pour toi, pour toi, pour toi, mais pas pour moé», chantait Couillard, sur l'air de Papaoutai de Stromae. Ça donnait le ton.

Très bon clin d'oeil de transformer La petite reine en «La tite reine» pour se moquer de Lise Thibault, qui n'avait JAMAIS touché à une facture de sa vie. Hélène Bourgeois-Leclerc, qui a excellé du début à la fin, a offert une remarquable imitation d'Anne Dorval, animatrice indignée du «Monde selon Dorval», où les cris se substituaient aux propos cohérents.

Mais mon sketch préféré reste certainement celui de «Quel âge me bitchez-vous?» avec Pierre Brassard, extraordinaire en Jean Airoldi. «Ça fait du bien de se faire humilier par toute la province», dit-il à une pauvre concurrente fraîchement sortie de sa cage de verre, et qui «se mouche dans son linge commandité». Voilà une parodie qui restera dans nos mémoires.

Je n'en dirais pas autant du sketch avec Denis Coderre et Régis Labeaume dans «Ces maires-là» (au lieu de Ces gars-là). La transformation de All About That Bass de Meghan Trainor en «On rit pas de ma graisse» avec le ministre Gaétan Barrette ne m'a pas choqué, mais n'arrivait pas à la cheville du Wrecking Ball d'Antoine Bertrand l'an dernier.

Même si elle était prévisible, la bataille des Céline entre ses deux meilleurs imitateurs, Joël Legendre et Véronique Claveau, était franchement réjouissante. Laurent Paquin a complété le trio de ce numéro hilarant, lui aussi en Céline. Les Nathalie Normandeau, Tony Accurso et «Rambo» ont transformé les «pa-pa-pa» d'Alex Nevsky en gang de «ta-ta-ta-ta-ta-tas» pour nous narguer, après leur passage à la commission Charbonneau.

Autodérision de Joël Legendre dans la parodie de Symphorien, quand Gilles Latulippe (Laurent Paquin) lui lance : «Joël Legendre, c'est pas ses deux filles qu'il aurait dû faire faire par quelqu'un d'autre, c'est son disque de Noël!» Le Éric Savail qu'il nous a offert ensuite était parfait. «Pour avoir des vestons plus serrés, faudrait que je me fasse enlever des côtes», a crié l'animateur d'«En mode chaudaille».

Après minuit, ça s'est gâté, comme si on avait gardé les restants pour la dernière demi-heure. Le sketch sur l'école n'a pas levé, celui de Laurent Paquin pas de bras qui voulait recevoir son courrier non plus, pas plus que «Les Péladeau en spectacle», rappel des Morissette en spectacle. À ce titre, le cas PKP, pourtant un bon filon, aurait pu être cent fois mieux exploité. Déjà qu'on n'en pouvait plus du Ice Bucket Challenge, on a trop insisté sur le phénomène. Mais si j'ai une déception, c'est celle de ne pas avoir vu suffisamment Véronique Claveau dans ce Bye bye.

Plus tôt dans la soirée, une autre édition spectaculaire d'En direct de l'univers - Spéciale du jour de l'An, avec une quarantaine d'artistes invités. Voilà 90 minutes vite passées avec Lise Dion, Patrice Robitaille et un Fred Pellerin particulièrement drôle. Plusieurs bons flashs, dont le défilé d'anciens joueurs des Nordiques pour Patrice Robitaille.

LES PERLES D'INFOMAN

Comme toujours, Infoman, vue par 1 677 000 téléspectateurs, nous a sorti des perles, dont ces savoureux (ou désolants?) passages de la «commission Drainville» avec la «prophétie des sept feux», les manifestations de zombies et les trois druides, sans oublier les inénarrables Pineault-Caron.

Jean-René Dufort a réussi à faire dire au ministre Gaétan Barrette que le Centre universitaire de santé McGill n'était «pas un trésor d'architecture». Admettant que la victoire avait été facile, le premier ministre Couillard, lui, a laissé tomber ceci : «Des fois, il vaut mieux être chanceux que bons.» Eh bien. Pour dessert, Pierre Karl Péladeau s'est coiffé du bonnet de Séraphin, récupéré du costumier et rappelant une certaine parodie qu'il avait trouvée moins drôle, admettant du même coup: «J'ai toujours été un peu gratteux.»

Je suis sorti déprimé des Beaux Noëls de Martin Matte à TVA, que j'adore pourtant dans sa série régulière. Un épisode «casseux de party», qu'on aurait pu intituler «Les tristes Noëls». Pas sûr que c'était idéal pour un réveillon du jour de l'An, à l'heure des célébrations, dans une ambiance familiale, de voir deux clans s'entretuer et le beau-frère baiser la belle-soeur dans le garage. Question de timing.

Partager

À lire aussi

  • La télé au réveillon

    Télévision et radio

    La télé au réveillon

    La télé ne remplacera jamais la famille, les amis. Mais pour mettre dans l'ambiance, elle n'a pas son pareil. Coup d'oeil sur les émissions spéciales... »

  • Bye-bye Véro, bienvenue Véro

    Télévision et radio

    Bye-bye Véro, bienvenue Véro

    Ne cherchez pas les visages de Véronique Cloutier et de Louis Morissette sur les photos officielles du Bye bye 2014. De là à dire qu'on ne... »

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer