Bye-bye Véro, bienvenue Véro

Joël Legendre, Pierre Brassard, Hélène Bourgeois-Leclerc, Véronique Claveau,... (Photo ICI Radio-Canada télé, Jean Bernier)

Agrandir

Joël Legendre, Pierre Brassard, Hélène Bourgeois-Leclerc, Véronique Claveau, Laurent Paquin et Michel Courtemanche

Photo ICI Radio-Canada télé, Jean Bernier

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Montréal) Ne cherchez pas les visages de Véronique Cloutier et de Louis Morissette sur les photos officielles du Bye bye 2014. De là à dire qu'on ne les verra pas le 31 décembre? «Nous ne faisons aucun sketch. Il pourrait être question de nous, mais je n'ai pas envie de venir jouer la belle-mère. Ce serait malhonnête de se garder un sketch fort pour Véro et moi», confie Louis Morissette, à quelques jours de la fin du tournage de la revue humoristique qu'il produit encore cette année.

Pour combler ces absences, on ramène Pierre Brassard et Laurent Paquin, qui avaient fait des apparitions remarquées l'an dernier- rappelez-vous des Femen -, en plus d'engager Véronique Claveau, ex-participante à Star Académie qui a ébloui les spectateurs de Revue et corrigée, la revue humoristique du Rideau Vert à Montréal, les sept dernières années. Ils se greffent donc à trois vétérans, Joël Legendre, Hélène Bourgeois-Leclerc et Michel Courtemanche, qui ont fait leurs preuves.

Pierre Brassard serait le plus susceptible de camper Pierre Karl Péladeau, qui risque d'occuper une place prépondérante dans ce Bye bye. «Si on pouvait questionner la légitimité de sa présence quand il était un homme d'affaires, maintenant qu'il est politicien, c'est sans appel. Il a été omniprésent cette année et a été de tous les combats. Et si on y va par déduction logique, je ne pense pas que Laurent Paquin a la physionomie pour l'imiter.» On peut aussi présumer que Michel Courtemanche reprendra son Régis Labeaume, et Hélène Bourgeois-Leclerc, sa Pauline Marois, déchue, mais ce ne sont là que spéculations.

L'année de l'austérité

On n'y échappera pas: le thème de l'austérité reviendra souvent dans ce Bye bye. Mais pas question de passer l'heure à souligner les compressions à Radio-Canada. «Ce serait facile de se porter à la défense de la société d'État. C'est sûr qu'on va en parler, mais on le fera délicatement sans s'éterniser. On ne fera pas un sketch de quatre minutes là-dessus.» De toute façon, les sujets ne manquent pas, d'Yves Bolduc à Gaétan Barrette, aux moyens de pression des employés municipaux.

Louis Morissette s'est aussi retiré de l'écriture pour laisser place à de nouveaux auteurs, en plus de François Avard, de retour à la script-édition. Il garde tout de même un oeil sur chacune des étapes de production. «Je suis bien fatigant pour des auteurs, je repasse beaucoup par-dessus les textes en ajoutant mes commentaires. Mais, j'ai été très peu présent sur les tournages.» Alors que plusieurs invités vedettes venaient se greffer aux sketchs l'an dernier, il mise davantage sur son groupe de six cette année. «Je ne m'en cache pas, ça a été laborieux en 2013. On revient à une formule plus simple, comme en 2010, 2011 et 2012. Les gens ne passeront pas leur temps à se demander qui fait quoi.»

Louis Morissette nous prévient: le Bye bye sera «baveux et corrosif». «Ça déplace de l'air!» dit-il. Le producteur s'en réjouit, dans cette ère où la télé ne peut plus rire de tout et n'importe quoi comme avant. «On donne tellement d'importance aux chialeux sur les réseaux sociaux que ça peut donner le goût aux auteurs d'aller faire des choses plus convenues.»

Le Québec divisé

Comme chaque année, le Bye bye divisera les téléspectateurs, et les détracteurs seront toujours plus nombreux à manifester leur désaccord. Cette condamnation collective a d'ailleurs pris des proportions quasi vaudevillesques ces dernières années, les uns criant à la dilapidation de nos impôts, les autres réclamant rien de moins que la fermeture de Radio-Canada, un discours devenu prévisible et lassant. Un peu plus, et on s'écrie: «Morissette, crucifié!»

Commençons par répéter que le Bye bye rapporte de l'argent au diffuseur public, tout comme le reste de la programmation du 31 décembre d'ailleurs. On ne peut y renoncer sans priver Radio-Canada d'importants revenus.

Bien sûr, Louis Morissette lit toutes ces récriminations, non sans soupirer. Il se défend bien de dilapider l'argent des Canadiens en une seule heure de télévision. «Je prendrais ces trois mois pour écrire un scénario de film, partir une nouvelle télésérie et concevoir un quiz, et je ferais bien plus d'argent. Tout ça en prenant moins de risques.» Il est le premier à insister pour qu'on tire égal partout quand il est question de politique. «Nos points de vue personnels ne doivent pas transparaître. Ça ne changera pas que, sur Twitter, je vais me faire accuser d'être un maudit fédéraliste, d'autres vont dire de fermer Radio-Canada parce que c'est juste une gang de souverainistes.»

Malgré tout, rien de tout ça n'a eu raison du plaisir de l'équipe à reprendre l'expérience d'année en année. «C'est un grand privilège d'avoir cette opportunité de faire partie de ce défoulement collectif. On fait ce métier pour s'exprimer et dire des choses, c'est un véhicule super pour ça.»

L'avantage de ne pas jouer dans le Bye bye: Louis Morissette sera là pour fêter le 40e anniversaire de sa blonde, le soir du 31 décembre.

***

BYE BYE 2014: mercredi 31 décembre à 23h, jeudi 1er janvier à 21h à ICI Radio-Canada Télé

«Je ne me souviens pas avoir rêvé de... (Photo ICI Radio-Canada télé, Jean Bernier) - image 2.0

Agrandir

«Je ne me souviens pas avoir rêvé de faire un jour le Bye bye. Ça m'est toujours paru comme inaccessible. Quand l'appel est arrivé, j'ai vraiment sursauté. Ça a été très spontané, c'était impossible pour moi de refuser ça»- Véronique Claveau,au sujet de son premier Bye bye

Photo ICI Radio-Canada télé, Jean Bernier

La recrue

Joël Legendre a eu du flair quand il a demandé à Véronique Claveau si elle savait imiter. «C'était en 2007, Joël faisait la mise en scène de Revue et corrigée, il était certain que je pouvais imiter Céline, ce qui ne m'était jamais venu à l'esprit. Il a réveillé ça en moi, m'a engagée, et je suis restée sept ans», a raconté l'ex-participante à Star Académie au Soleil.

Elle n'en a pas moins été surprise quand on l'a appelée pour succéder à Véronique Cloutier au prochain Bye bye. «Je ne me souviens pas avoir rêvé de faire un jour le Bye bye. Ça m'est toujours paru comme inaccessible. Quand l'appel est arrivé, j'ai vraiment sursauté. Ça a été très spontané, c'était impossible pour moi de refuser ça», affirme celle qui regardera le Bye bye avec sa famille dans Limoilou.

Passant de la scène à l'écran, elle retrouve donc Joël Legendre au sein d'une équipe expérimentée, qui a su la mettre en confiance. La recrue a tout de même eu à se familiariser avec les imposantes prothèses. «Sur scène, on a des perruques, on change de rouge à lèvres, mais je n'ai jamais eu de prothèses, à part les bourrures. Aussi, on répète beaucoup moins pour le Bye bye que pour le spectacle sur scène, et on joue sans public», poursuit Véronique Claveau. Les artistes qu'elle préfère imiter: Céline, bien sûr, Sonia Benezra, Lisa LeBlanc et Michèle Richard. Et Véronique Cloutier? «La plus difficile à imiter!» admet-elle.

Sa nouvelle association avec le Bye bye a tout de même eu un goût de vinaigre au départ; le Théâtre du Rideau Vert, où elle devait reprendre Revue et corrigée, lui a imposé une amende de 16 404 $ pour ne pas avoir respecté son engagement. «Sur le coup, j'ai senti ça comme une trahison de la part de gens avec qui je me suis toujours bien entendue. Je les ai quand même prévenus six mois avant le spectacle, quatre mois avant la première répétition. Et un Bye bye, je ne pouvais pas passer à côté de ça, ce sera peut-être le seul que je ferai dans ma vie.» Les choses se sont finalement réglées, la facture a été payée, et Véronique Claveau dit avoir mis ça derrière elle.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer