Le Québec bien représenté aux International Emmy

Claude Legault... (Photothèque Le Soleil)

Agrandir

Claude Legault

Photothèque Le Soleil

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Montréal) Après 30 vies, qui a pavé la voie l'an dernier et qui renouvelle l'exploit cette année, Claude Legault se retrouve lui aussi en nomination au 42e gala des International Emmy Awards, qui aura lieu lundi soir à New York. Belle représentation québécoise à cette cérémonie qui récompense les meilleurs de l'industrie de la télévision en dehors des États-Unis.

Matthew Weiner entouré de deux vedettes de Mad... (Photo: AP) - image 1.0

Agrandir

Matthew Weiner entouré de deux vedettes de Mad Men: Elisabeth Moss et Vincent Kartheiser.

Photo: AP

C'est pour son rôle de Ben Chartier dans l'épisode de la tuerie de 19-2, le fameux plan-séquence, que Claude Legault a été remarqué par le jury, préféré à son collègue Réal Bossé. L'acteur revenait justement de New York, où il avait assisté à des matchs de football avec son ami Ben Chartier (le vrai, l'auteur), lorsqu'il a appris la nouvelle. «Je n'avais aucune idée que cette cérémonie-là existait», admet le comédien, heureux que la qualité de 19-2 soit reconnue à l'international. «J'écoute beaucoup de séries policières américaines, et 19-2 ne ressemble à rien de tout ça. C'est ce qui a dû charmer le jury.»

Claude Legault a toujours cru que 19-2 se comparait avantageusement aux plus grandes productions étrangères. «Pour avoir vu des séries européennes, américaines et sud-américaines, on en clenche une coupe là-dedans, avec le dixième de leur budget.» C'est beaucoup par curiosité qu'il sera là, vêtu d'un tuxedo, lundi soir, accompagné entre autres de Podz, le réalisateur, au New York Hilton Midtown. Le duo prend une brève pause du tournage de la troisième saison de 19-2. «Nous avons à peine un tiers du tournage de complété. Si les gens ont trouvé que la deuxième saison était intense, attachez votre tuque», prévient Claude Legault.

Fan fini de la série Le trône de fer, dont il attend impatiemment les coffrets DVD chaque année, l'acteur n'a jamais vraiment envisagé une carrière à l'international, mais il ne ferme pas la porte. «Je ne suis pas vraiment bilingue. Cette année, je m'offre un cadeau, un cours intensif d'anglais.» Il a demandé à son ami Ben Chartier de lui rédiger son discours s'il doit gagner lundi.

L'avenir dans la coproduction

C'est la première fois que Jocelyn Deschênes, producteur de 19-2, mais aussi de Nouvelle adresse et de Toute la vérité, soumet une de ses séries à ce gala, dont il a appris l'existence avec la nomination de 30 vies l'an dernier. L'inscription de 19-2 aux International Emmy n'est qu'un jalon de plus dans son intention de percer à l'étranger.

Sa boîte de production, Sphère Média Plus, dispose de bureaux à Toronto et d'un agent à Los Angeles. «C'est un travail à long terme. Il ne suffit pas de traverser la frontière pour réussir. Ça fait cinq ans que j'y travaille, nous avons mis beaucoup de ressources, créé des contacts. Mais on ne peut pas dire qu'on est rendus à ce qu'on veut, ça commence lentement», admet-il. Jocelyn Deschênes avait entre autres réussi à vendre son projet d'adaptation du Monde de Charlotte aux États-Unis, dont on avait tourné une émission pilote, mais la série n'a jamais vu le jour.

Malgré les risques que ça comporte et les cas plus ou moins heureux du passé, le producteur croit que l'avenir est dans la coproduction avec d'autres pays, notamment avec la France. «Avec les budgets qui rétrécissent, on va probablement en arriver à ça.»

Comme Jocelyn Deschênes, Claude Legault croit au potentiel des coproductions, mais à certaines conditions. «J'ai hâte qu'on fasse des coproductions françaises, avec des Québécois qui jouent des Québécois, sans jouer les clichés du sirop d'érable et de la baguette en dessous du bras de l'autre bord, et que chacun reste ce qu'il est», affirme l'acteur, qui avait dû prendre l'accent français dans La cité, film de Kim Nguyen tourné en Tunisie avec Jean-Marc Barr.

Nouveau projet avec Karine Vanasse

Fabienne Larouche, dont la quotidienne 30 vies est une nouvelle fois en nomination dans la catégorie des telenovelas, croit que les Brésiliens restent imbattables en ce domaine. Gagnants en 2012 et en 2013, ceux-ci sont encore en nomination cette année, contre une production portugaise et une philippine.

Peu importe, la productrice et auteure mesure les effets de la nomination de l'an dernier sur ses productions. «Nous avons signé 30 vies avec les Allemands, la France s'intéresse à Unité 9, on mange dimanche soir avec les producteurs de Plus belle la vie, feuilleton très populaire en France. C'est une vitrine sur le monde. Il faut être capable d'exporter nos produits.»

Ce sont les épisodes avec Karine Vanasse en vedette, diffusés à l'hiver 2013, qui ont valu une nomination à 30 vies. Heureux hasard : l'actrice célèbre son 31e anniversaire le jour même du gala, lundi. Elle sera d'ailleurs présente pour remettre un prix, elle qui a atteint le rang de star internationale avec son rôle de Margaux dans la série américaine Vengeance.

Très attachée à elle, Fabienne Larouche annonce qu'elle travaille à un nouveau projet de fiction avec Karine Vanasse, pour qui elle avait écrit la série Un homme mort à TVA. La productrice compte bien fêter en grand avec son équipe après la cérémonie de lundi soir à New York, quelle qu'en soit l'issue.

À ne pas confondre avec les Primetime Emmy Awards, le gala n'est hélas pas télédiffusé ni même retransmis sur le Web.

La famille Miller (Adam Wilson, Matthew Gravelle, Olivia Colman... (PHOTO FOURNIE PAR ITV) - image 2.0

Agrandir

La famille Miller (Adam Wilson, Matthew Gravelle, Olivia Colman et Benji Yapp) de la série Broadchurch.

PHOTO FOURNIE PAR ITV

Stephen Dillane et Rosamund Pike... (Photo Maximum Films) - image 2.1

Agrandir

Stephen Dillane et Rosamund Pike

Photo Maximum Films

Trois visages des Emmy

Matthew Weiner

HBO et Showtime ont levé le nez sur Mad Men quand son créateur, Matthew Weiner (au centre sur la photo), le leur a proposée. La série située à New York dans les années 60, diffusée chez nous à Télé-Québec, sera pourtant couronnée de succès dès ses débuts sur AMC en 2007, et son antihéros, Don Draper, joué par John Hamm, deviendra une icône de la télévision américaine. Après J.J. Abrams l'an dernier, l'Académie remet son Founders Award (Prix des fondateurs) à Matthew Weiner, aussi scénariste, producteur, à qui David Chase, créateur des Soprano, a fait confiance pour les deux dernières saisons de sa série. Véritable phénomène, Mad Men, d'une esthétique irréprochable, influence encore le monde de la mode et a redonné le goût du beau et du chic, une vague que The Guardian a appelée la «Madmenalaria». «Ce genre de série, qui offre à la fois un contenu esthétique de qualité et une large palette d'émotions, répond, selon moi, à un besoin qui n'avait pas été assouvi à la télévision jusqu'ici», confiait Weiner à Nathalie Collard de La Presse en 2010. Weiner est un habitué des Primetime Emmy Awards, ayant remporté neuf trophées pour Mad Men et Les Soprano.

Olivia Colman

Grosse pointure dans la catégorie Meilleure actrice : Olivia Colman (photo), l'attachante lieutenante Ellie Miller dans la série britannique Broadchurch, assistante du colérique capitaine Alec Hardy, joué par David Tennant, boudé par le jury. La scène où Miller apprend l'identité du meurtrier est l'une des plus boulerversantes de cette série diffusée sur ICI Radio-Canada Télé la saison dernière. Récompensée pour ce rôle aux British Academy Television Awards, Olivia Colman s'était fait remarquer dans le long métrage Tyrannosaur et dans La dame de fer, où elle incarnait la fille de Margaret Thatcher. Lundi soir, elle affrontera des actrices de Turquie, d'Argentine et des Pays-Bas.

Stephen Dillane

Claude Legault aura un rival de taille dans la catégorie Meilleur acteur en la personne du Britannique Stephen Dillane, que vous connaissez si vous êtes un fan du Trône de fer, diffusé ici à Super Écran et AddikTV. Il y joue Stannis Baratheon (photo), frère cadet de Robert. Mais l'acteur se voit nommé cette fois pour son rôle dans The Tunnel, série franco-britannique de Canal+, une des déclinaisons de l'oeuvre scandinave Le pont. Dans cette version, deux parties de cadavre sont découvertes dans le tunnel sous la Manche, sur la frontière entre l'Angleterre et la France. Legault et Dillane sont mis en compétition avec des acteurs de l'Argentine et de la Chine.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer