Yan England en direct du Vol 920

Yan England au Népal lors du tournage de... (Photo fournie par TVA)

Agrandir

Yan England au Népal lors du tournage de Vol 920.

Photo fournie par TVA

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

(Québec) «Je ne peux pas te dire où je suis, mais c'est magnifique!» lance Yan England, au bout du fil. Après des séjours significatifs au Pérou, aux États-Unis et en Italie, l'animateur réalise son vieux rêve de faire le tour du globe pour le tournage de Vol 920.

Pour Yan England, voyager signifie avant tout «aller chez les gens» et se conjugue à toutes les dimensions de sa vie. Il a vécu six semaines dans un bidonville en banlieue de Lima, pour une mission de développement international. Parti aider, il a finalement beaucoup appris. «Je travaillais dans une cuisine populaire, on devait aller chercher des poches de riz, puis trier les bons grains et enlever les vers. Ça repousse tes limites, ça te fait sortir de ta zone de confiance», raconte-t-il.

Avec un DEC en sciences pures dans un cégep anglophone, il décide d'aller suivre des cours de théâtre aux Etats-Unis: «J'avais encore un accent, et je ne voulais pas me mettre de limites pour travailler dans ce milieu-là [la télé, le cinéma], qui me passionne. J'ai tiré au sort: pile, je partais pour Los Angeles, face c'était New York.» L'acteur a finalement habité dans les deux villes, tout en continuant de tourner dans des émissions au Québec, où il est finalement revenu.

Présentement, on peut le voir dans Yamaska à TVA et dans L'appart du 5e  à Vrak tv.

Lorsqu'un projet auquel il devait participer tombe à l'eau, il décide de profiter de l'occasion pour aller apprendre l'italien, auprès de sa famille maternelle, en banlieue de Rome. «J'avais besoin de changer d'air, et les voyages me rendent très heureux. Aller à la rencontre de d'autres cultures, je trouve ça ressourçant», explique-t-il.

Le cinéma lui a aussi permis de voyager, puisque ses courts-métrages - dont Moi et Henry, nommé dans la catégorie «Live Action Shorts» aux Oscars l'an dernier -se sont illustrés dans plusieurs festivals internationaux. Même s'il n'était pas invité, England a profité de ces occasions pour mettre le cap sur des contrées inconnues.

Normal, donc, que l'idée de visiter neuf pays en autant de semaines avec Vol 920 lui ait plu. «En plus, les épreuves sont toujours en lien avec la réalité culturelle du pays. En Autriche, pas exemple, les candidats ont dû escalader les façades de maison, comme lorsque les jeunes hommes devaient grimper pour aller voir leur dulcinée, logée dans la plus haute chambre de la maison», indique-t-il.

Même s'il doit garder une certaine distance avec les candidats globe-trotter de l'émission, il partage leurs contraintes. «Je suis toujours avec eux autres et je voyage uniquement avec un sac à dos, comme eux. Mon seul avantage est que je sais où on s'en va», souligne-t-il. On pourrait ajouter qu'il est assuré, contrairement à eux, de vivre l'aventure jusqu'au bout.

 Vol 920 est diffusé le dimanche à 20h30 et le lundi à 19h sur les ondes de TVA.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer