Pierre-Luc Brillant: le charmeur d'Au secours de Béatrice

Pierre-Luc Brillant incarne l'urgentologue en résidence Olivier-Luc Laveaux...

Agrandir

Pierre-Luc Brillant incarne l'urgentologue en résidence Olivier-Luc Laveaux dans Au secours de Béatrice.

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Josianne Desloges
Josianne Desloges

Collaboration spéciale

Le Soleil

(Québec) Mine de rien, Pierre-Luc Brillant, qui incarne un jeune médecin résident dans Au secours de Béatrice, joue devant les caméras depuis plus de 20 ans. Mais entre Tirelire, combine et compagnie et C.R.A.Z.Y., l'acteur a étudié au conservatoire en guitare classique et a complété un bac en philosophie.

En lisant le texte d'Au secours de Béatrice, l'acteur a été séduit. «Pour moi c'est très réaliste, il y a un côté documentaire que j'aime beaucoup, ça demande un jeu très fin, très petit. Parfois il faut mettre beaucoup d'emphase pour faire passer le texte. Là, au contraire, c'est le texte qui fait passer le jeu», explique-t-il. Il avait déjà côtoyé le réalisateur Alexis Durand-Brault sur le plateau de Ma fille, mon ange et de La galère, «ça a peut-être amélioré mon sort à l'audition», suppose Brillant, un sourire dans la voix.

S'il a craint au début que la trame «très ténue» capte difficilement l'attention du public, il est maintenant rassuré. «Un suspense s'installe. C'est une série de jeu d'acteur, où la qualité de l'interprétation fait la qualité de la série», croit-il.

En effet, Au secours de Béatrice a beau mettre en scène des urgentologues, on est bien loin des interventions spectaculaires de Trauma. «Ici, le milieu médical est plus un prétexte pour voir défiler des personnages différents», note l'acteur qui a dû, pour les besoins du rôle, faire la cour à l'actrice Sophie Lorain, également productrice de la série. «J'ai eu 55 jours de tournage, alors on a eu le temps de faire connaissance. Elle est d'une justesse redoutable», commente-t-il.

Un volcan tranquille

Il compare son personnage, Olivier-Luc Laveaux, à un volcan tranquille, qui, en apparence, a l'air très sûr de lui et très en possession de ses moyens. «On se rendra compte que c'est une façade, indique Brillant, On effeuillera sa psychologie petit à petit. Il a de gros démons.»

La fin des 24 épisodes devrait apparemment laisser le spectateur sur sa faim, ouvrant la porte à une deuxième saison, souligne Brillant.

Ce dernier est présentement en tournée sur les scènes du Québec dans Midesummer (une pièce et neuf chansons), créée par La Manufacture. Guitare en main, il y partage la scène avec son amoureuse Isabelle Blais. Une première expérience au théâtre pour l'adepte du jeu fin.

«Il y a plus de défi au théâtre pour moi, puisqu'il n'y a pas de faux-fuyants et pas de possibilité de reprise. On monte sur la scène et on ne peut plus se sauver», constate-t-il. Cette histoire, qui raconte la nuit folle d'un duo improbable, roule déjà depuis trois ans.

Au secours de Béatrice est diffusé les mercredis à 20h à TVA.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer