Gala de l'ADISQ: savez-vous dire merci?

Élue révélation de l'année, Klô Pelgag a certainement... (La Presse, Olivier Jean)

Agrandir

Élue révélation de l'année, Klô Pelgag a certainement offert les remerciements les plus bizarres depuis longtemps à l'ADISQ. Dans le même discours, l'artiste qui se dit elle-même étrange a remercié ses parents d'«avoir fait l'amour», a parlé de lançage de sauce Saint-Hubert avant de dire merci à Messmer.

La Presse, Olivier Jean

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

L'ADISQ 2014

Arts

L'ADISQ 2014

Le Gala de l'ADISQ 2014 »

Sur le même thème

(Montréal) On s'entend pour dire que les remerciements comptent pour beaucoup dans un gala comme celui de l'ADISQ. Or, ceux de dimanche soir étaient particulièrement ennuyants et mal foutus. À croire que nos artistes ne sont plus capables de remercier convenablement.

Même Alex Nevsky, que nous étions tous heureux... (La Presse, Olivier Jean) - image 1.0

Agrandir

Même Alex Nevsky, que nous étions tous heureux de voir monter sur scène à trois reprises dimanche soir, a offert des remerciements brouillons, sans conviction.

La Presse, Olivier Jean

Dommage que les gagnants aient été si peu... (La Presse, Olivier Jean) - image 1.1

Agrandir

Dommage que les gagnants aient été si peu inspirés, parce qu'encore une fois, Louis-José Houde a été parfait dans son rôle d'animateur, alerte et drôle.

La Presse, Olivier Jean

Même Alex Nevsky, que nous étions tous heureux de voir monter sur scène à trois reprises dimanche soir, a offert des remerciements brouillons, sans conviction. Si on avait au moins laissé Marie-Mai faire les siens; mais non, on l'a interrompue alors qu'elle venait à peine de les entamer, de façon maladroite, acclamée par ses fans en délire. On s'entend qu'on aurait pu partir la musique pour d'autres bien avant elle.

Premier à recevoir un prix, Serge Fiori était ému de revoir ses pairs, 40 ans après la naissance d'Harmonium. «J'étais dû pour venir faire un tour», leur a-t-il dit, avant d'enchaîner avec un bien trop long discours. Élue révélation de l'année, Klô Pelgag a certainement offert les remerciements les plus bizarres depuis longtemps à l'ADISQ. Dans le même discours, l'artiste qui se dit elle-même étrange a remercié ses parents d'«avoir fait l'amour», a parlé de lançage de sauce Saint-Hubert avant de dire merci à Messmer.

Dommage que les gagnants aient été si peu inspirés, parce qu'encore une fois, Louis-José Houde a été parfait dans son rôle d'animateur, alerte et drôle. Dans un efficace monologue d'ouverture, il a rappelé que la musique entre dans les chambres à coucher et accompagne nos peines d'amour, ce que l'humour ne fait pas. «C'est rare qu'on se met du Guy Nantel pour créer toute une ambiance!» a-t-il lancé à un auditoire conquis.

Louis-José s'est même permis quelques pointes, comme à ces candidats de La voix qui l'abordent et qu'il ne reconnaît pas, avouant ne jamais regarder l'émission de TVA. «Si vous avez fait La voix et que vous rencontrez des gens, présentez-vous, dites votre nom. Deux millions de personnes qui vous regardent, c'est énorme, mais cinq millions qui vous regardent pas, c'est tellement complètement beaucoup plus!» L'humoriste s'est aussi moqué de La super soirée LNH de TVA Sports. «C'est parfait parce qu'on est en 1950!» a-t-il blagué.

Ovation de plusieurs minutes pour Michel Louvain, qui a enfin reçu la reconnaissance de ses pairs après avoir été longtemps regardé de haut. C'est entourés d'un big band que Mario Pelchat, Jean-François Breau et Maxime Landry ont repris quelques-uns de ses airs les plus connus et d'autres moins. Donald Lautrec est sorti de son mutisme pour le féliciter, sur écran, suivi de Ginette Reno, qui lui a remis son trophée hommage, mais ça manquait de témoignages vibrants. «Je veux continuer de chanter pour vous», a dit Michel Louvain, ému, devant un auditoire à qui il s'adresse rarement. Tout le monde n'aura pas cette longévité, a rappelé Louis-José, parlant de «carrières écourtées à coups de scandales, d'alcool au volant ou d'albums de Noël».

André Sauvé est rarement plate, et ce n'est pas dimanche qu'il allait commencer. Sa théorie sur le «zoom out émotif» utilisé par les juges pour décider des gagnants par des «Ah!», «Oh!», «Iiiih!», «Ah bon!», «Ischhh!», «Hein?», «Hon!» était hilarante.

Si bon à La voix, Louis-Jean Cormier avait peine à lire son télésouffleur pour rappeler la mémoire de Félix. Fidèle à lui-même, Pierre Lapointe a flashé, arborant une tenue de Jean Paul Gaultier. Émue aux larmes à côté de sa soeur Mélanie, Stéphanie Boulay a difficilement conclu ses remerciements.

On aime les duos improbables comme celui d'Angèle Dubeau avec le rappeur Koriass, beaucoup plus étonnant que le numéro trop conventionnel des artistes de la catégorie Révélation, qui ont enchaîné leur bout de chanson sans lien réel. Beaucoup aimé Half Moon Run, qui trouvera sûrement bien des preneurs sur iTunes et chez les disquaires après sa prestation de dimanche.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer