Martin Labrosse: pas de répit pour l'information

Martin Labrosse... (Ici Radio-Canada Télé)

Agrandir

Martin Labrosse

Ici Radio-Canada Télé

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Josianne Desloges
Josianne Desloges

Collaboration spéciale

Le Soleil

(Québec) Le samedi et le dimanche matin, Martin Labrosse s'éveille et se rend aux studios de RDI alors que les fêtards prennent leur dernier verre dans les bars du centre-ville de Montréal. Car l'information ne prend pas de pause la fin de semaine, tout au plus, elle ralentit un peu et se laisse apprivoiser.

Martin Labrosse a pris le relais de Louis Lemieux, parti à la retraite en août. «On a gardé les fondements de l'émission, parce que c'est quelque chose qui va bien. Changer d'animateur, c'est déjà beaucoup pour les gens», indique-t-il.

Lorsque la salle de nouvelles de TQS a fermé ses portes à Québec, il y a déjà une douzaine d'années, Labrosse a été engagé à Radio-Canada à Montréal. «J'ai un drôle de parcours, rempli d'accidents. J'ai fait des nouvelles générales, j'ai couvert les affaires judiciaires, puis j'ai abouti aux sports.» Celui qui «suivait le Canadien comme tout le monde», mais sans plus, devait rester quelques mois pour couvrir les séries éliminatoires de la Ligue nationale de hockey, mais il est finalement demeuré quatre ans. Les sports l'ont finalement mené à Sotchi lors des plus récents Jeux olympiques d'hiver.

Généraliste dans l'âme et lève-tôt assumé, Labrosse est très à l'aise dans sa nouvelle position d'animateur, qui lui permet de se mêler un peu de tout. «Je sors de ma fin de semaine complètement vidé. Lorsque je faisais les sports à RDI matin en semaine, j'apportais ma pierre à l'édifice; là comme animateur, je suis un peu la charpente de l'émission. C'est demandant, mais c'est très agréable», explique-t-il.

Il aborde la tâche avec humilité, confie qu'il se trompe en donnant l'heure au moins une fois par émission, qu'il tient compte des commentaires des téléspectateurs qui ne se gênent pas pour intervenir sur les réseaux sociaux. «Comme animateur, on ne fait jamais l'unanimité, il faut vivre avec. Mais parfois les gens nous écrivent pour nous communiquer des informations supplémentaires sur ce dont on vient de parler, et là ça devient intéressant.»

La fin de semaine lui offre l'occasion de faire des entrevues de fond, comme avec Roch Demers, des Contes pour tous, qui l'a grandement impressionné, ou Claude Robinson, dont la lutte lui inspire le respect. C'est aussi un bon moment pour revenir sur des sujets d'actualité complexes pour les décortiquer (la commission Charboneau, notamment) ou discuter de consommation, d'alimentation ou de nouvelles technologies. «La fin de semaine, c'est un autre rythme, plutôt que d'attraper un 15 minutes de nouvelles concentrées comme en semaine, la télé est plutôt un bruit de fond, et un moment donné on attrape un élément qui nous intéresse et on va l'écouter», réalise l'animateur.

RDI matin weekend est diffusé de 5h30 à 11h.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer