Anne Casabonne: séries entre filles

Anne Casabonne, Marie-Hélène Gendreau, Sonia Vachon et Pascale... (Photo fournie par TVA)

Agrandir

Anne Casabonne, Marie-Hélène Gendreau, Sonia Vachon et Pascale Bussières sur le plateau de Complexe G.

Photo fournie par TVA

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Josianne Desloges
Josianne Desloges

Collaboration spéciale

Le Soleil

(Québec) Cet automne, Anne Casabonne joue toujours Annie Surprenant, une des détenues d'Unité 9, tout en endossant le rôle d'Hélène dans la comédie Complexe G.  Deux rôles on ne peut plus contrastés, mais qu'elle dit avoir abordés avec la même rigueur.

«Pour moi la comédie, c'est plus dur que le drame. Il faut garder son sérieux. Et même si on est dans la caricature, le personnage a toujours une certaine profondeur», indique la comédienne. L'irrévérence des textes de Complexe G et la structure particulière de chaque épisode ont suscité son intérêt: «Il y a un fil conducteur, un thème principal, pour chaque épisode, mais c'est entrecoupé de petits sketches, qui ne durent parfois qu'une trentaine de secondes», explique-t-elle.

Elle y interprète Hélène, qui a beaucoup de difficulté à se faire des amies. «C'est la pauvre fille qu'on essaie d'éviter, mais avec qui on est pris», explique Anne Casabonne. Celle-ci a beau être responsable du marketing international, elle n'a ni l'envergure ni les compétences pour le poste. «On la garde au sein de l'entreprise simplement pour obtenir une subvention», précise-t-elle.

Entourée de sa patronne tyrannique (Édith Cochrane), d'une collègue beaucoup trop maternelle (Sonia Vachon) et d'une directrice des ressources humaines nymphomane (Pascale Bussières), «elle essaie souvent de se rendre intéressante... avec des propos complètement inintéressants», résume Anne Casabonne.

Le tournage s'est déroulé à Québec au printemps dernier, dans l'hôtel le Concorde. Loin de la métropole, les filles ont développé une belle complicité à force de passer leurs soirées ensemble. «Je crois que ça paraissait sur le plateau le lendemain», indique-t-elle. 

Le fameux Complexe G, finalement, n'est qu'un prétexte. «Les personnages travaillent dans une entreprise privée quelconque. On ne sait pas s'ils vendent des bas ou autre chose, et je crois que ce n'est pas important», souligne la comédienne. 

Pendant ce temps, à Lietteville, Annie Surprenant doit toujours composer avec «la perte de sa féminité» après une double mastectomie et manipule le personnage de Suzanne. «Annie veut attirer les autres, mais les repousse dès qu'ils s'attachent à elle», explique son interprète.

Complexe G est diffusé le mercredi à 21h à TVA et Unité 9 le mardi à 20h à ICI Radio-Canada télé.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer