Taktika au Festivent: rap social, rap choral

T-Mo (Frédéric Auger) et B-Ice (Simon Valiquette) ont... (Acapella Studio)

Agrandir

T-Mo (Frédéric Auger) et B-Ice (Simon Valiquette) ont gagné beaucoup en maturité après 21 ans de carrière. Ils sont conscients de l'impact qu'ils ont sur la vie des gens.

Acapella Studio

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Avec ses 21 ans d'existence, Taktika est un exemple de longévité dans le milieu du hip-hop québécois. Fiers représentants de la Rive-Sud, porte-étendards de plusieurs causes comme la prévention du suicide et la lutte aux dépendances, T-Mo (Frédéric Auger) et B-Ice (Simon Valiquette) se préparent à souligner le retour de la «deuxième» scène du Festivent avec une chorale.

Du rap social au rap choral, il n'y avait qu'un pas, que les deux rappeurs ont décidé de franchir pour ce spectacle unique, qui aura lieu le 2 août. S'ils arborent la cravate de jour, ces pères de famille, ne sont pas prêts de cesser d'enfiler leur hoodies et leurs casquettes le soir venu pour servir leurs rimes à leur public fidèle et multi-générationnel. Entrevue avec T-Mo, à quelques jours du début du Festivent.

Q Vous avez toujours manifesté un fort sentiment d'appartenance à la Rive-Sud, au fameux 83, pourquoi celui-ci est-il si fort?

R Je vais répondre en deux temps. La première réponse est culturelle et historique. Tous les rappeurs dans le monde vont parler de leur quartier dans leurs chansons. Eminem a toujours parlé du 8 Mile à Détroit, Jay-Z va parler de

Brooklyn à New York, les gars de Saint-Denis, dans le coin de Paris, parlent du 93. La deuxième réponse, c'est que ça vient d'une volonté de crier qu'on existe. Quand Pagail a fondé le 83 en 2001, ça a été la folie, on a longtemps fait le top 5 de Musique Plus. On a senti que les gens se reconnaissaient à travers ça.

Q Vos thèmes ont beaucoup évolué en 21 ans. Entre votre premier album, Mon mic, mon forty, mon blunt, et le plus récent, Résilient, il y a tout un monde. Quelles valeurs se sont imposées au fil des ans?

R Au début, on était des jeunes un peu voyous qui ne savaient pas trop ce qu'ils voulaient faire dans la vie à part du rap. Pagail, mon beau-père et notre chum Manu, qui chante sur Un été chez nous, se sont enlevé la vie. C'est devenu une évidence qu'il fallait faire quelque chose sur le suicide. On avait un porte-voix et on se devait de s'impliquer. Beaucoup de monde nous écrivait pour nous dire que ça les aidait. Taktika a abordé des problèmes de société qui ont marqué notre génération, on était la voix de la jeunesse, il n'y avait personne qui parlait de ça. Ce qu'on fait est devenu un outil pour les centres jeunesse. Des centaines de personnes nous écrivent pour nous dire que Désintox les touche et les aide à rester sobres.

Q Qu'est-ce qui vous donne toujours envie de faire de la musique, après 21 ans?

R Si on n'avait pas un impact réel dans la vie des gens et qu'on faisait des albums pour faire des albums, on ne ferait plus ça. Ce qui nous garde en vie, c'est les messages qu'on reçoit presque tous les jours. On est quasiment devenu un moteur de changement social. On est là pour faire avancer les choses, pour aider les gens dans des périodes difficiles, et ça donne un sens à notre musique. Sinon, j'ai trois enfants, j'ai une job à temps plein, ça fait longtemps que je pourrais me prélasser sur mon divan. 

Q Vous préparez un spectacle particulier pour le retour de la scène OFF du Festivent. Pourquoi celle-ci vous tient particulièrement à coeur?

R Cette scène-là a déjà existé, mais il y a trois ou quatre ans, elle était en danger. On avait essayé de la sauver, avec La Ruche entre autres, mais on devait amasser 30 000 $ en trois semaines, c'était un truc impossible. Le discours que j'avais à l'époque et que j'ai encore, c'est que même si des artistes établis vont se présenter là, il y a plein de jeunes en premières parties qui sont en train de pousser, qui ont besoin de se faire voir. SAYE, avec qui on collabore présentement, on l'a vu la première fois sur la scène du Festivent. On est à la maison, on voulait faire quelque chose de spécial, oui il va y avoir des invités, mais il va surtout y avoir une chorale. Avoir 16 personnes qui chantent avec toi sur scène, ça donne une énergie et un impact incroyables. On va faire ça une seule fois.  

Q Qu'est-ce qui s'en vient ensuite pour Taktika ?

R Des shows! On a beaucoup travaillé sur un album Explicit volume 2 qui va sortir le 25 août, mais on est surtout en tournée pour notre spectacle 20e anniversaire, qu'on a créé l'an passé à L'Anglicane. On n'avait pas vraiment prévu de tournée, mais il y a eu un intérêt. On a fait les Francofolies, on s'en va au festival innu à Sept-Îles, on va à Amos et à Mont-Tremblant. Ensuite on verra si on fait un autre album.

***

Aussi à voir au Festivent

  • Mardi 1er août : Vance Joy (Scène Loto-Québec, grande)
  • Mercredi 2 août : Milky Chance (Scène Loto-Québec)
  • Jeudi 3 août : Radio Radio (Scène Hydro-Québec, le OFF)
  • Vendredi 4 août : Good Charlotte (Scène Loto-Québec)
  • Samedi 5 août : Grimskunk (Scène Hydro-Québec)
  • Dimanche 6 août : Sublime with Rome (Scène Loto-Québec)




publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer