Flip FabriQue: l'appel du large

La troupe Flip FabriQue continue de se préparer... (Le Soleil, Jean-Marie Villeneuve)

Agrandir

La troupe Flip FabriQue continue de se préparer pour le spectacle Vents et marées, qui sera présenté à l'Agora du Port de Québec du 4 août au 3 septembre.

Le Soleil, Jean-Marie Villeneuve

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Flip FabriQue possède une magnifique habileté à faire la fête, à émouvoir et à déjouer tous les clichés du cirque. Sa présence dans le paysage estival est comme une grande bouffée d'air frais. Alors que la troupe s'apprête à investir l'Agora du Port de Québec pour le troisième volet de Crépuscule, nous sommes allés rencontrer Bruno Gagnon, directeur général et artistique, et Olivier Lépine, qui met en scène cette proposition aquatique, baptisée Vents et marées.

En 2015, pour le premier volet de Crépuscule, les acrobates incarnaient une bande de jeunes loups carburants à la bravade, à la poésie et à la nostalgie. Puis l'an dernier, pour le second volet, Raviver les braises, ils ont revêtu des habits de businessmen et des masques à souder pour nous transporter quelque part entre Roswell et une planète inconnue, dans une contrée post-apocalyptique. Cette année, l'eau sera au coeur de leur spectacle. 

Il y avait évidemment une volonté de la Ville de Québec que les activités de grande envergure présentées au Port soient reliées à la thématique de Rendez-vous 2017. «Ça nous donnait une ligne directrice, mais on voulait aller plus loin que de mettre simplement un bateau sur scène. L'eau, c'est riche symboliquement, il y a plein de dérives possibles», indique Olivier Lépine. «On n'est pas en train de naviguer ou de surfer, on est en train de jouer dans l'eau, de créer des effets avec elle», précise Bruno Gagnon.

Vents et marées contiendra notamment un numéro d'anneaux... (Le Soleil, Jean-Marie Villeneuve) - image 2.0

Agrandir

Vents et marées contiendra notamment un numéro d'anneaux chinois, où les interprètes passeront à travers des cercles de différentes grandeurs, superposés en totem.

Le Soleil, Jean-Marie Villeneuve

Le spectacle est justement né au bord de l'eau. «On était au bassin d'Arcachon [dans le golfe de Gasgogne], et on a fait un brainstorm sur le dessous d'un couvercle en plastique parce qu'on n'avait pas de papier», raconte Gagnon. Ils ont assemblé leur équipe d'acrobates, puis ont élu Olivier Lépine capitaine de l'aventure.

La maquette de la scénographie évoque un iceberg qui tangue doucement. Les couleurs seront «scandinaves», annonce le metteur en scène. En arrière-plan, on verra Québec dans ses habits nocturnes puisque, comme l'an dernier, la troupe a fait le choix de ne pas tendre la toile au fond de la scène de l'Agora. «Le décor est volontairement assez abstrait pour qu'il puisse évoquer différentes choses selon les segments. C'est aussi une des forces de Flip, d'avoir des artistes qui peuvent exceller dans différentes disciplines, pas seulement faire leur propre numéro», indique Lépine.

La polyvalence est effectivement de mise chez Flip FabriQue, qui demande à ses interprètes d'être actifs pendant toute la représentation. «Dès le départ, je leur dis que sur les 55 minutes de show, ils en feront 54», indique Bruno Gagnon. Une proposition qui plaît à ceux qui veulent s'investir totalement, donner des idées, participer à la création, et qui se reflète sur le résultat final, où la cohésion est très palpable. «Il y a treize acrobates et un seul moment où ils ne sont pas au moins dix sur scène. C'est ça, un show de Flip FabriQue, c'est sportif. Ils en suent un coup.»

Nouvelles disciplines

Plusieurs disciplines passeront à la moulinette Flip FabriQue pour la première fois. Il y aura notamment un numéro d'anneaux chinois, où les interprètes passeront à travers des cercles de différentes grandeurs, superposés en totem, «comme dans le film Madagascar 3 quand le lion passe à travers l'aiguille», illustre Bruno Gagnon.

Les interprètes seront tous actifs pendant la presque... (Le Soleil, Jean-Marie Villeneuve) - image 3.0

Agrandir

Les interprètes seront tous actifs pendant la presque totalité du spectacle, ce qui demande une bonne préparation physique.

Le Soleil, Jean-Marie Villeneuve

Un numéro de cadre coréen, «qu'on n'avait pas touché encore et qu'on voit rarement parce que c'est une discipline très difficile», note l'acrobate, mettra en vedette sa conjointe, Camila Comin, et son nouveau porteur, Francis Roberge, qui a notamment fait partie de Barbu, du Cirque Alfonse. «Camila a travaillé avec le Cirque du Soleil, elle a donné au-dessus de 3000 représentations. On travaille ça plusieurs fois par semaine depuis le mois de mai. Ça va être impressionnant, ça va être très beau», assure Bruno Gagnon.

Un numéro de double mât chinois, ainsi qu'une nouvelle manière de faire du trampo-mur, la discipline signature de Flip FabriQue, sont aussi au menu. 

On ne devrait pas, toutefois, sentir de ruptures entre les numéros. «J'aime ça construire le spectacle en ne laissant pratiquement jamais le temps au spectateur d'applaudir, ça se passe tout le temps, ça continue, ça se réalimente. On emmagasine jusqu'à la fin et au bout de l'heure on applaudit le spectacle au complet», explique Olivier Lépine.

3000 histoires 

La trame narrative demeure, comme toujours, succincte, mais devrait résonner largement. «L'eau et le lieu sont ce qui relient les protagonistes, et plus le spectacle avance plus les gens sont concrètement reliés. On va relire une lettre qu'ils ont lancée à la mer. Ils ne sont pas nécessairement les auteurs du récit, et ces récits ne seront jamais expliqués», résume le metteur en scène. «Au primaire, je suis allé lancer une bouteille à la mer avec ma classe à l'île d'Orléans, à la rentrée. Au printemps, une femme de Bretagne nous a écrit parce qu'elle avait trouvé notre bouteille. Ce genre de magie-là, c'est beau. C'est presque miraculeux.»

Flip FabriQue possède une magnifique... (Le Soleil, Jean-Marie Villeneuve) - image 4.0

Agrandir

Le Soleil, Jean-Marie Villeneuve

Comme chacune des créations de Flip FabriQue, il y a une volonté d'utiliser un langage et des symboles universels, exportables, qui parleront autant aux gens de Québec qu'aux touristes. «Je veux que s'il y a 3000 personnes dans l'Agora, il y ait 3000 histoires, indique Lépine. Il n'y a rien qui m'énerve plus comme spectateur que de me faire nourrir à la cuillère et que tout le monde comprenne la même chose. Ça fait en sorte qu'on n'en discute pas après. Je veux que ça résonne, qu'il y ait un écho et que ce soit pluriel.»

La musique, cette année, a été confiée à Josué Beaucage, qui sera accompagné de deux autres musiciens sur scène. «Ce sont des compositions originales. Dans l'histoire de Flip, c'est la première fois. Ça a toujours été des musiques remaniées», indique Bruno Gagnon. Le compositeur en est à une dizaine de collaborations avec Olivier Lépine. «Pour Josué, c'était important qu'on sente que c'est un groupe de musique, qu'il soit actif, qu'on sente que c'est eux qui construisent et qui transforment les sons en direct. C'est assez moderne comme musique, il y a quelque chose de Blade Runner dans l'inspiration, c'est très percussif, avec des trucs qui portent, qui ont un écho, qui vibrent, comme si les ondes de l'eau se répandaient dans la musique.» 

***

Le mystère Québec

Outre les arrêts de plus en plus espacés du chapiteau du Cirque du Soleil et les propositions estivales gratuites, les spectacles de cirque se font plutôt rares à Québec. Alors que la TOHU, à Montréal, propose une programmation annuelle et est le lieu central du Festival Montréal Complètement cirque, les salles de spectacle et les théâtres de Québec - moins adaptés pour les acrobaties - n'en intègrent peu ou pas à leur programmation.

Pourtant, les compagnies émergent (on pense à Flip FabriQue, mais aussi à Machine de cirque) et se taillent une belle réputation sur la scène nationale et internationale.

Le premier spectacle en salle de Flip FabriQue, Attrape-moi, a été présenté au théâtre jeunesse les Gros Becs, mais sa deuxième création, Transit, peine à s'arrêter dans la capitale. Après avoir ouvert Montréal Complètement cirque en juin 2016, le spectacle a voyagé, passera le mois d'août au FRINGE d'Édimbourg, puis sera présenté une trentaine de fois aux États-Unis cet automne, s'arrêtera à Sherbrooke en novembre et dans les Maritimes en mai 2018.

Le metteur en scène du spectacle Vents et... (Le Soleil, Jean-Marie Villeneuve) - image 6.0

Agrandir

Le metteur en scène du spectacle Vents et marées, de Flip FabriQue, Olivier Lépine

Le Soleil, Jean-Marie Villeneuve

Pourquoi pas Québec? «Ce serait avec un grand plaisir, répond Bruno Gagnon, directeur général et artistique de Flip FabriQue. Mais la ville de Québec, c'est la ville de Québec. Pour la diffusion du moins.» Parce qu'il manque de lieux? «Parce que c'est compliqué. L'été, les [autres] shows, la gratuité, les diffuseurs... C'est beaucoup plus facile d'aller faire cinquante représentations à Londres que d'en faire une seule à Québec en diffusion normale», indique-t-il. «[À Québec], il y a une habitude de ne pas payer pour voir du cirque depuis 2008», ajoute Olivier Lépine, qui met en scène Vents et marées, le nouveau volet de Crépuscule qui sera présenté gratuitement tout le mois d'août à l'Agora du Port de Québec.

L'ouverture du Diamant devrait toutefois changer la donne. «Quand Robert [Lepage] parle du Diamant, il dit toujours qu'il y aura du cirque, de l'opéra et ses shows. Ça va être un lieu fait pour ça», rappelle Lépine. «C'est sûr que le Diamant qui arrive, à Québec, ça ouvre plein d'opportunités pour toutes les compagnies de cirque, renchérit Bruno Gagnon. Mais pour l'instant, il n'y a rien de concret [entre le Diamant et Flip FabriQue]. Mais on discute, parce qu'à Québec, on se connaît tous.»

***

Vers Édimbourg et plus loin encore

Bruno Gagnon, directeur général et artistique de Flip... (Stéphane Thabouret) - image 8.0

Agrandir

Bruno Gagnon, directeur général et artistique de Flip FabriQue

Stéphane Thabouret

Les bons spectacles de cirque ont la vie longue. Attrape-moi, la première création de Flip FabriQue, a été présenté 498 fois un peu partout sur la planète, dont six mois au Théâtre du Chamäleon à Berlin. «Et c'est loin d'être fini!» promet Bruno Gagnon. «C'est le spectacle qu'on prend pour ouvrir des marchés. En l'occurrence, le Royaume-Uni. On a commencé avec Attrape-moi, on est retourné avec Transit, ça nous a donné Londres, ça nous ouvre Édimbourg», indique le directeur général et artistique de Flip FabriQue. Cette année, Attrape-moi fera aussi un arrêt en Autriche, alors que Transit passera les Fêtes en France. «On a la chance inouïe d'aller à La Villette, une scène nationale, pour le spectacle des Fêtes. Ça fait longtemps, depuis les Sept doigts de la main, en fait, qu'un nouveau cirque québécois est allé sur une scène nationale en France», souligne Gagnon, ajoutant qu'il y a aussi des pourparlers en Australie pour les FRINGE, des festivals qui font grouiller les villes de spectacles en tout genre et de spectateurs friands de découvertes. «En 2018, on continue. Ça va très bien. À l'international, ça va», note-t-il.




À lire aussi

  • Une version mouillée de Flip FabriQue cet été

    Sur scène

    Une version mouillée de Flip FabriQue cet été

    Les acrobates de Flip FabriQue reviennent à l'Agora de Québec avec un spectacle gratuit intitulé Vents et marées inspiré de la thématique navale et... »

  • Bilan positif en vue pour <em>Crépuscule</em>

    La Capitale

    Bilan positif en vue pour Crépuscule

    C'est terminé pour le deuxième été de Crépuscule de Flip FabriQue. Après une supplémentaire lundi, l'énergique troupe de cirque a rangé ses... »

  • Bon départ pour <em>Crépuscule</em>

    Sur scène

    Bon départ pour Crépuscule

    Le spectacle de cirque Crépuscule - Raviver les braises, offert gratuitement à l'Agora depuis vendredi, connaît un départ très encourageant.... »

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer