Discours du Nobel: Dylan accusé de plagiat

L'écrivaine Andrea Pitzer affirme avoir trouvé des ressemblances... (AP, Vince Bucci)

Agrandir

L'écrivaine Andrea Pitzer affirme avoir trouvé des ressemblances frappantes entre les références de Dylan au roman Moby Dick et l'analyse du site Internet de littérature pour étudiants SparkNotes.

AP, Vince Bucci

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Andrew Dalton
Agence France-Presse
Los Angeles

Une écrivaine accuse la légende du rock Bob Dylan d'avoir plagié, dans son discours d'acceptation du prix Nobel de littérature, des passages d'une analyse du roman «Moby Dick».

L'écrivaine Andrea Pitzer, qui a étudié le discours du rockeur pour le journal en ligne Slate, affirme avoir trouvé des ressemblances frappantes entre les références de Dylan au roman «Moby Dick» et l'analyse - avec résumés - d'un site internet de littérature pour étudiants, SparkNotes.

Le roman de Herman Melville publié en 1851 fait partie des oeuvres citées par le rockeur dans le discours qu'il a dû transmettre à la dernière minute à l'académie suédoise pour recevoir l'argent de son prix (923.000 dollars).

Dans son discours, Bob Dylan esquisse une poétique de la chanson en convoquant Homère et «Moby Dick».

Il cite Melville qualifiant la baleine Moby «d'incarnation du mal». Mais Mme Pitzer fait remarquer que cette phrase n'apparaît pas dans le roman mais bien dans un des résumés du site SparkNotes.

Selon l'écrivaine, le discours de Bob Dylan comporte 20 références au roman «Moby Dick» qui ressemblent fort à des analyses de SparkNotes.

Mme Pitzer rappelle que Dylan est partisan depuis longtemps d'adapter des musiques ou des passages littéraires dans ses chansons.

«Dylan reste si dépendant des crédits, que retracer ses sources est devenue une véritable industrie», a-t-elle souligné.

S'inspirer d'autres oeuvres est plus fréquent en musique qu'en littérature, où les accusations de plagiat peuvent nuire à une réputation.

L'académie des Nobel avait suscité la surprise en choisissant le chanteur et poète américain pour son prix de littérature.

Dylan, 75 ans, disposait de six mois pour transmettre son discours à compter de la cérémonie de remise du Nobel qui se tient chaque année le 10 décembre à Stockholm à la mémoire d'Alfred Nobel, inventeur de la dynamite et créateur des prix portant son nom.

Bob Dylan, réputé taciturne quand il ne chante pas, n'était pas venu à la cérémonie de remise du prix, prétextant d'autres engagements.

Dans son discours, il cite au nombre de ses inspirateurs Cervantès, Herman Melville ou encore William Shakespeare, et reconnaît puiser aux sources multiples de l'art à travers les siècles, de Homère à Buddy Holly.

La secrétaire perpétuelle de l'Académie suédoise, Sara Danius, a qualifié le discours du chanteur d'»extraordinaire» et «éloquent».

Exemples d'extraits similaires

Bob Dylan : «Moby attacks one more time, ramming the Pequod and sinking it. Ahab gets tangled up in the harpoon lines and is thrown out of his boat into a watery grave.»

SparkNotes : «Moby Dick rams the Pequod and sinks it. Ahab is then caught in a harpoon line and hurled out of his harpoon boat to his death»

Bob Dylan: «Some men who receive injuries are led to God, others are led to bitterness.»

Sparknotes: «(...) someone whose trials have led him toward God rather than bitterness.»




publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer