Spectacle du 24 juin: «Tisser des liens» pour mieux «rayonner»

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Pour l'Acadien Jean-François Breau, il s'agit d'un rassemblement «vital». Pour la Québécoise Marie-Ève Janvier, c'est un moyen de «prendre soin» d'une langue qu'on «tient pour acquise». Les deux porte-paroles du spectacle du 24 juin organisé au parc de la Francophonie et financé par le gouvernement fédéral voient dans le rassemblement bien plus qu'une deuxième occasion de fêter la Saint-Jean-Baptiste. 

Au lendemain du traditionnel concert de la Fête nationale sur les plaines d'Abraham, les gens de Québec auront droit à une autre célébration de la Saint-Jean, axée sur la francophonie canadienne et déployée à l'occasion du 150e anniversaire du pays. Alexandre Désilets, Marjo, Marie-Josée Lord, Florent Vollant, Mara Tremblay, Yves Lambert et Paul Daraîche y représenteront le Québec. Le rappeur Shawn Jobin de la Saskatchewan, les auteurs-­compositeurs-interprètes Paul Cournoyer de l'Alberta et Pierre Guitard du Nouveau-Brunswick et la chanteuse ontarienne Emilie-Claire Barlow seront aussi de la partie dès 21h, aux côtés du couple Breau-Janvier. 

Comme la veille sur les Plaines, le spectacle du Pigeonnier sera piloté par Sismyk, la branche musicale de QuébéComm, sous la direction artistique de Jean-François Blais. Sous le titre Constellation francophone, des rassemblements semblables se tiendront simultanément à Dieppe, à Ottawa, à Toronto, à Whitehorse et à Winnipeg. En plus d'être retransmis en direct sur le Web (au constellationfranco.ca), ces concerts feront l'objet d'une série d'émissions qui seront diffusées dans le courant de l'automne sur les ondes de TFO et de la chaîne Unis. En tout, quelque 400 artistes seront à l'oeuvre dans les six lieux. 

«Mise à jour»

Question de mettre les citoyens dans le coup, Constellation francophone promet aussi d'ouvrir des «portes numériques» qui permettront une communication audiovisuelle entre les habitants de 11 communautés francophones au pays, les 23 et 24 juin. 

«L'important, c'est de tisser des liens et de garder ces liens-là en santé. Et c'est de garder notre français en santé, aussi, pour que chaque communauté francophone puisse rayonner dans sa province, à travers le Canada et à travers le monde. On a la chance de le faire avec le travail qu'on fait», évoque Marie-Ève Janvier.

«Ici, il y a un côté politique qu'on colle vite avec le français, la bulle francophone, qui rejoint peut-être moins une génération et qui moi, me refroidit un peu aussi, reprend la chanteuse. L'idée, c'est de se reconnecter avec notre langue, mais d'un point de vue du coeur. C'est de ramener le pourquoi de notre langue française, le rayonnement de ce qu'on est en tant que francophones.»

De son côté, Jean-François Breau dit avoir été sensibilisé à vivacité de la francophonie canadienne lors d'un périple à la rencontre d'auteurs-compositeurs-interprètes d'ici. Il voit dans Constellation francophone l'occasion d'une «mise à jour» du même type pour le public canadien. 

«J'avais la fausse impression que le Québec était la forteresse francophone au pays et qu'à part ici, il y avait quelques petites poches de francophones un peu partout, mais qui étaient un peu affaiblies parce qu'elles étaient loin, note-t-il. Acadien, j'ai grandi dans un état d'esprit où il fallait se tenir les coudes serrés parce que notre langue, il faut la protéger. Je me suis rendu compte que j'avais tort, ç'a été comme une mise à jour pour moi de voir qu'à Edmonton, il y a une communauté francophone qui grandit, que c'est celle qui grandit le plus vite au pays.»

Le gouvernement fédéral a octroyé un financement de 2,4 millions $ pour l'organisation du spectacle du 24 juin, chapeauté à Québec par le Centre de la francophonie des Amériques. Le président et directeur général de l'organisme, Denis Desgagné, espère d'ailleurs y voir naître une tradition qui revivra une fois les célébrations du 150e anniversaire du Canada terminées. «On veut s'assurer que cette belle mobilisation soit le début de quelque chose, note-t-il. L'idée, ce n'est pas de le faire juste une fois. L'idée, c'est de le refaire l'année prochaine. Mais peut-être pas dans six lieux...»




publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer