Le retour aux sources de Phil Roy

Phil Roy... (La Presse, Marco Campanozzi)

Agrandir

Phil Roy

La Presse, Marco Campanozzi

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Phil Roy est sans contredit un des humoristes les plus populaires actuellement. Et le jeune homme de 29 ans, sacré Découverte de l'année aux Olivier en 2016, est partout : sur scène (pour son premier spectacle solo, Monsieur), à la télé (ALT, à VRAK), à la radio (Éric et les fantastiques, à Énergie), alouette. Il animera aussi son premier gala d'humour vendredi, au Festival ComediHa! Discussion avec un gars qui, malgré le succès, garde les deux pieds bien sur terre.

Q On a déjà raconté l'anecdote de ton premier engagement professionnel, à un gala ComediHa! en 2009, pour lequel tu étais venu sur le pouce. Et maintenant, en 2017, tu animes un gala à Québec...

R C'est fou hein? Mettons que si le premier gala que j'avais animé avait été à Juste pour rire, j'aurais pas eu ce feeling-là de me dire «aye, y'a pas si longtemps, tu te cherchais un lift, pour aller faire ton premier numéro». Le karma s'est occupé que je reste «groundé» et que je ne l'oublie jamais. Parce que là, je franchis une nouvelle étape : animer un gala, c'est une étape importante dans le cheminement d'un humoriste, et je suis content de franchir ça ici, parce que toute ma famille vient de Québec. Ça va être devant ma famille, avec mes amis, pis au ComediHa! qui a été le premier festival à me donner ma chance. Et ce qui est le fun, c'est que je suis pas tout seul, dans ceux qui vont monter sur scène, pour qui ComediHa! a été leur première expérience professionnelle. 

Q As-tu été surpris qu'on t'offre d'animer ton propre gala?

R Au début, je pensais que c'était une joke! Ils me l'ont offert l'année passée, après mon numéro au gala de Mario Tessier, en me disant qu'ils avaient pensé à un concept pour les moins de 35 ans, et qu'ils voulaient que je l'anime... What? Ben oui, ça me tente, on s'écrit, ha ha... Et bon, j'ai oublié ça. Mais en janvier, quand le téléphone a sonné, j'ai fait «Hein, vous étiez sérieux?» (Rires)

Q Es-tu stressé?

R Ça ne me stresse pas, je vois vraiment ça comme un beau défi. On a fait un rodage complet du gala, lundi (le 22 mai dernier, ndlr), et j'ai loué une salle de ma poche pour une générale avec tout le monde, devant public. C'est pas vrai que la première fois que je vais voir le numéro de me amis, ça va être le soir du gala! Pis faut savoir si c'est drôle. Et la seule façon de le savoir, c'est de jouer devant du monde. Je veux offrir un gala à la hauteur de ce que moi je voudrais aller voir comme gala. 

Q Comment vois-tu ton rôle d'animateur? 

R Ma job à moi c'est de mettre la table, d'ouvrir le gala de bonne façon, et de passer la puck. Je pense que quand t'animes un gala, t'es pas la star : ta job, c'est de t'assurer que tout le monde qui est sur le show devienne la star. C'est ben contradictoire parce que c'est ma face sur le poster, c'est le «gala de Phil Roy»... Je suis le front-man, mais la réalité, c'est que le 16 juin à 20h, ma job, c'est de passer la puck, pis qu'elle arrive sur la palette à chaque fois.

Q Dans ce genre de spectacle avec plusieurs artistes, tu dois être prêt à tout...

R Absolument! Moi, quand un numéro commence, je ne vais pas m'asseoir avec les autres humoristes et l'écouter sur une télé, pis revenir à la fin. Je vais être dans les coulisses, debout, prêt à bondir, comme quand je fais de la radio. Il faut toujours être prêt à intervenir, toujours à l'écoute.

Q Avec la tournée de ton spectacle solo et tes autres engagements, tu avais le temps d'ajouter l'animation d'un gala à ton horaire?

R Ben oui! Tsé, quand tu tombes en amour avec quelqu'un, la 25e heure de la journée, tu vas la créer. Ben moi, ce projet-là, j'avais le goût de le faire, pis oui, je vais les créer les heures de plus, pis ce sera pas de la job, ça va être du plaisir. Oui j'ai trouvé le temps, comme je trouve le temps pour aller bruncher chez ma mère, même si des fois, j'arrive en retard. (Rires)

Q On présente ton gala comme un spectacle «élaboré par des invités de 35 ans et moins, pour des spectateurs de 35 ans et moins». Les «plus vieux» vont-ils y trouver leur compte?

R Ben oui, pis c'est ça que j'ai dit à ComediHa!, c'est faux de dire que le gala «s'adresse» aux moins de 35 ans : tous les humoristes ont moins de 35 ans, MAIS le public peut avoir n'importe quel âge! Ma mère est venue au rodage, et elle a pleuré de rire, et surtout, elle a fait de vraiment belles découvertes. Tsé, Jean-Michel Anctil, tu sais qu'il est drôle, mais Rosalie Vaillancourt, tu le sais peut-être pas encore.

Pis y'a des humoristes un peu plus vieux qui m'ont dit qu'ils auraient aimé être sur ce gala-là... pis ça se peut que j'aie dit «ok, c'est bon». (Rires) Il va avoir des surprises tout au long de la soirée.

Vous voulez y aller?

  • Quoi: Gala de Phil Roy
  • Quand: vendredi 16 juin, 20h
  • : Grand Théâtre de Québec
  • Billets: à partir de 35 $
  • Info: festivalcomediha.com




publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer