Y étiez-vous? The Wall sur les Plaines, en 2012

Roger Waters sur les Plaines en compagnie de... (Photothèque Le Soleil, Erick Labbé)

Agrandir

Roger Waters sur les Plaines en compagnie de Jeunes musiciens du monde.

Photothèque Le Soleil, Erick Labbé

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) The Wall, l'oeuvre que Roger Waters a imaginé lorsqu'il était au sein de Pink Floyd, a non seulement connu plusieurs vies, mais, à la veille d'être reprise dans une nouvelle version, à l'opéra de Montréal, le 11 mars, elle demeure tristement d'actualité, à témoin ce qui se trame chez nos voisins du Sud.

À l'origine, en 1980 et en 1981, c'est un nombre limité d'amateurs qui avaient pu assister à la trentaine de concerts donnés par Pink Floyd aux États-Unis, en Allemagne et à Londres. Le mur semblait tombé pour de bon lorsque Roger Waters l'a rebâti, avec une foule d'invités, à Berlin, en 1990. Par la suite, le mur est retourné en dormance jusqu'à ce que Waters créé un nouveau spectacle avec lequel il est parti en tournée de 2010 à 2013, avec une halte à Québec, le 21 juillet 2012, qui n'est pas passée inaperçue.

Pour cette représentation extérieure, tout le faste souhaité était au rendez-vous: une sono redoutable, avec des effets en quadriphonie, de la pyrotechnie, des marionnettes géantes, des projections à couper le souffle et, bien sûr, un imposant mur de 222 mètres - le plus long jamais érigé dans l'histoire de ce show, dont la portion centrale s'est écroulée de manière impressionnante, en fin de soirée.

Ce mur, qui s'est bâti sous nos yeux, est devenu un immense écran géant, accueillant entre autres les visages de victimes innocentes de la guerre. Le fameux professeur de Another Brick in the Wall 2 s'est profilé sous forme d'une immense marionnette et un choeur réunissant des chanteurs de Jeunes musiciens du monde est venu le chasser.

On a eu droit à une superbe Mother, où le chanteur Robbie Wyckoff a habilement donné la réplique au leader, on a été touché par Bring the Boys Back Home et Vera, ponctués d'images d'enfants qui retrouvent leur père soldat, et, comme on pouvait s'y attendre, l'incontournable Comfortably Numb a été un segment mémorable, avec Waters, au pied du mur et son guitariste, Dave Kilminster, tout en haut, qui livrait un solo bien senti. 

En entrevue, en novembre 2015, Roger Waters me confiait «Ce spectacle restera à jamais gravé dans ma mémoire.» Ç'a certainement été le cas aussi pour la vaste foule de quelque 72 000 personnes réunie ce soir-là.

Y étiez-vous?

Venez réagir : houle.lesoleil.com




publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer