Jean-Michel Anctil: un pro à l'oeuvre

Dans son nouveau spectacle, Jean-Michel Anctil se présente tel... (Le Soleil, Caroline Grégoire)

Agrandir

Dans son nouveau spectacle, Jean-Michel Anctil se présente tel qu'en lui-même, pour parler notamment des changements (forcés ou pas) qu'on subit tous dans la vie, de nos qualités, qui deviennent souvent des défauts en vieillissant.

Le Soleil, Caroline Grégoire

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) CRITIQUE / Jean-Michel Anctil présentait jeudi à la salle Albert-Rousseau la première de son nouveau spectacle, dans la ville où il a grandi. L'humoriste devait se douter qu'il était attendu par son public, puisque c'était sa première présence solo sur scène depuis 2009. Autant que ça? Peut-être pas.

Car c'est un euphémisme de dire que les fans de Anctil lui ont réservé un bel accueil, jeudi. En fait, on avait surtout l'impression qu'ils renouaient enfin avec l'ami perdu de vue depuis un petit bout de temps. 

Bon, d'accord, on a vu beaucoup l'humoriste à la télé, dans diverses émissions ou téléromans, ces dernières années... mais il faut croire que tout ça ne remplacera jamais la communion avec le public, ce «moment parfait», qui a été le point de départ de la soirée, et qui est devenu un thème récurrent de celle-ci.

Après plus de 20 ans de carrière, Jean-Michel Anctil n'a évidemment plus besoin de présentation. Pour ce quatrième one-man show, l'humoriste (secondé aux textes par Simon Cohen, Pierre-Michel Tremblay, Louis-Philippe Rivard, Sébastien Ouellet, de même que par son frère aussi metteur en scène, Dominic Anctil) a poursuivi le «virage» amorcé dans son spectacle précédant, en délaissant les célèbres personnages qui ont fait sa renommée (Priscilla, Maxime, Râteau...).

Dans Je4n-Michel (le 4 est voulu), Anctil (qui a atteint l'âge «vénérable» de 50 ans, et a reçu sa carte de la FADOQ...) se présente donc tel qu'en lui-même, pour parler notamment des changements (forcés ou pas) qu'on subit tous dans la vie, de nos qualités, qui deviennent souvent des défauts en vieillissant... De son poids, qui l'a toujours tant dérangé (les filles, nous ne sommes pas seules). Surtout, il s'attarde sur l'importance tellement (trop) grande qu'on accorde au fameux «regard des autres». 

Même sans costume ou personnage, une des grandes forces de Jean-Michel Anctil, c'est qu'il est un conteur tellement naturel, qu'il «devient» des personnages. Comme la dame qui prend la peine de venir lui dire (à l'épicerie) qu'il peut bien être gros, avec toutes les cochonneries qu'il a dans son panier...

Sens du timing

Pour le reste, il peut se féliciter d'avoir 50 ans, car l'expérience indéniable de scène qu'il possède, et qui se reflète tant dans sa livraison, son sens timing, que le rythme avec lequel il enchaîne son spectacle (sans entracte), ça, ça ne s'acquière qu'avec beaucoup de dures années de métier dans le corps.

En fin de spectacle, surprise, on a quand même eu droit à une petite visite de Priscilla (sans costume), et Anctil y est allé d'un éloge à la différence et à la tolérance, en ajoutant ses seuls accessoires de la soirée: les dents et le chapeau de Râteau. Le bien-aimé tragi-comique personnage de l'humoriste  a presque été accueilli dans le délire, et on n'exagère même pas.

Jean-Michel Anctil est encore en spectacle vendredi et samedi (complet ce soir-là), de même que les 9 et 10 juin, toujours à la salle Albert-Rousseau.




publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer