Québec craque toujours pour Billy Talent

Ben Kowalewicz s'est permis un appel à la... (Le Soleil, Caroline Grégoire)

Agrandir

Ben Kowalewicz s'est permis un appel à la tolérance, faisant référence à l'attaque contre le Centre culturel islamique de Québec, fin janvier.

Le Soleil, Caroline Grégoire

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
<p>Ian Bussières</p>

(Québec) CRITIQUE / On a toujours dit que Billy Talent était l'un des groupes chouchoux de Québec. Force est d'admettre que l'histoire d'amour se poursuit après 15 ans et cinq albums si l'on se fie aux retrouvailles réussies de la bande de Ben Kowalewicz avec le public de la capitale jeudi soir au Centre Vidéotron.

Le chanteur originaire du Québec (il est né à Pierrefonds) avait déjà les fans dans sa petite poche dès les premiers accords de Devil in a Midnight Mass. Il n'avait qu'à lever un bras dans les airs et les milliers de spectateurs enthousiastes criaient les paroles qu'ils connaissaient tous par coeur.

Loin de se limiter aux «Bonjour Québec» convenus, il a profité de sa tribune pour aborder le drame de la Grande mosquée de Québec juste avant de se lancer dans Leave Them All Behind

«Ce qui s'est passé ici il y a quelques semaines nous a tous beaucoup touchés. Nous sommes tous ensemble là-dedans: l'amour, la compréhension et l'écoute des autres, c'est encore plus important aujourd'hui. Et à un concert de Billy Talent, on se fiche bien que vous soyez gay, bi, trans, noir, blanc, musulman, juif ou catholique, on vous aime tous!»

Kowalewicz et ses comparses, le guitariste Ian D'Sa, le bassiste Jonathan Gallant et le batteur suppléant Jordan Hastings (il remplace Aaron Solowoniuk, qui combat la sclérose en plaques), avaient tous sorti leurs chemises rouges pour rappeler l'une des couleurs dominantes de leur plus récent album, Afraid of Heights. Le dynamique chanteur avait même poussé la coquetterie jusqu'à y agencer une paire d'espadrilles écarlates.

Et si les classiques étaient tous au programme, les extraits du dernier opus, qui n'a rien à envier aux précédents, avaient également droit à une place de choix, notamment la solide et bluesy The Crutch et la très accrocheuse Louder than the DJ.

La performance d'un peu plus d'une heure trente a d'ailleurs ravi la foule et le quatuor a même eu droit à non pas un, mais bien à deux chandails des Nordiques en cadeau de la part de fans installés au parterre. Tout ça avant même d'avoir interprété les Red Flag, Fallen Leaves et Try Honesty, gardés pour la fin du spectacle et le rappel.

Monster Truck et The Dirty Nile

Le soin d'assumer la première partie avait été confié à deux autres groupes ontariens, le trio The Dirty Nile, qui s'est très bien tiré d'affaires, et Monster Truck, dont le gros hard rock pesant qui rappelle les années '70 a déjà conquis les fans de Québec à plusieurs reprises.




publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer