Impeccable Half Moon Run

Lors de ce premier concert d'une série de... (Le Soleil, Jean-Marie Villeneuve)

Agrandir

Lors de ce premier concert d'une série de trois présentés à l'Impérial, Half Moon Run, accompagné d'un quatuor à cordes, a alterné les titres plus orchestrés avec les segments feutrés.

Le Soleil, Jean-Marie Villeneuve

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) CRITIQUE / Quelques mois après son passage fort couru au Festival d'été, Half Moon Run n'a pas perdu un iota de son pouvoir d'attraction. La troupe a donné jeudi le premier de trois concerts dans un Impérial plein à craquer.

Attendu, le quatuor? Pas à peu près. Accueillis par un tonnerre de cris et d'applaudissements avant même qu'ils ne jouent une note, les musiciens suscitaient de vives réactions aux moindres gestes qu'ils posaient : lorsque Devon Portielje prenait sa voix de tête, quand Conner Molander défendait une ligne à la guitare ou à l'harmonica, lorsque Dylan Phillips installait un motif rythmique avec Isaac Symonds... Même les éclairages, recherchés, ne laissaient pas les fans indifférents. Tout cela, sans compter que personne ne se faisait prier pour chanter sur ses chansons favorites qui, à l'évidence, étaient nombreuses - ce qui a donné lieu à une Full Circle magique aux allures de communion en fin de programme.

Oui, l'atmosphère était électrisante. Et les Montréalais ont tout fait pour qu'elle le demeure. Les gars, qui se remettaient d'une pause d'un mois après un séjour en Australie, sont en effet débarqués avec un spectacle parfaitement rodé, sans temps mort. Ils avaient même avec eux un quatuor à cordes, qui est venu magnifier quelques interprétations, dont la bluesy Need It et une Everybody Wants bénéficiant d'un efficace crescendo.

L'atmosphère était électrisante et les Montréalais ont tout... (Le Soleil, Jean-Marie Villeneuve) - image 2.0

Agrandir

L'atmosphère était électrisante et les Montréalais ont tout fait pour qu'elle le demeure.

Le Soleil, Jean-Marie Villeneuve

Bel équilibre

Half Moon Run avait par ailleurs bien équilibré sa proposition, alternant les titres plus orchestrés avec les segments feutrés, les plus groovy avec les plus mélodiques. Ils ont ainsi fait mouche du début à la fin, que ce soit avec I Can't Figure Out What's Going On, l'acoustique Devil May Care ou encore la dynamique Consider Yourself. Les musiciens n'ont arrêté le train brièvement qu'à mi-parcours, le temps que Dylan Phillips prenne le micro : «Il y a un show qui a été marquant pour nous, au début de notre carrière, qui a été magique, et c'était ici, au Cercle; c'était fou d'avoir les gens qui chantaient avec nous», a-t-il confié, ajoutant ensuite combien Québec était une ville pleine de culture, avec des gens qui aiment la musique.

Half Moon Run est revenu sur les planches pour un premier rappel de trois titres, mais le public en voulait encore davantage. Les gars ont achevé ça avec une belle reprise de Pink Mountaintops, Vampire, les quatre autour d'un seul micro. Voilà qui met la barre haute pour les concerts de vendredi et samedi...




publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer