Sur le radar

Maude Audet... (Le Soleil, Yan Doublet)

Agrandir

Maude Audet

Le Soleil, Yan Doublet

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Maude Audet au théâtre et en chanson

Créatrice dans l'ombre au théâtre et à l'avant-scène en musique, Maude Audet divise son temps de part et d'autre des planches. Et on peut apprécier les deux versants de son travail ces jours-ci à Québec. D'un côté, on lui doit les costumes et les accessoires à l'honneur dans la pièce Attentat au Périscope. D'autre part, elle s'amène au Maelstrom avec les chansons de ses deux albums - et quelques inédites, selon ce qu'elle a laissé entendre sur sa page Facebook - pour un concert en duo. Marianne Poirier, qui s'est notamment fait entendre à l'émission La voix, sera aussi de la partie pour le lancement de cette nouvelle série de spectacles à l'établissement de la rue Saint-Vallier Est. Andrea Ramolo et Alex Fortin suivront sur la même scène le 22 février, tandis que Liana et le groupe Floes y seront le 9 mars.  Geneviève Bouchard

Cinéma: rendez-vous mensuel avec l'Allemagne

Il faut saluer l'heureuse initiative du Goethe-Institut. Grâce à l'institut culturel allemand, les cinéphiles de Québec pourront désormais découvrir les plus récentes oeuvres du pays de Wenders. Tous les deuxièmes mercredis du mois, le Cinéma Cartier accueillera la projection. Wild sera à l'affiche le 8 février à 19h. Le drame de l'actrice et réalisatrice Nicolette Krebitz suit la relation troublante d'Ania (Lilith Stangenberg) avec un loup. La jeune femme apprendra à faire fi des conventions sociales et de ses inhibitions sexuelles. Inédit ici, le long métrage vient tout juste d'être présenté en compétition mondiale au prestigieux festival de Sundance. La faute (Verfehlung) de Gerd Schneider sera le prochain film présenté, le 8 mars. Pour plus d'information : www.cinemacartier.com  Éric Moreault 

Les Dales Hawerchuk débarquent à L'Anti

Les Dales Hawerchuk... - image 4.0

Agrandir

Les Dales Hawerchuk

Décibels et testostérone risquent fort d'être au rendez-vous jeudi entre les murs de L'Anti, alors que Les Dales Hawerchuk débarquent avec leur nouveau matériel. La formation des frères Sébastien et Sylvain Séguin cultive depuis 2005, à grand renfort d'analogies sportives, un rock musclé qui ne fait pas dans la dentelle. Réalisé par le multi-instrumentiste Pierre Fortin, l'album Désavantage numérique paru l'automne dernier ne fait pas exception. L'homme-orchestre Blendeur Blues sera aussi de la partie à partir de 21h. Billets en vente à la boutique EXO sur la rue Saint-Joseph ou sur lepointdevente.com.  Geneviève Bouchard

Variétés: Noir et Blanc, la suite

Quinze ans après son fameux spectacle Noir et Blanc, Gregory Charles remet ça, cette fois accompagné de Marc Hervieux. Ensemble, les deux hommes qui sont devenus des amis proposent un voyage à travers la musique sous le signe de l'éclectisme et de l'humour. Et comme a l'habitude de le faire Gregory Charles, il y aura une dose d'interactivité, puisque le duo répondra aux demandes spéciales. Noir et Blanc 2 s'installe pour trois représentations au Capitole de Québec, soit vendredi (20h), samedi (20h) et dimanche (15h). Billets : 34,80 $, 43,49 $, 52,19 $ et 60,89 $ au lecapitole.com.  Nicolas Houle

Cinéma: trio de performances

Le cinéma peut prendre différentes formes, surtout pendant le Mois Multi, qui se déroule en ce moment à Québec. L'événement présentera samedi de courtes performances autour de l'image en mouvement. La soirée commencera à 19h avec une primeur : Une succession de Catherine Bélanger. Sur une projection de sa mère en train de cuisiner, l'artiste reprend en surimpression chacun des gestes de celle-ci, une «ode émouvante à la transmission et à la conservation des savoirs». La deuxième représentation, à 21h30, sera consacrée à deux oeuvres. D'abord Cap au pire de John Blouin et Bernard Falaise, inspiré du texte du même nom de Samuel Beckett. Par des jeux de langage, d'images et de sons, le duo fait apparaître la silhouette de différents personnages. Suivra Jacques Julien de David N. Bernatchez, portrait qui rend hommage au cinéma des premiers temps avec bonimenteur. L'entrée est libre.  Éric Moreault 

Banners au Cercle

Banners, alias Michael Nelson... - image 8.0

Agrandir

Banners, alias Michael Nelson

Banners, alias Michael Nelson, c'est un enfant de choeur - littéralement -, originaire de Liverpool. Depuis 2015, il s'efforce de faire sa marque avec une pop accrocheuse, métissée de rock. Il s'est distingué entre autres avec le simple Shine a Light, qui a grimpé au top 5 canadien et, l'an dernier, avec Into the Storm. L'artiste est bien branché : il a travaillé avec le réalisateur canadien Stephen Kozmeniuk (Madonna, Nicki Minaj, Kendrick Lamar) et il est le fiston de Ken Nelson, qui est derrière le tout premier album de Coldplay. Pour découvrir sa musique, direction Le Cercle, le 8 février, où il sera en spectacle avec Tor Miller. La soirée débute à 21h. Entrée : 20 $. Billets sur ­lepointdevente.com  Nicolas Houle

Sur scène

Yann Perreau

Vendredi, 20h, L'Anglicane

Olivier Martineau

Jeudi, 20h, Salle Albert-Rousseau

Florence K

Vendredi, 20h, Salle Desjardins

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer