Arrivée de Trump: Arcade Fire voulait mettre son grain de sel

Arcade Fire: Win Butler, Régine Chassagne, Tim Kingsbury,... (fournie par Universal Music)

Agrandir

Arcade Fire: Win Butler, Régine Chassagne, Tim Kingsbury, Jeremy Gara, Will Butler et Richard Reed Parry.

fournie par Universal Music

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Ce n'est pas un hasard si Arcade Fire a fait paraître le simple I Give You Power à la veille de l'investiture de Donald Trump. La formation canadienne, qui doit sortir un nouvel album cette année, sentait qu'elle devait mettre son grain de sel devant les turbulences politiques qui secouent les États-Unis.

«Cette chanson est l'énergie que l'on veut exprimer, notre prise de position face à la situation dans laquelle se trouve l'Amérique en ce moment», a indiqué le batteur Jeremy Gara au Soleil. «Le timing était parfait et on sentait que l'on devait faire quelque chose.» 

Lancée le 19 janvier, la chanson met à contribution la chanteuse américaine Mavis Staples, qui fait écho à Win Butler, de sa voix soul. Outre la ligne «I give you power» qui donne son titre à la pièce, on peut entendre un avertissement destiné au président : «I can take it all away - watch me!»

«On avait juste besoin de faire un statement, et cette chanson a fonctionné parfaitement, poursuit Gara. Et Mavis Staples, qui est une amie du groupe depuis longtemps, était prête à faire ça aussi, donc tout était parfaitement aligné.»

Arcade Fire est à finaliser son cinquième album studio. Est-ce que le climat politique qui règne chez nos voisins du sud est tel qu'il pourrait teinter les nouvelles compositions? Difficile à dire, à ce stade-ci. Jeremy Gara rappelle que le groupe est dans une position particulière, notamment parce qu'Arcade Fire compte «deux Canadiens, quelques Américains et deux membres avec deux et trois nationalités». Chaque musicien a une relation particulière avec ce qui se trame chez nos voisins du sud et les répercussions qu'il peut y avoir au Canada, en Europe ou ailleurs.

«C'est une période folle, commente le batteur. Ça nous donne un peu d'énergie, mais ce n'est pas la seule chose sur laquelle nous mettons notre attention. On a toujours été concentrés d'abord sur ce que nous faisons, puis il y a le monde autour qui influence ce que l'on fait, donc en ce sens, nous travaillons de la même façon que nous avons toujours travaillé, c'est seulement que le monde autour est plus intense. Mais on n'est pas un groupe qui fait soudainement des choses pour protester contre le gouvernement ou quelque chose du genre...»

Sur scène cet été

Arcade Fire doit remonter sur scène à l'été, et plusieurs fans espèrent que ce soit avec un nouvel album sous le bras. Il faut dire que le groupe a déjà brisé sa règle non écrite des trois années d'écart entre ses parutions - Reflektor remonte à 2013. Jeremy Gara n'est pas prêt à donner une date, mais il semble clair que c'est bel et bien en 2017 que l'enregistrement pourra être entendu...

«On veut que ça sorte cette année. On travaille là-dessus, ça continue. On a des deadlines personnels, mais historiquement, on les a ratés, alors c'est trop tôt pour le dire. On ne veut rien précipiter. On travaille aussi fort qu'on peut...»

Jeremy Gara sera en spectacle à Québec le 7 février, à l'occasion du Mois Multi, avec la musique ambiante de son album Limn. Notre entrevue complète à propos de ce projet, auquel participe l'artiste Nelly-Ève Rajotte, dans notre cahier Arts magazine du 4 février.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer